Il faut sauver le Challenger de Mons

1
1746

Le Challenger de Mons se donne un mois pour trouver les fonds qui pourraient lui permettre de poursuivre la merveilleuse aventure. Je vous donne ci-dessous le communiqué de presse du tournoi et le lien. Vous pourrez comme cela vous faire votre propre idée. Inutile de dire que je suis à fond derrière ce projet car le tournoi de Mons est non seulement le meilleur Challenger du monde mais il est aussi indispensable pour les tennismen belges. C’est ici pour participer.

Ci-dessous, le communiqué d’Ethias:

Après 12 éditions, un défi de taille s’annonce pour le tournoi de tennis belge le plus récompensé et le plus reconnu sur le circuit Challenger Tour de l’ATP. Le tournoi de Mons va devoir trouver 200.000 euros s’il veut continuer à exister en 2017. Depuis 12 ans, l’ATP Challenger de Mons n’était pas seulement le seul tournoi de tennis du circuit ATP officiel en Belgique. C’était aussi un tremplin incroyable pour les joueurs, un terrain d’apprentissage pour les professionnels du tennis, une expérience exceptionnelle et totale pour les dizaines de milliers de visiteurs.

En effet, l’ATP Challenger de Mons aide les jeunes talents belges et européens à percer dans un milieu de plus en plus inaccessible. La mission est ambitieuse : changer le monde du tennis et le rendre plus juste.

“La plupart des tournois se déplacent maintenant vers l’Asie, rendant les déplacements, l’entraînement et la compétition plus diffi- ciles pour les joueurs de chez nous”, expliquent Dominique Monami et Gaetan Jacquemin, les organisateurs, “Notre force, c’est de proposer des structures d’entraînement (nos infrastructures sont parmi les plus grands standards tennistiques et offrent un lieu de compétition unique en Europe; et nous avons créé deux terrains d’entraînements complé- mentaires pour les joueurs belges dans le centre sportif de la Sapinette), une proximité, un soutien global et même médical et un public enthousiaste grâce à un tournoi officiel reconnu”.

Ce n’est pas tout. L’ATP Challenger, c’est aussi un modèle économique différent : “le sport (et non pas le profit) est au coeur de notre modèle économique. L’objectif est l’équilibre financier et non pas le bénéfice pour l’organisateur. A la différence des nouveaux tournois actuels, le but de notre démarche n’est pas de remplir nos poches, mais bien d’accompagner les joueurs à donner le meilleur d’eux-mêmes et offrir au public ce spectacle si humain. C’est pour cela que nos gradins sont remplis.

Ainsi, l’engagement du tournoi est sociétal, comme en témoigne la ré- compense reçue de la part du Comité Olympique international en 2013. “Et nous sommes reconnus comme le tournoi de tennis qui, pour sa catégorie, a engrangé le plus de prix dans le monde”.

Mais, cette année, cette belle aventure pourrait s’arrêter net. Ethias, le sponsor principal de l’événement, a été contraint de se retirer. Pour empêcher la fin d’un tournoi unique et indispensable en Belgique, les organisateurs ont besoin de tous car ils recherchent 20.000 sponsors. Car, si 20.000 personnes investissaient chacune 10 euros (le prix d’une place le lundi ), le tournoi récolterait les 200.000 euros dont il a besoin.

Avec cette somme, l’ATP Challenger de Mons pourrait convaincre un “matching sponsor” de doubler le montant et d’apporter les 200.000 autres euros qu’il manque pour compléter le budget global du tournoi. En toute honnêteté, les organisateurs reconnaissent que le défi est grand : “Nous avons conscience de ce que nous demandons, mais nous savons que notre rêve commun peut devenir réalité et que nous sommes des milliers à vouloir voir exister l’ATP Challenger de Mons.

Un crowdfunding, pas une récolte de dons Pour permettre au plus grand nombre de pouvoir assister à l’événement, l’Ethias Trohpy a toujours eu une politique tarifaire très souple. Si le public payait aujourd’hui son billet pour l’édition 2017 via la plate-forme de crowdfunding, cela pourrait contribuer à sauver l’ATP Challenger de Mons : “Les années précédentes, nous offrions énormément de places ou les proposions à des tarifs réduits. Aujourd’hui, pour la sauvegarde du tournoi, ce que nous demandons en fait à notre public, c’est de payer son billet quelques mois à l’avance… Si chaque spectateur payait le tarif plein et réservait son billet via la plateforme de crowdfunding, nous récolterions plus que le montant que nous recherchons… Par ailleurs, pour les remercier de leur avance, ils en auront pour leur argent puisque chaque pack vaut plus que sa valeur marchande

Il ne s’agit donc pas de quémander des aides ou des dons. Chaque supporter qui participera au succès de l’opération de crowdfunding recevra une “compensation”. La liste des contreparties est la suivante :

– 10 euros – une place le lundi, mardi ou mercredi – une Liefmans « on the Rock »

– 20 euros – une place le jeudi ou le vendredi – une Liefmans « on the Rock » – tirage au sort pour remettre la coupe au finaliste. – remerciement dans les supports du tournoi

– 30 euros – une place le samedi ou le dimanche. – une Liefmans « on the Rock » – tirage au sort pour remettre la coupe au finaliste. – remerciement dans les supports du tournoi – Un tube de balles Artengo

– 50 euros – places en tribune valables tous les jours – tee-shirt du tournoi – drink en présence de joueurs – remerciement dans nos supports – tirage au sort pour remettre la coupe au vainqueur

– 100 euros – Choix d’une place nominative en tribune valable tous les jours Premier arrivé, premier à choisir – Pack à 50 euros

– 350 euros – maillot d’un des sportifs engagés ( liste évolutive – voir description track ) Premier arrivé, premier à choisir – pack à 100 euros

– 500 euros – pack club de sport partenaire – participation aux actions clubs de l’été – 50 places pour l’apéritif des clubs partenaires le jeudi soir – remerciement dans nos supports et sur le panneaux des clubs

– 1000 euros – pack PME – organisation d’un apéritif privatif pour 25 personnes un soir de la semaine + visite des coulisses – remerciement dans nos supports et sur le panneaux des PME

– 2000 euros – une table de 8 personnes le vendredi soir au diner de gala en présence de représentants du monde sportif. – 50 accès durant la semaine

– 5 000 euros – pack entreprise – association à la compagne de promotion du tournoi – naming d’un match d’un soir de la semaine – visibilité sur site dont logo sur le boarding – une table de 8 personnes le samedi midi de la demi-finale – 100 accès durant la semaine

– 15 000 euros – pack entreprise – association à la compagne de promotion du tournoi – naming des matchs du samedi ou du dimanche – visibilité sur site dont logo sur le boarding – une table de 8 personnes le dimanche de la finale – un clinic avec un joueur – 100 accès durant la semaine

Comment cela va-t-il se dérouler ?

Pour réussir cette grande opération qui durera pendant un mois, entre le 14 mars et le 14 avril, l’ATP Challenger de Mons a fait appel à RisingTrack, la première plateforme de financement participatif spécialisée dans le sport. RisingTrack existe depuis 2016 et est pilotée par Morgane Vouche et Jérôme Truyens, l’un et l’autre hockeyeur de haut niveau. Grâce à leur plateforme RisingTrack qui emploie les médias sociaux et Internet, les sportifs peuvent entrer en lien avec leur public et leurs supporters pour récolter des fonds manquants. Charline Van Snick ou encore Laurine Delforge (arbitre de hockey, arbitre sélectionnée de la finale des JO de Rio et élue meilleure arbitre au monde) ont déjà fait appel à RisingTrack et, au total, plus de 150 000 euros ont déjà pu être récoltés, tous projets confondus via le site.

Dans un bel esprit sportif, la plateforme va elle aussi contribuer au succès de l’opération : “Nous allons réduire les frais de commissions que nous demandons habituellement aux projets de récolte de fonds. La réussite de cette campagne sera aussi une réussite pour nous et nous allons jouer à fond le jeu”, explique avec engouement Jérôme Truyens présent à la conférence de presse.

Le défi numéro 1 sera de fédérer une communauté d’abord tennistique : “Nous visons bien sûr le public des éditions précédentes de l’Ethias Trophy, ce qui représente entre 15 et 20.000 visiteurs venant des quatre coins de la Belgique et du Nord de la France”.

Le monde de l’arbitrage sera aussi sollicité : “En 12 ans, nous avons permis de professionnaliser le secteur de l’arbitrage tennistique belge. Aujourd’hui, 90 % de nos arbitres pendant le tournoi sont belges. Beaucoup ont été formés via l’ATP Challenger de Mons, ce qui profite à tous les tournois du circuit”.

Seront sensibilisés les membres des 180 clubs associés à l’ATP Challenger de Mons, ce qui représente 40.000 aficionados du tennis soutenus, depuis des années, par l’Ethias Trophy. En ligne, les organisateurs activeront leur communauté Facebook, près de 5.000 fans, ainsi que les 16.000 abonnés de la newsletter. Ensuite, ce sont les joueurs belges qui mettront la main à la pâte en relayant également l’information : on parle déjà de David Goffin, de Steve Darcis, de l’équipe de Coupe Davis, mais aussi d’anciens gagnants comme J-L Struff ou encore I. Marchenko ou simplement fan du Challenger de Mons comme Nicolas Mahut. David Goffin est certainement le joueur en qui l’ATP Challenger de Mons a le plus cru en lui offrant 5 “wild cards” pour lui permettre de gagner ses premiers points au classement mondial et de faire des sauts importants au classement ATP.

Aujourd’hui, il mouille littéralement son maillot pour le tournoi qui l’a vu grandir : “David nous donne un de ses maillots qui sera dédicacé”. Pareil pour les joueurs de l’équipe nationale de hockey qui veulent montrer que c’est un projet sportif qui concerne bien au-delà du monde du tennis ! Mais, bien sûr, les organisateurs doivent fédérer bien au-delà des amateurs de tennis. Et c’est pour cela que le rôle des médias, qu’ils soient ou non partenaires de l’actuel ATP Challenger de Mons, sera fondamental. Et puis, toute personne, peu importe son sport de prédilection, sa provenance géographique ou ses centres d’intérêts, sera la bienvenue avec ses idées et son envie de propager l’information… Et si on échoue ?…

Si le crowdfunding échoue et si aucun “major sponsor” ne se manifeste, l’ATP Challenger de Mons ne pourra pas se tenir. Mais, concernant les fonds qui auront été récoltés via la plateforme, “contrairement aux crowdfunding traditionnels et ce grâce au principe de la plate-forme Risingtrack, nous avons décidé que si nous n’atteignions pas l’objectif des 200.000 euros, l’argent récolté sera reversé à l’association Hopiness qui soutient des jeunes talents à atteindre l’excellence dans leur discipline sportive.”

Un défi unique au monde Cette forme de crowdfunding permettra de souder le lien de l’ATP Challenger de Mons avec ses supporters qui pourront s’approprier le tournoi différemment : “L’ATP Challenger de Mons deviendra le premier tournoi sportif au monde qui appartiendra véritablement à son public. C’est un magnifique message et une nouvelle manière d’envisager le sport.”

L’ATP Challenger de Mons est un tournoi indispensable pour les joueurs, les professionnels du tennis et plus largement les amateurs de sport ainsi que pour tous ceux qui veulent contribuer à sauver un projet de société ambitieux : “Nous sommes le seul tournoi à 300 kilomètres à la ronde qui propose un tennis alliant le haut niveau, l’accessibilité et un modèle qui ne vise pas uniquement le profit. Si nous ne réussissons pas notre pari, le monde du tennis belge et européen perdra un de ses plus beaux joyaux”.

 

Vous voulez participer à sa sauvegarde? C’est ici! 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY