Messieurs, je vous présente mes excuses

4
3402

Il y a encore quelques années, ce quart de finale aurait constitué pour le tennis belge un moment important, fiers qu’auraient été les fans, les joueurs et le staff de s’être immiscés parmi les huit meilleures nations du monde.

Personnellement, alors que je voyageais encore pour différents médias, je me souviens avec bonheur d’un autre quart de finale qui opposait, déjà, les Etats-Unis à la Belgique. C’était en 1998 et je peux vous dire que, même si les Agassi, Courier et autre Martin étaient quasiment inaccessibles, ce match avait fait couler pas mal d’encre en Belgique. Diantre, jouer aux States, la patrie de la Coupe Davis, en quart de finale de la Coupe du Monde…

Aujourd’hui, sans exagérer, ce match ne suscite que peu de passion, pour ne pas dire pas de passion du tout.

Pour preuve, histoire de balayer devant ma propre porte, je ne vous en ai quasiment pas parlé, si ce n’est hier soir, sur ma page facebook.

Il y a encore quelques années, je vous aurais proposé divers posts, je vous aurais parlé des Isner et Querrey, je vous aurais conté par le menu les entraînements des Belges. Et, mieux, sans doute, j’aurais tout fait pour y aller, à Nashville.

Ben non, je ne suis pas à Nashville. Et je pense qu’il y a très très peu de journalistes belges sur place.

Donc, oui, je suis en tort.

Si ce quart ne génère pas la passion, c’est évidemment parce que la Belgique a été en finale en 2015 et en 2017. Mais c’est aussi, et surtout, parce que David Goffin et Steve Darcis n’ont pas pu honorer leur sélection.

Et, qu’en leur absence, les chances belges sont proches de zéro. Encore plus proches de zéro que lors du fameux Allemagne – Belgique de l’an dernier.

Fameux match que les Belges avaient gagné. Avec Steve Darcis, certes, mais sans Goffin. Mais avec Ruben Bemelmans et Joris De Loore, qui seront sur le terrain dès ce soir.

Si la passion est absente, aussi, c’est parce que l’équipe américaine semble injouable. Et l’est probablement.

Certes, les joueurs américains n’ont pas la réputation des Agassi et Courier d’il y a … vingt ans tout juste, mais Isner, Querrey et Sock sont tous les trois dans le Top 20 alors que le quatrième joueur de… Jim Courier, Ryan Harrison, est 17ème en double.

Mais un match de tennis reste un match de tennis.

Les chances belges sont proches de zéro, je le maintiens, mais proche de zéro ne veut pas dire égales à zéro.

Alors, il faut croire en Ruben et Joris. Qui auront, peut-être, avec la liberté totale qui sera la leur – aucune pression, aucune obligation – la possibilité de faire douter pendant un set des joueurs qui sont sans doute très sûrs d’eux. Trop sûrs d’eux, peut-être.

Et, demain, Sander et Gille et Joran Vliegen auront certainement à coeur de démontrer que leur sélection est méritée. Oui, j’espère, quel que soit le score cette nuit, que ces deux baroudeurs du double seront alignés. Je ne dis pas qu’ils sont meilleurs que Ruben et Joris, mais je dis qu’ils méritent de monter sur le terrain. Qu’il méritent de goûter à cet honneur énorme qu’est le fait de pouvoir défendre les couleurs de son pays.

Ces deux gars, personne n’y croyait. Un jour, il y a quelques années, j’avais écrit que ce ne serait pas une mauvaise idée de les sélectionner, même s’ils ne devaient pas jouer. A ce moment, je m’étais pris quelques remarques sarcastiques. On me disait que jouer des ITF n’était pas de la même nature que disputer des grands tournois. Et les sarcasmes étaient fondés mais, aujourd’hui, Sander et Gille jouent et gagnent des Challengers. Oh, ils ne sont pas encore proches d’un titre dans un Majeur mais, depuis des saisons, ils ont un objectif clair: être dans le Top 100 en double.

Ils le sont. Ce sont les seuls Belges à en faite partie.

Et, donc, oui, il faut qu’ils jouent demain samedi.

Il le faut, pour la crédibilité de la sélection, pour leur carrière à eux mais aussi pour l’avenir de cette équipe.

Car l’avenir passera par la confiance en des joueurs moins forts que Goffin et Darcis. Je ne dis pas qu’ils ne joueront plus jamais la Coupe Davis mais, dès aujourd’hui, comme le disait Johan van Herck, il faut construire pour les années à venir.

Sander et Gille feront partie de cet avenir.

Alors, oui, aujourd’hui, je le redis, je présente mes excuses à cette équipe que j’ai laissé un peu trop tomber. Et, pour démontrer que je me suis trompé, je vous proposerai un direct commenté cette nuit.

Comme je l’aurais fait si David et Steve avaient été présents.

Messieurs, à nouveau, pardon!

 

 

4 COMMENTS

  1. Merci Patrick!!! Depuis des jours je viens sur le site me demandant si un article s’en vient sur notre remarquable équipe de Coupe Davis et sa mission (quasi) impossible… La distance fait beaucoup aussi dans la passion pour ce weekend… Peu peuvent voyager – fans ou journalistes – mais nous les soutenons de loin !

    Je suis heureuse aussi de la sélection de Joran et Sander et espère que ce ne sera pas la dernière fois. Comme vous j’espère bien les voir jouer samedi.

    Et nous sommes prêts à tout même à un ou deux miracles… 🙂

  2. Deux petites erreurs dans ton texte, Patrick:
    « Sander et Gill jouent et gagnent des Challengers »
    « Sander et Gille feront partie de cet avenir »

    Je n’habite pas très loin de chez toi, tu veux de la compagnie pour cette longue nuit de tennis? J’apporte la bière?

  3. Bravo pour ce mea culpa ! Ils ont peut-être peu de chances de gagner mais ils ont une bonne chance de faire de bons matchs et pourquoi pas de prendre un ou deux points

LEAVE A REPLY