L’America’s Cup va de jouer en une seule régate, en dériveur 470

8
1670
epa06051845 Underwater camera view from water level of Emirates Team New Zealand celebrating after defeating Oracle Team USA during race nine in the Great Sound, Bermuda, 26 June 2017. Emirates Team New Zealand defeated the defender, Oracle Team USA to take home the 35th America's Cup Trophy after 17 years. EPA/JOHN G. MABANGLO

Les nouvelles sont tombées lundi: deux des plus prestigieuses compétitions mondiales vont changer de format. Les amateurs sont sidérés.

Plus vieille compétition sportive mondiale, l’America’s Cup est aux fans de voile ce que la Coupe du Monde est aux fous de foot. Tous les trois ans (ou plus, en fonction de différents critères), les plus performants voiliers du monde se défient tout d’abord lors de qualifications appelées Coupe Luis Vuitton, qualifs qui désignent alors le Challenger qui va se confronter au Defender lors d’une finale magique qui se joue en plusieurs régates suivies dans le monde entier, y compris par les non initiés.

En 2017, c’est le team Néo-Zélandais qui s’est imposé face à Oracle Team US sur le score sévère de 7 régates à une. Quatre ans plus tôt, les Américains avaient triomphé au terme d’un suspens inouï qui l’a vu remonter un handicap de… 8 régates pour finalement triompher 9-8 et avoir le droit de prendre possession de l’Aiguière d’argent, trophée mythique sur lequel le nom des vainqueurs est gravé depuis… 1851.

Aux origines de l’America’s Cup, la compétition opposait les plus rapides voiliers américains aux meilleurs yacht anglais…

Tiens tiens, une rivalité USA – Grande Bretagne… Cela rappelle quelque chose.

Hier, donc, au fin fond d’un sombre bureau, les dirigeants de l’America’s Cup ont décidé de modifier complètement le format de la plus vieille compétition sportive du monde. Laquelle se disputera désormais sur des dériveurs 470, en une seule régate.

1900. Dwight Davis, passionné de Lawn Tennis, se dit que ce serait intéressant de mettre en place une compétition internationale qui, dans un premier temps, opposerait les Etats-Unis et la Grande Bretagne. Histoire de mettre un peu de sel, il achète un plat à punch qui deviendra le Saladier d’Argent, un trophée au moins aussi prestigieux que l’Aiguière d’argent, sur lequel, également, sont gravés les noms des vainqueurs et finalistes.

Depuis le début, la Coupe Davis – surnommée la Vieille Dame – se joue en trois jours: deux simples en 5 sets le vendredi, un double en 5 sets le samedi et, si le score n’est pas acquis, deux simples en 5 sets le dimanche.

Un format qui a généré des rencontres époustouflantes, au suspens incroyable, dans une ambiance féerique.

Hier, donc, au fin fond d’un sombre bureau, les dirigeants de la Coupe Davis ont décidé de proposer de modifier complètement le format de la plus vieille compétition tennistique du monde. Laquelle pourrait désormais se dérouler une une semaine, avec 18 équipes, en deux simples et un double en trois sets.

« Mais non, mais ce n’est pas vrai!!!!! », crient en choeur les fanas de voiles et les passionnés de raquettes.

Mais non, hein, ce n’est pas vrai. Je plaisante.

Enfin, je plaisante à moitié. Il ne devrait en effet pas y avoir de grandes transformations de l’America’s Cup. Qui restera, grosso modo, la compétition prestigieuse qu’elle a toujours été.

« Ah ouf, on respire.. »

Euh, je répète que je plaisante à moitié. Car l’ITF va bel et bien proposer en août prochain une nouvelle refonte complète de la Vieille Dame. En gros, le Groupe Mondial se jouerait en une semaine (sans doute fin novembre), réunirait 18 équipes (les 16 du Groupe Mondial plus 2 invités) qui se défieraient en rencontre de deux simples et un double joués au meilleur des 3 sets.

« Et la magie? »

La magie, ce sera l’argent.

« Et la passion du public local? »

La passion, ce sera l’argent.

« Oui, mais, la Coupe Davis est en train de mourir, non? »

Non, elle ne meurt pas. Mais la Coupe Davis traverse en effet une période compliquée du fait principalement de l’incapacité de dialogue entre les différents gestionnaires du monde du tennis (ITF, ATP, WTA…), qui ne parviennent pas à proposer un calendrier logique, ni à s’entendre sur l’interaction entre le circuit pro et les rencontres inter-nations. Du fait, aussi, de la désaffection de certains joueurs du Top qui oublient que leur sport est devenu aussi rentable et populaire grâce entre autre à son histoire et sa légende et qui préfèrent parfois opter pour des exhibitions extraordinairement rémunératrices plutôt que de consacrer de une à quatre semaines à leur équipe nationale. Du fait, encore, que certains annonceurs proposent tellement d’argent pour la création de nouvelle compétition que même les milliardaires tennismen ne peuvent refuser les chèques proposés.

Bien entendu, qu’il faut réformer la Coupe Davis. Mais pas n’importe comment et pas uniquement parce qu’un sponsor propose moult millions. Il est nécessaire de réformer mais sans tuer l’âme d’une compétition qui a fait rêver tant de générations.

En 1957, mon papa était au Léopold la veille de son mariage pour assister à la finale européenne entre l’Italie et la Belgique.

Il m’a raconté cette journée folle.

58 ans plus tard, j’ai vécu la demi-finale Belgique – Argentine à Forest, la finale Belgique – Grande Bretagne à Gand – ville de mon papa. Deux ans plus tard, j’étais à Lille.

Nous avons tous, amateurs de tennis, des souvenirs incroyables, personnels ou non, liés à la Vieille Dame.

Nous avons tous, amateurs de tennis, des images de folie, générées par les Washer, Brichant, Van Garsse, Dewulf, Malisse, Rochus, Darcis, Goffin, Agassi, Borg, Wilander, Becker, McEnroe, Lacoste, Borotra, Djokovic, Federer, Nadal, Edberg, Connors, Newcombe, Ashe,…, et tous les autres, tous les autres…

Alors, non.

Pas d’America’s Cup en une seule régate.

Pas de Coupe Davis vendue au plus offrant.

 

 

 

8 COMMENTS

  1. L’argument de la nostagie est quand meme un peut desuet.
    Il pourra aussi y avoir des moments tres fort dans le nouveau format.

    La laver cup est par exemple un tres bon exemple. L’ambiance dans les gradins etait ridicule par rapport au l’ambiance de la davis cup mais la tension et le spectacle etait eux bien present. J’y ai vecut un moment fort certes different de ceux de la davis cup mais fort neanmoins.

  2. Incroyable que quelque chose d’aussi terre à terre, incolore, inodore et insipide que l’argent continue d’être au centre des débats alors qu’il y a tant et tant de valeurs infiniment plus nobles (esprit d’équipe, volonté de contribuer au rayonnement de son pays, d’écrire l’histoire, héroïsme, courage, abnégation, etc.) qui pourraient/devraient être mises au centre du jeu. L’homme est bien peu de chose dans l’absolu mais il n’est jamais aussi insignifiant que lorsque c’est son portefeuille, et l’appétit insatiable de celui-ci, qui donnent le la. En tout état de cause, les réactions de l’un et de l’autre me confortent dans ma conviction que notre Mister Coupe Davis, le seul, le vrai, c’est Steve Darcis. Un statut, une légende, ce n’est pas qu’une simple question de palmarès, n’est-ce pas ?

  3. Je pense que malheureusement cette réforme va passer. La plupart des pays jouent dans les zones continentales qui ne vont pas changer de format et la réforme va leur rapporter plus d’argent.
    Pour preuve, la réponse de René Stammbach, président de la fédération suisse :
    « Alors bien sûr, cette formule n’est pas idéale, surtout en termes de respect des traditions. Mais si la réforme idéale existait, ça se saurait. Avec cet accord, nous sommes certains d’augmenter les garanties financières pour les joueurs et les rentrées d’argent pour les différentes fédérations. Le tout sans toucher au système de matches à domicile pour les 120 nations qui n’évoluent pas dans le Groupe mondial. Je suis désolé, mais une Fédération internationale ne peut pas prendre des décisions uniquement pour cinq grands pays. Je comprends la réaction française, par exemple, qui est l’une des rares nations dans les chiffres verts et qui a joué deux finales en trois ans. Mais pour la Suisse et beaucoup d’autres, la Coupe Davis actuelle coûte plus qu’elle ne rapporte. »

    Et même la Belgique n’est pas unanimement contre la réforme. André Stein a déclaré qu’il était contre, mais David Goffin est plutôt pour, pour alléger le calendrier. Stein devra voter pour le bien de sa fédération et de ses joueurs…

  4. Ce que je vais dire sonne un peu théorie du complot mais soit. Je pense que cette réforme découle de l’intérêt divergent des grandes nations du tennis. Dire que la coupe Davis est désertée par les bons joueurs ne date pas d’hier. Mais pas grand-chose n’a été fait pour inverser la tendance. Par exemple je ne comprends pas pourquoi ils ont supprimé tous les points ATP il y a 2 ans à tous les stades de la compétition, alors qu’il me semble que c’était un super adjuvant pour les joueurs. Ensuite, c’est clair que les grandes nations plaident pour leur chapelle. Prenons les USA. Ils sont pour la réforme car je pense que la CD dans son format actuel ne leur convient pas, vu l’ensemble des joueurs dont ils disposent. A domicile, la rencontre des USA a lieu dans un endroit chaque fois différent, avec un public essentiellement local. Un New-Yorkais ne va pas se taper LA pour aller voir un match. Ensuite ils pestent de devoir se taper souvent un déplacement à l’autre bout du monde, sur une surface autre que le dur. Ils ne peuvent pas gagner avec la formule actuelle, sauf s’ils jouent tout chez eux avec un bon concours de circonstances. Peut-être espèrent ils récupérer l’événement chez eux, avec tous les avantages que cela comporte.Ils ont des arguments (sonnant et trébuchant) pour .A l’inverse, la France a un intérêt personnel de garder l’événement dans sa forme actuelle. Ils ont énormément de bons joueurs de telle manière que le choix de la surface ne les affecte pas. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils ont émergé cette année. Ils auront sans doute moins de chance dans la nouvelle formule. Donc je pense que le souci vient de l’incapacité de l’ITF et des grandes nations de choisir un projet alternatif intermédiaire. Je regrette cette solution extrême, mais je pense que la formule actuelle devait être remaniée subtilement.

  5. Il ne nous reste plus qu’à espérer qu’un maximum de pays suivront l’exemple de la Belgique qui compte s’opposer à ce nouveau format.

    • oui mais le statu quo ne sert à rien. Au contraire, la CD risque de se mourir lentement mais surement. Il faut partir de la formule actuelle, pour ensuite l’aménager, pour inciter les bons joueurs à la jouer. Je n’ai pas de solution miracle, mais les opposants à la réforme doivent être créatifs.

  6. Je ne trouve pas que cette évolution soit la meilleure pour redonner un peu de lustre à cette vieille dame qu’est la Coupe Davis.

    Néanmoins, rien n’est joué, ça aurait pu être imposé par le « ITF Board of Directors », mais au contraire ça devra être approuvé par 2/3 des membres lors de la prochaine assemblée générale de l’ITF au mois d’aôut.

    Et je doute que ce soit accepté…

    Sources:

    * 04/08/2018: The ITF Annual General Meeting has passed a landmark resolution giving the ITF Board of Directors the authority to make changes to Davis Cup and Fed Cup regulations on a trial basis without needing to seek approval from the general membership. … Previously, changes to the Davis or Fed Cup regulations could be only be made annually at the ITF AGM, with a two-thirds majority needed.
    (http://www.itftennis.com/news/267461.aspx)

    * 26/02/2018: The plans will be submitted to the ITF Annual General Meeting, to be held in August in Orlando, Florida. A two-thirds majority will be required for final approval.
    (http://www.itftennis.com/news/281842.aspx)

LEAVE A REPLY