Goffin : un bon US Open mais un réel goût de trop peu

3
607
epa06183934 Andrey Rublev of Russia (L) and David Goffin of Belgium at the net after their match during the eighth day of the US Open Tennis Championships at the USTA National Tennis Center in Flushing Meadows, New York, USA, 04 September 2017. The US Open runs through September 10. EPA-EFE/JOHN G. MABANGLO

La défaite face à Rublev ne doit pas éclipser la première qualification de Goffin pour les huitièmes de finale de l’US Open. Mais…

Il y a toujours plusieurs manières d’analyser un tournoi. Plusieurs angles, en fait.

Si on se replace en début de tournoi, il faut bien reconnaître que tout le monde aurait signé des deux mains pour une qualification de Goffin pour les huitièmes de finale. Depuis son retour à la compétition, David n’avait pas encore réussi à gagner deux matches d’affilée (il a été bye deux fois au premier tour). A New York, il en a gagné trois (je compte évidemment celui face à Monfils) dont un au bout de cinq manches de très belle intensité face à Guido Pella.

Donc, si je prends l’angle d’avant US Open, je ne peux que me satisfaire de cet US Open 2017 de David.

Par contre, si je ne prends que l’angle d’hier, je dois bien reconnaître que cette défaite face à Rublev me laisse un goût de trop peu. D’autant qu’elle a été obtenue en trois sets, ce qui me semble très très sec. Trop sec, en fait.

Après sa défaite, David a expliqué que depuis qu’il était revenu à la compétition, il n’avait pas encore pu jouer un match complètement à 100%. Et il est vrai que son genou le perturbe toujours et que son déplacement – une de ses qualités principales – s’en ressent.

Reste que quand un joueur de son niveau mène 3-0 avec deux breaks et qu’il bénéficie même d’une balle de 4-0, on ne peut pas se montrer satisfait.

Je ne dis pas que si David avait gagné ce deuxième set, il aurait remporté ce match mais Rublev était alors assez nerveux et il aurait sans doute éprouvé quelques difficultés à rester dans le match à une manche partout.

Mais voilà, l’une des faiblesses (relatives) de David Goffin a toujours été sa non-capacité à maintenir la tête de son rival sous l’eau. Il lui arrive ainsi trop souvent de faire le break, voire le double break et d’ensuite desserrer son étreinte, permettant à son adversaire de reprendre un peu d’oxygène et, surtout, un peu de confiance.

Hier, à 3-0 avec deux breaks, a joué le quatrième et cinquième jeux avec un peu moins d’intensité. C’est assez compréhensible car, avec deux breaks, on a la sensation que le plus dur est fait. Mais voilà, le plus dur, pour Goffin, n’est pas de démontrer qu’il est le meilleur, c’est de le confirmer dans le score, de jouer le jeu qui suit le break avec la même intensité que celui qui lui a permis de le faire.

A deux sets zéro, Rublev a pu lâcher les chevaux – je disais hier que son coup droit était explosif, il l’a été – et Goffin a logiquement perdu pied, sachant que son physique – et donc son mental – ne lui permettraient pas de revenir et de vaincre.

Sur le match d’hier, donc, je suis un peu frustré car il y avait, même à 90%, de la place pour aller en quarts. Ceci étant dit, Rublev est évidemment un excellent joueur qui va très rapidement intégrer le Top 20 et qui jouera un rôle important dans les 4, 5 années à venir.

Mais sur l’ensemble du tournoi, je répète que l’on peut être assuré que David est sur la bonne voie. Ce qui est une excellente nouvelle pour la demi-finale de Coupe Davis qui aura lieu la semaine prochaine et dont on connaîtra les sélections ce mardi.

A des kilomètres de New York, j’aimerais souligner la 22e victoire d’affilée de Julien Cagnina qui s’est qualifié pour le tableau final du Challenger d’Alphen où il rencontrera un certain Arthur De Greef au premier tour.

Voilà un duel belgo-belge qui fait revenir à la surface de nombreux souvenirs, ces deux joueurs ayant dès leur plus jeune âge été considérés comme deux des principaux espoirs du tennis belge.

 

3 COMMENTS

  1. Assez d’accord avec l’analyse de Patrick. J’étais le premier à dire qu’un troisième tour était déjà bien, compte tenu des circonstances. Mais là il avait une super opportunité d’aller en quarts; ce sont des occasions qui ne se présentent pas souvent. Il y a eu évidemment le 2ième set mais dans le premier aussi, il a une balle de break à 5-5 et je ne comprends pas comment il met ce revers bas du filet. Et le TB du deuxième a été très mal négocié, alors que Rublev était très nerveux et servait mal. Je pensais que David allait émerger sur l’expérience. Mais non. A mon avis, il avait une gêne, mais certainement pas de quoi l’empêcher de jouer 4 ou 5 sets. Il avait montré au premier et deuxième tours qu’il tenait la distance. Clairement dommage.

  2. Je suis un peu étonné que ne soit pas plus évoquée sa condition physique. Dans le 3eme set (seul que j’ai vu en entier), on pouvait clairement constater qu’il ne courrait plus sur les balles passant un peu trop loin de lui. Il n’était sans doute pas très loin de l’abandon (bon, là je m’avance peut-être un peu), mais ça indique aussi sans doute qu’il était déjà diminué lors des 2 premiers sets, ou sans doute en tout cas préocuppé par ça.

  3. Hum je ne suis pas aussi optimiste car cette défaite est très sèche et à la vue du tableau et des nombreux absents c’est une très grosse déception ( mais on ne peut plus prévisible à la vue de ses derniers résultats). On a pas vu grand chose durant ce match, si ce n’est de grosses fautes de David. Il a été peu combatif, il faut bien le reconnaître. C’est un peu triste qu’il se contente « juste » d’être déjà en seconde semaine. Il ferait bien de prendre exemple sur la combativité de Del Potro ! Il reste beaucoup de travail et je ne suis pas très optimiste pour le reste de la saison….

LEAVE A REPLY