Non, je ne suis pas nostalgique

3
663
epa05751278 Serena Williams of the USA in action against Mirjana Lucic-Baroni of Croatia during the Women's Singles semifinal match at the Australian Open Grand Slam tennis tournament in Melbourne, Victoria, Australia, 26 January 2017. EPA/LUKAS COCH AUSTRALIA AND NEW ZEALAND OUT

Williams – Williams.

Federer – Nadal.

Le monde du tennis se pâme. Croit rêver. Se réjouit.

Surtout de la finale messieurs car les soeurs Wililams ont souvent généré chez d’aucuns comme une sorte de retenue.

Mais pour Nadal – Federer, tout le monde est heureux. C’est le retour d’un classique, ce sont deux grands maîtres qui se retrouvent à nouveau en finale.

Désolé de le dire : je ne fais pas partie de ceux qui se réjouissent.

Malgré mon âge qui m’a permis de vivre les grandes rivalités d’antan : Connors – McEnroe, Evert – Navratilova, Borg – McEnroe, Graf – Sabattini, Graf – Seles, Agassi – Sampras, Wilander – Edberg, Sanchez – Graf, Courier – Sampras, Lendl – McEnroe, Henin – Clijsters, Williams – Henin, Williams – Cllijsters, etc….

Non, malgré mon âge, je ne suis pas nostalgique.

Non, je ne trouve pas que c’était mieux avant.

Non, je ne pense pas que les champions d’aujourd’hui manquent de charisme.

Et, non, je ne suis pas spécialement heureux de pouvoir vivre ce week-end deux finales entre des trentenaires.

Mais ces propos doivent évidemment être agrémentés de quelques explications.

Alors, oui, je suis fasciné par la capacité des soeurs Williams à conserver contre vents et marées leur motivation. J’ai toujours été de ceux qui les ont défendues, même lorsque leur papa et Serena étaient pour le moins compliqués à gérer.

J’ai toujours eu une tendresse infinie pour Venus et, petit à petit, j’ai appris à connaître Serena et à la considérer comme une extra-terrestre dotée d’une générosité incroyable et capable, à tout moment, de reprendre le leadership du tennis féminin.

Comment ne pas être fasciné par ces deux soeurs dont la longévité est exceptionnelle.

Si vous voulez vous replonger dans leur histoire incroyable, allez sur cette page de la WTA qui retrace les 28 duels entre les deux soeurs. Le premier, vous allez voir, remonte à … 1998 lorsqu’elles se sont retrouvées au deuxième tour de … l’Australian Open.

La dernière fois, c’était en quart de finale de l’US Open 2015.

La 29ème fois, ce sera donc dans quelques minutes à Melbourne.

Pour que l’on se rende bien compte de ce que ces deux dates veulent dire:

1998: Justine Henin et Kim Clijsters n’ont pas encore joué dans un tableau final de Grand Chelem (elles le feront en 1999)

2017. Il y a 6 ans que Justine Henin a disputé son dernier Grand Chelem. Kim a quant à elle disputé son dernier en 2012 à l’US Open.

Voilà, tout est dit.

Mais ce n’est pas tout.

Si j’ai un respect profond pour ces joueuses, c’est aussi du fait de leur palmarès sidérant: à elles deux, elles ont remporté 29 tournois du Grand Chelem. Serena en est à 22 – comme Steffi Graf – et pourrait donc dépasser la légende allemande ce samedi. Ajoutez à cela des titres olympiques, en simple et double, et tout ce que vous pouvez imaginer.

Mais, non, décidément, si le fan de la fratrie Williams sera heureux quel que soit la lauréate, l’amateur de tennis a un goût un rien amer dans la bouche. Car la présence de ces deux monstres sacrées à la dernière étape du premier Grand Chelem de l’année, alors qu’elles ont 35 (Serena) et 36 ans (36) démontre aussi que les jeunes championnes qui se succèdent dans le Top 5 depuis une décennie, manquent soit de constance, soit de charisme, soit d’abnégation, soit de longévité, soit encore tout simplement de talent.

Alors, non, je ne suis pas un observateur heureux.

Et c’est la même chose pour la finale masculine.

Mais oui, bien sûr que c’est génial de voir Roger Federer à nouveau en finale. Et oui, bien entendu, c’est fabuleux de pouvoir revivre demain une finale entre ces deux joueurs-amis qui développent un tennis tellement différent.

Oui, aussi, bien entendu, que le Suisse et l’Espagnol ont déjà écrit deux des plus belles pages de l’histoire du tennis. Roger The Legend a gagné 17 tournois du Grand Chelem, Rafa pas moins de 14. 31 à eux eux, soit deux de plus que les soeurs Williams 😉

Et leur longévité est, elle aussi, surtout pour Roger, extraordinaire.

Il a ainsi joué son premier Grand Chelem en 1999 (comme Justine et Kim) et a remporté son premier en 2003 (comme Justine ;-).

De l’Australian 2000 à celui de 2016, il a aussi réussi à ne pas rater une seule levée, ce qui veut dire qu’il a joué pas moins de 65 tournois du Grand Chelem d’affilée……………………. (là, je reste sans voix, et vous aussi).

Rafaël Nadal a été moins régulier mais a joué son premier Grand Chelem en 2003 et a remporté son premier Roland Garros deux ans plus tard.

Tous deux ont aussi gagné chacune des levées du Grand Chelem.

Fascination, là aussi.

Sans aucune retenue.

Le fan de confrontations, l’amoureux de tous les tennis (oui TOUS), que je suis est donc particulièrement heureux de pouvoir vivre ce dimanche le 35eme duel entre ces champions d’exception. Une finale que je commenterai en direct demain à 9h30 du matin (en Belgique).

Mais l’observateur que je suis également a (à nouveau) un petit goût amer dans la bouche.

Car avoir une nouvelle finale Federer – Nadal dénote aussi de l’incapacité actuelle qu’ont les stars de demain (mais le seront-elles un jour?) de parvenir à surpasser leurs aînés.

Il est pourtant grand temps, à mes yeux, que les Raonic, Nishikori, Dimitrov, Thiem (mais il est plus jeune), Goffin osent passer sur le corps des membres du Big Four.

A moins que…

A moins que cette génération des Nadal, Federer, Djokovic, Murray (et Wawrinka un ton plus bas) soit tout simplement hors du temps, hors d’atteinte.

Ce qui n’est pas impossible…

Donc, non, je ne suis pas nostalgique. Ni particulièrement satisfait de ces deux finales.

Mais qu’est-ce que je vais me régaler.

Comme je le fais depuis la fin des années 70.

Comme je le ferai encore, je l’espère, des années durant.

Et sans doute des années après que les Williams, Nadal et Federer auront pris leur retraite.

Si du moins, ils la prennent un jour.

Rendez-vous demain 9h30 ici-même. Aujourd’hui, je ne pourrai pas faire de direct mais je peux vous dire que Williams va gagner.

 

 

 

3 COMMENTS

  1. Salut Patrick,

    je me réjouis de revoir enfin un article à portée internationale. Pour les Williams, je ne commenterai pas. Tant mieux qu’elle ait remporté un 23 ème succès, et tant mieux si elle égalise M. Court, voire même qu’elle dépasse son record de 24 titres en simple en Grand Chelem. Après tout, Graf a réussi le Grand Chelem en Ere Open (avec Smith Court et, pré-Open, Connolly); c’est tout ce qui m’importe. Depuis la finale de Wimbledon 1999, le tennis féminin ne m’intéresse plus.
    Concernant ce moment tennistique historique inouï (décidément, après la victoire manquée de Djoko aux Masters il y a deux mois), le triomphe d’un de ces deux plus grands champions de-presque-tous les temps, marquera l’Histoire, d’une façon ou d’une autre. C’est d’ailleurs la finale de tournoi de Grand Chelem masculine ayant le palmarès des antagonistes le plus riche de tous les temps (31 titres à eux deux!). Même si je n’ai pas de préféré entre eux deux, je pense que la marque d’une victoire de Rafa sera plus forte qu’un éventuel potentiel triomphe de Federer. Le nombre 17 sera de toute manière dépassé un jour, et, même si la performance de Roger est royale (qu’importe 17 ou 18), j’aime à répéter que ce qui compte vraiment en tennis, l’aboutissement suprême de la performance et de toutes performances et compétitions, c’est l’accomplissement complet et la réalisation calendaire du Grand Chelem. Que celui qui gagne cette rencontre réalise enfin le Grand Chelem, 48 ans après Rod Laver, et qu’il en soit ainsi!

  2. Bonjour,

    Bonjour,

    Un petit bémol : Wawrinka a réussi à atteindre le niveau du « Big 4 » depuis 2 bonnes années.

    Sinon je trouve que les retours de Federer, Nadal et surtout Venus devraient être une source d’inspiration pour tous, dans le domaine du sport comme dans d’autres domaines.

  3. Apparemment c’est la première fois de l’ère open que les 4 finalistes en simple sont trentenaire ! On ton cas je vais bien me régaler avec ces finales!

LEAVE A REPLY