Goffin et Mertens: quelles perspectives pour 2020?

1
815
epa06415032 David Goffin and Elise Mertens of Belgium in action during the mixed doubles match between Daria Gavrilova with Thanasi Kokkinakis of Australia and Elise Mertens of Belgium with David Goffin of Belgium on day 5 of the Hopman Cup tennis tournament at Perth Arena in Perth, Western Australia, Australia, 03 January 2018. EPA-EFE/TONY MCDONOUGH AUSTRALIA AND NEW ZEALAND OUT

Avant tout, permettez-moi de vous présenter mes meilleurs veux pour cette année 2020 qui, tennistiquement parlant, va réellement commencer dans quelques heures avec l’ATP Cup à laquelle participe la Belgique.

Je vous souhaite le meilleur pour les douze mois qui viennent et j’espère que, sportivement, vous aurez l’occasion de vibrer en regardant de superbes matches, gagnés ou perdus par les joueurs et joueuses belges.

J’ai bien écrit gagnés ou perdus car, comme je dis souvent, il faut accepter la défaite comme la victoire. Ce qui compte, ce n’est pas que le résultat mais bien la manière dont le sportif tente d’atteindre le succès. Il peut perdre en donnant tout. Il peut perdre car il joue contre plus fort que lui. Il peut perdre car il est dans un jour sans. Il peut perdre, aussi, parce qu’il a été mauvais, cela arrive.

Et il ne faut pas toujours croire non plus que le langage corporel est l’exact reflet de ce que ressent le joueur ou la joueuse. On sait que David Goffin n’est pas un extraverti, mais ce n’est pas parce qu’il ne dit rien, ne montre rien, qu’il s’en fout. Oui, moi aussi, j’ai parfois envie de lui donner un coup de fouet mais, jamais, je ne serai dans sa tête et ne saurai exactement ce qu’il ressent.

Ce qui ne m’empêchera pas, parfois, d’être sévère – c’est mon rôle d’observateur.

Et, puisque je parle de David Goffin, que dire pour 2020?

Il est onzième mondial et je pense que sa place se situe précisément entre la 8e et la 15e place. Je sais que certains trouvent cela insuffisant mais je dois leur rappeler que, devant la 11e place mondiale il y a : Rafaël Nadal, Novak Djokovic, Roger Federer, Dominic Thiem, Daniil Medvedev, Stefanos Tsitsipas, Alexander Zverev, Matteo Berrettini, Roberto Bautista Agut et Gaël Monfils.

A mes yeux, les 8 premiers sont plus forts que David. Berrettini, Bautista Agut et Monfils sont au même niveau que lui.

Derrière la 11e place, il y a : Fabio Fognini, Kei Nishikori, Diego Schwartzman, Denis Shapovalov, Stan Wawrinka, Karen Khachanov, Alex De Minaur.

Très franchement, ils peuvent tous revendiquer, eux aussi, une place dans le Top 10 et sont de ce fait de réels rivaux de David.

Donc, oui, David est pour moi à sa place entre la 8e et la 15e place, ce qui est tout bonnement remarquable.

Qu’attendre cette fois au niveau des résultats?

Je sais, comme l’explique d’ailleurs très justement Justine Henin dans un interview accordée à la DH de ce jeudi, que le grand public ne jure que par les Grand Chelem.

Hélas!, je pense que le format des matches dans les Grand Chelem ne correspond pas du tout à David. Pour moi il est bien plus un joueur de deux sets gagnants que de trois sets gagnants. Pour aligner des matches en cinq sets, il faut un coffre physique que David a certainement moins que nombre de ses opposants directs.

Je ne dis pas qu’il n’a pas de condition physique, je dis qu’il est moins costaud que des gaillards plus grands et plus lourds que lui. Qui plus est, il n’a pas une arme qui lui permettrait de gagner des points relativement sans effort.

Donc, si je ne doute pas qu’il peut aller à nouveau en quart d’un Grand Chelem, je pense qu’il a laissé passer une merveilleuse chance d’aller en demi lors du Roland Garros 2016. Si on ne peut jurer de rien, je dirais tout de même que les astres ne seront peut-être plus jamais aussi bien alignés.

Par contre, oui, je continue de croire que David peut gagner des ATP 250, des ATP 500 voire même un ou des ATP 1000. Qui, pour rappel, se jouent en deux sets gagnants.

Comme Justine, je dirais que les carrières d’Elise Mertens et de David Goffin peuvent être comparées. Elise est à mon avis parfaitement à sa place entre la 8e et la 20e position. Par contre, comme les Grand Chelem féminins se jouent également en deux sets gagnants, je crois qu’elle a plus de chance que David d’un jour décrocher la timbale. Je ne dis pas qu’elle va y arriver, je dis qu’elle peut y arriver.

Bref, en 2020, David et Elise vont encore écrire de belles pages du tennis belge, ils vont aussi nous énerver par moments par leur relative inconstance, mais s’ils terminent la saison plus ou moins à la même place que 2019, on ne pourra que se satisfaire.

Parfois, il faut accepter n’être pas le ou la meilleure du monde.

Tant que l’on progresse ou que l’on tente de progresser;..

1 COMMENT

  1. En effet Patrick, il est toujours frustrant de lutter contre le pseudo-argument « il n’est même pas le meilleur du monde, donc ça ne vaut pas le coup de le regarder ». J’ai même entendu cette absurdité de la part de vrais fans de tennis, qui ne semblent tirer leur plaisir que de la déception des adversaires de leur poulain (exemple: le fan de nadal qui regarde Roland Garros et qui te sort toutes les deux minutes « t’as vu comme il tape fort dans la balle? ») Pareil pour les fans du Real de Madrid, qui prétendent aimer le foot dans toute sa complexité tout en pensant secrètement « de toute façon on a le plus gros budget ».

    Personnellement, j’ai construit mes meilleurs souvenirs de tennis en regardant Xavier Malisse, et je suis prêt à parier que mes émotions étaient bien plus riches que celles d’un fan de Djoko. Ce qui est intéressant avec Malisse ou Goffin, c’est de les supporter dans toute leur humanité, en acceptant leurs imperfections. L’humanité de Djoko ou Nadal ne se manifeste que très rarement, lorsque les mécaniques parfaitement calibrées de leurs corps et de leurs esprits conçus pour le tennis viennent à avoir des ratés.

    C’est vrai que Mertens et Goffin se situent au même endroit dans leurs hiérarchies tennistiques respectives. Par contre Mertens arrive après la bataille, alors que Goffin est un pionnier. ça fait une énorme différence. Si Mertens gagne un tournoi du grand chelem, les gens hausseront les épaules, alors que si c’est Goffin…

LEAVE A REPLY