Noelle Van Lottum évoque sa joueuse, Ysaline Bonaventure

0
433
09/02/2015 - Antwerpen - BNP PARIBAS FORTIS DIAMOND GAMES - Qualifying match - Ysaline BONAVENTURE ©Philippe Buissin / IMAGELLAN

Coach d’Ysaline Bonaventure depuis 7 ans, Noelle Van Lottum, franco-néerlandaise de 42 ans ayant été classée dans le Top 60, évoque sa joueuse à quelques heures de sa première rencontre en Grand Chelem (interview réalisée fin décembre, avant le départ vers l’Australie).

Quand avez-vous commencé votre carrière de coach ?

Noelle Van Lottum : Je me suis occupée pendant 6 mois d’Els Callens juste après ma carrière mais il était trop tôt, je n’étais pas prête. J’ai alors été consultante tennis pour Eurosport et je me suis tournée vers les plus jeunes. Dont certains étaient plutôt bons puisque j’ai eu des champions des Pays-Bas et même un champion d’Europe.

Depuis quand vous occupez-vous d’Ysaline ?

Elle travaille avec moi depuis qu’elle a treize ans. (elle en a 20 aujourd’hui).

Quelles sont ses qualités principales ?

Elle tape très fort dans la balle, a un très bon timing. Ses coups peuvent faire très mal. Elle est aussi très imprévisible (rires) pour elle-même et, donc, pour ses adversaires. En général, elle n’a pas peur de ce qui se passe et, en tant que gauchère, elle est capable d’ouvrir le terrain.

Et ses points faibles ?

Son jeu de jambes doit encore être amélioré, ainsi que son jeu de défense, sa volée et sa 2ème balle de service. Elle doit également jouer plus à l’intérieur du terrain. Elle doit aussi être plus fit, perdre encore du poids. Là, elle vient encore de perdre un peu plus de deux kilos.

Quel est l’objectif pour 2015 ?

A terme, c’est le Top 100 qui est visé et, pour fin 2015,  le Top 140. Pour cela, elle doit passer un palier. En 2014, elle a disputé beaucoup de 25.000 dollars et elle a commencé les 50.000. Cette année, elle va disputer des 50.000 et des 75.000 et, de temps en temps, elle fera une incursion dans les qualifs des tournois du grand circuit.

En réalité, il n’y a pas d’énormes différences ?

Non, c’est vrai, entre la 80ème et la 200ème place, il y a assez peu de différences, donc Ysaline, comme d’autres, a une belle carte à jouer. Mais elle va aussi devoir s’adapter au circuit WTA qui est complètement différent de celui qu’elle a l’habitude de fréquenter. 

Financièrement, comment faites-vous ?

Aujourd’hui, on est aidé par l’AFT et par le groupe Mega et Ysaline est reprise à mi-temps par la Fédération Wallonie-Bruxelles comme élite sportive mais il va sans dire que cela ne boucle pas encore le budget. C’est pour cela qu’elle joue encore pas mal d’interclubs mais notre objectif est malgré tout d’essayer de diminuer sa participation. Nous sommes aussi soutenus par le Docteur Joris et par un diététicien. Dominique Monami a également intégré le team. Elle est son coach mental, elle qui connaît évidemment très bien le tennis féminin et qui comprend Ysaline et son mode de fonctionnement.

Ysaline joue pas mal de doubles, comme vous le faisiez, et est même numéro Un belge dans la discipline…

Pour moi, lui faire disputer des tournois de double est important. Cela donne confiance et améliore aussi la volée tout en maintenant le rythme si on est éliminée rapidement en simple. Socialement, cela permet également d’avoir un interlocuteur. Avant, elle ne pouvait pas combiner simple et double trop souvent pour des raisons physiques. Maintenant, elle a la condition suffisante mais elle ne le fera pas systématiquement. Au niveau financier, disputer des doubles peut également être intéressant puisque les nuitées sont payées. Cela peut paraître très terre à terre mais cela fait partie de la vie d’une professionnelle.

Dans votre team, il y a donc Dominique Monami dont le caractère bien trempé comme joueuse n’est pas à démontrer. De mémoire, vous étiez aussi plutôt directe, non ? Ysaline vous ressemble, à vous et Dominique ?

(Rires). Oui, on peut dire qu’elle nous ressemble, oui. Elle a un caractère direct, est assez franche et n’hésite pas à dire la vérité. Elle n’a sans doute pas encore assez de tact mais cela va venir…

 

Ysaline joue cette nuit face à la première tête de série, Denisa Allertova.

Le site de l’académie.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY