Une superbe Mertens passe dans la fournaise

3
2057
epa06452440 Elise Mertens of Belgium celebrates her win against Alize Cornet of France in round three on day five of the Australian Open tennis tournament, in Melbourne, Victoria, Australia, 19 January 2018. EPA-EFE/JOE CASTRO AUSTRALIA AND NEW ZEALAND OUT

Formidable parcours et début de saison pour la jeune Belge qui, après avoir gagné à Hobart s’est hissée cette nuit en huitièmes de finale de l’Australian Open.

Quel formidable début d’année pour la joueuse  belge. Elle a commencé sa saison avec une participation à la très prestigieuse Hopman Cup aux côtés de David Goffin.

Elle a enchaîné avec une nouvelle victoire au tournoi de Hobart qui l’avait révélée l’an dernier et propulsée un peu plus vite que prévu dans les tableaux finals des grands événements.

Et la voilà maintenant en huitièmes de finale d’un tournoi du Grand Chelem pour la toute première fois de sa carrière. Elise a en effet pris la mesure d’Alizé Cornet par 7-5 6-4 dans une fournaise qui a d’ailleurs valu à la Française un gros malaise assez impressionnant mais heureusement sans réelle gravité.

Une chaleur qui, la veille, avait eu raison – entre autres – de David Goffin. Je ne vais pas rappeler ici ce que je répète sans arrêt: une défaite n’est jamais anormale pour un sportif. Si elle l’était, il ne servirait à rien de jouer les matches. Mais je ne vais pas non plus dire que cette élimination au deuxième tour n’est pas une déception. C’en est une car nous attendions tous – et David en premier – un meilleur Australian Open de la part du leader belge. Mais ainsi va le tennis, il y a des moments forts positifs et d’autres qui le sont nettement moins.

Concernant la chaleur, il n’est pas inutile de préciser que les individus ne réagissent pas de la même manière au froid ou au chaud. Que ce soit en cyclisme, en tennis, en demi-fond ou en fond, il est fréquent que les conditions climatiques jouent un rôle. Certains aiment en effet jouer dans les frimas, d’autres dans la fournaise.

Et il est très difficile de se préparer aux conditions « extrêmes ». Il ne s’agit pas d’un manque d’entraînement ou d’un manque de physique, il s’agit juste, parfois, d’une incompatibilité entre votre corps et ces conditions. On peut évidemment améliorer la chose mais c’est difficile.

Dernière chose concernant ce match: Julien Benneteau a osé prendre sa chance, comme il l’avait fait au dernier tournoi de Bercy. Le Français mérite sa victoire et, aussi, un méga-coup de chapeau.

Elise Mertens, elle, ne semble pas être trop gênée par les températures élevées. Et elle fait preuve d’une détermination farouche comme on a pu s’en rendre compte au deuxième tour quand elle a pris la mesure de Daria Gavrilova qui menait pourtant 5-0 dans le premier set. Une Gavrilova au tempérament assez extraverti, d’ailleurs.

En huitièmes, Elise jouera contre Petra Martic, 81e joueuse mondiale. En cas de victoire tout à fait à sa portée, elle sera assurée d’entrer dans le Top 30 alors que, pour le moment, elle est virtuellement 31eme mondiale, son meilleur classement.

Ah oui, pour rappel, Elise n’a que 22 ans. Si on prend le classement actuel, elle est la cinquième plus jeune du Top 40. C’est dire que sa carrière ne fait vraiment que commencer.

Et de quelle manière!

3 COMMENTS

  1. Moi aussi je suis soufflée par les résultats d’Elise et par sa force mentale… Un grand coup de chapeau!

    Et, oui, déception pour l’élimination de David… mais les déceptions font aussi partie d’une carrière…. En passant, c’une une des choses qui m’impressionnent le plus dans la carrière de Roger Federer par exemple… 23 demi-finales consécutives en grand chelem (presque 6 ans), 36 quarts de finale consécutives (9 ans)… Parfois, on ne réalise pas tout à fait, on se dit… David no 7 mondial… il va au moins arriver en quart de finale… Roger no 1 ou 2 ou 3 mondial… bien sûr il sera en quart, en demi ou en finale… Mais ce n’est jamais si sûr que cela d’y arriver… à travers le chaud, le froid, les rhumes, les jours où on ne sent pas la balle, les adversaires dans la forme de leur vie… Et, bien sûr, passer à travers tout et arriver à une immense constance dans les résultats, c’est une étape de plus vers les sommets du sport… Et nous savons que David construit sa carrière une étape à la fois.

  2. Bravo Elise. C’est quand même paradoxal de voir qu’une fille issue de Leuven supporte mieux la grosse chaleur qu’une niçoise comme Cornet. Comme quoi les organismes sont vraiment difficiles à comprendre. Peut-être aussi qu’elle arrive plus à prendre sur elle que Mademoiselle Cornet qui nous a encore fait une magnifique demonstration publique de perte de contrôle. Le prochain tour n’est pas non plus injouable. Il faut y croire. Tout est possible dans ce tableau féminin.

  3. Je suis vraiment impressionné par Elise depuis 1 année. Quelle force mentale et quel calme! Elle a un gros sens tactique qui lui permet de changer son jeu pour trouver des solutions face à ses adversaires. Si elle finissait l’année dans le top-15, je ne serais vraiment pas surpris!

LEAVE A REPLY