Interview exclusive (et factice) de Margaret Court

0
331
Former Australian tennis players Margaret Court (R) and Rod Laver pose with a replica of the trophy to commemorate Court's 50 years of Australian grand slam win before the start of men's singles match between Spain's Rafael Nadal and Australia's Nick Kyrgios on day eight of the Australian Open tennis tournament in Melbourne on January 27, 2020. (Photo by William WEST / AFP) / IMAGE RESTRICTED TO EDITORIAL USE - STRICTLY NO COMMERCIAL USE

C’est à Perth, superbe ville de l’Ouest australien, que j’ai eu le plaisir de réaliser cette interview aussi
exclusive que factice de Margaret Court, 78 ans, lauréate de 24 titres du Grand Chelem.
Avant toutes choses, un grand merci de nous recevoir ici, à Perth. Saviez-vous que la Belgique est venue jouer la Coupe Davis il y a quelques années ?
Margaret Court : jeune homme (ndlr : je ne suis plus jeune mais pour madame Court, oui), quand vous dites il y a quelques années, c’était il y a quasi trente ans. Je m’en souviens très bien, votre équipe était emmenée par Bernard Mignot, le capitaine, que j’ai eu le plaisir de croiser plusieurs fois sur le circuit. Il est un peu plus jeune que moi mais je m’en souviens très bien. L’autre joueur belge du moment, sauf erreur, était un certain Patrick Hombergen.
Je vois que vous avez une excellente mémoire, ce qui ne m’étonne guère. Dites-moi, avez-vous eu l’occasion de suivre le dernier Roland Garros ?
Je dois bien reconnaître qu’avec le décalage horaire, je n’ai regardé que des résumés en différé. J’ai été assez impressionnée par cette jeune Polonaise que personne n’attendait.
Il est assez difficile, ne trouvez-vous pas, de comprendre le tennis féminin ? Depuis que Serena Williams ne domine plus de la tête et des épaules, on a l’impression qu’aucune joueuse n’ose prendre les commandes ?
Oui, je trouve aussi. Pourtant, elles ont été nombreuses celles qui auraient pu le faire. La dernière était à mon sens Naomi Osaka. Mais quelle idée de se séparer de son coach après avoir enchaîné deux victoires en Grand Chelem. Cela dit, depuis les départs conjugués de vos deux compatriotes et,
vous l’avez dit, la légère baisse de régime de Serena Williams, il n’y a plus de joueuses qui arrivent à garder la tête sur les épaules et à assumer le titre de leader mondiale. C’est quelque chose de très compliqué et il faut avoir beaucoup de sang froid pour y arriver. Hors, il me semble que le sang- froid
n’est pas la qualité première des joueuses actuelles. Ce qui n’enlève rien à leur talent.

Vous qui avez tout gagné, et de nombreuses fois, quels conseils donneriez-vous à ces joueuses ?
Oh, qui suis-je pour donner des conseils ? Le tennis a tellement évolué depuis mon époque. Il s’est tellement professionnalisé que je ne suis pas la bonne personne pour conseiller ces jeunes promesses. Ce que je sais, c’est que j’ai toujours pris plaisir à jouer et que l’expression « jouer au tennis » a
toujours eu beaucoup d’importance pour moi, surtout le verbe jouer. Parfois, j’ai l’impression qu’elles ne jouent plus au tennis, mais qu’elles travaillent. En ce sens, j’ai trouvé la petite Polonaise plutôt très
fraiche. Elle donne l’impression de s’amuser encore. Moi, je me suis toujours amusée, c’est pour cela que j’ai joué longtemps les simples, les doubles dames et, même, les doubles mixtes.

Avec beaucoup de réussite puisque vous avez gagné 24 tournois du Grand Chelem en simple, 19 en double dames et 21 en double mixte.
Arrêtez, vous me faites rougir.
Vous avez, donc, j’insiste, gagné pas moins de 24 tournois du Grand Chelem en simple. Cela fait-il de vous la meilleure joueuse de tous les temps ?
Allons, jeune homme (elle insiste ;-), soyons sérieux s’il vous plaît.
???

Je vous ai dit il y a quelques minutes que le tennis a évolué au cours des décennies. Oui, j’ai gagné 24 tournois du Grand Chelem et Serena n’en a gagné que 23. Quand je dis que, j’aurais dû le mettre entre guillemets. Est-ce parce que j’ai gagné un tournoi du Grand Chelem en plus que je suis meilleure qu’elle ? Je n’en sais rien et, à vrai dire, je m’en moque un peu. Je sais ce que j’ai fait, je sais quelle était mon niveau mais je suis incapable de dire comment j’aurais réagi dans les conditions actuelles. Pas plus que je ne sais comment j’aurais pu agir avant la guerre. J’ai connu deux périodes : la période amateur et la période professionnelle. Je m’en suis bien sortie dans les deux cas mais, très franchement, comment aurais-je joué dans le cadre d’un tennis où les frappes sont nettement plus puissantes ? Je n’en ai aucune idée. Et puis, il me faut tout de même être honnête, j’ai gagné 11 fois
l’Australian Open qui n’était pas aussi couru qu’il ne l’est actuellement.

Pour vous, décréter qu’Unetelle ou Untel est le GOAT- greatest of all time – n’a pas de sens ?
Très franchement, aucun, non. Puis-je décemment affirmer que je suis meilleure que ne l’ont été des championnes comme Marina Navratilova, Steffi Graf, Serena Williams ? Juste parce qu’elles ont gagné moins de Grand Chelem en simple que moi ? Et qui peut dire que les plus anciennes
championnes, comme Suzanne Lenglen pour ne citer que l’une des plus emblématiques, n’auraient pas été plus forte que nous ? Comparer les époques n’a aucun sens à mes yeux. Car elles sont complètement différentes.

Pas plus en dames qu’en messieurs ?
Pas plus en dames qu’en messieurs, évidemment. Regardez ce qui s’est passé avec Roger Federer. J’ai, comme vous je suppose (ndlr : oui, oui ;-), lu des dizaines, voire des centaines d’articles sur le fait que Roger Federer était le plus grand joueur de tous les temps. Et, dimanche, Rafaël Nadal l’a rejoint au nombre de titres en Grand Chelem gagnés en simple. Si Rafa dépasse Federer, est-ce que cela voudra dire que l’Espagnol est meilleur dans l’absolu que le Suisse ? Certainement pas ! Nous avons là deux
champions hors normes. L’un est meilleur sur terre que l’autre, c’est un fait, l’autre est meilleur sur gazon. Mais, sur le fond, qui est le meilleur de tous les temps ? Très franchement, on s’en moque non ? Est-ce parce qu’ils ont un meilleur palmarès que Laver, Sampras, Connors, McEnroe ou Lendl qu’ils
auraient été forcément meilleurs que ces joueurs s’ils avaient été confrontés les uns aux autres ? Personne ne le sait et, je vous le répète, je ne vois pas l’intérêt de savoir qui est le ou la GOAT. Les époques, je vous l’ai dit, sont tellement différentes. Prenons Bjorn Borg, saviez-vous qu’il n’a joué qu’une seule fois l’Australian Open ? Et qu’il n’a joué que 8 ans les tournois du Grand Chelem ? Peut- on dire pour cela qu’il n’a pas marqué l’histoire de notre sport ?

Mais au fond de vous, madame Court, vous aimeriez que Serena Williams ne gagne pas son 24eme tournoi ?
Cela, mon cher ami, vous me permettrez de le garder pour moi.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY