Roland Garros, je t’aime, moi non plus (par Dominique Monami)

0
557

Déjà toute petite, je m’amusais à regarder Roland Garros à la télévision et à rêver d’un jour y jouer. Pour les Belges, Roland reste le Grand Chelem le plus apprécié et le plus suivi médiatiquement. Personnellement, je n’ai jamais aimé jouer à la Porte d’Auteuil. Autant, petite, je rêvais d’y être, autant, plus âgée, il est devenu le tournoi du Grand Chelem que j’appréciais le moins. J’y ai joué à 11 reprises dont une fois en juniors. Lors de mes 11 participations, je n’ai jamais dépassé le stade du 3ème tour.Il faut dire que mon jeu n’était pas du tout adapté à la terre et, chaque année, la préparation sur sur cette surface, constituait un véritable chemin de croix. Même si j’ai remporté un tournoi sur terre « verte » à Cardiff et joué une finale à Madrid, mes résultats sur terre n’ont jamais été spectaculaires.

Des quatre grands rendez-vous, mon préféré est de loin l’Open d’Australie. Les personnes qui viennent voir le tournoi sont de vrais amateurs de sport et ils encouragent correctement les joueurs. L’ambiance y est décontractée et ce, malgré la pression générée par un Grand Chelem. Par contre, c’est tout l’inverse à Paris. Le stade y est beaucoup trop petit, les gradins sont supers remplis, il y a peu de place pour circuler et le public français n’est pas toujours très fairplay. La pression est omniprésente car, en tant que Belge, on a envie de bien jouer devant son public. 🙂 Sur les courts annexes, les tribunes sont monopolisées par les Belges dès qu’un compatriote y est programmé. Mes amis qui venaient me voir étaient obligés d’aller suivre le match précédent le mien pour avoir une place. Roland Garros reste le tournoi où beaucoup de monde se rend juste pour le prestige, suivant en cela l’adage : « vu et être vu ». Cette catégorie de spectateur est la moins sportive et ne comprend pas toujours les règles à suivre. Mais il n’y a pas que des mauvaises choses à Roland Garros. Le concours serviette officielle est assez sympa. Les serviettes sont très populaires dans les vestiaires car elles sont belles, c’est un chouette souvenir et, généralement, après 3 jours, le stock dans les vestiaires est épuisé! Tout simplement parce que chaque joueur ou joueuse omet de rendre « par erreur » sa serviette, soit après son match, soit après sa douche. Ces serviettes font la joie de la famille et amis. J’en ai toujours à la maison du temps où je jouais et quand je me rends à Roland, j’en rapporte toujours une par nostalgie…

Lire la suite ici.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY