Formidable exploit d’Elise Mertens à Hobart

1
1241
epa05514586 Elise Mertens of Belgium hits a return to Garbine Muguruza of Spain on the first day of the US Open Tennis Championship at the USTA National Tennis Center in Flushing Meadows, New York, USA, 29 August 2016. The US Open runs through September 11. EPA/JASON SZENES

A 21 ans, elle a battu Monica Niculescu en finale du WTA de Hobart. Elle est 82e mondiale au classement sorti ce samedi. Maryna Zanevska battue au dernier tour des qualifs à l’Australian Open. Depuis 1994, au moins un ou une Belge gagne au moins un tournoi chaque année (source: Christine Hanquet et Yves Simon 😉

Une fois de plus, je vais paraphraser Thierry Van Cleemput. Qui dit régulièrement que le tennis est un sport d’opportunités, de moments. Et il est vrai qu’il y a parfois des portes qui s’ouvrent devant un joueur et une joueuse. Il n’y a que deux solutions à cet instant: mettre son pied dans l’anfractuosité et pousser le plus fort possible sur ladite porte ou la laisser se re-claquer.

Je ne prendrai qu’un seul exemple, alors qu’il y en a des dizaines: celui de David Goffin qui, en 2012 a été repêché dans le tableau final de Roland Garros en tant que lucky loser (par tirage au sort) et qui s’est alors hissé au quatrième tour avec ce fabuleux match contre Roger Federer.

A Hobart, Elise Mertens a superbement profité de circonstances particulières.

Il y a d’abord eu les qualifications, dont elle s’est extirpée en trois fois deux sets secs face à Nao Hbino, Dalma Galfi et Sacha Vickery.

Toute heureuse de se hisser dans le main draw, elle ne se doutait pas que sa semaine serait aussi euphorique. Il y a d’abord eu cette très belle perf face à Kristina Mladenovic, 42e mondiale et 7e tête de série.

C’était à la fois réjouissant pour Elise mais aussi un rien compliqué à gérer car ce succès mettait en péril sa participation aux qualifs de l’Australian Open.

Est alors arrivé l’épisode surréaliste du deuxième tour qui, heureusement, a vu Sachia Vickery abandonner avant Elise.

J’avais écrit ce jour-là qu’Elise devait, au lieu de regretter son absence à Melbourne, profiter au maximum de ce tournoi un peu bizarre car programmé avant un Grand Chelem.

Je ne pensais pas qu’elle le ferait autant.

Troisième tour victorieux en effet face à la première tête de série et 22e mondiale, Kiki Bertens (en deux sets là aussi).

Et Elise d’enchaîner avec une victoire nette en demi contre Jana Fett (6-4 6-0).

Cette nuit, danse mon des conditions venteuses, elle s’est tout simplement imposée face à Monica Niculescu, 38e mondiale et 3e tête de série. Selon Filip Dewulf, Elise a très bien négocié les conditions venteuses, a joué intelligemment face à une adversaire un rien maladroite. Le score : 6-3 6-1!

Oui, vous avez bien lu: Elise n’a pas perdu un sel set en huit rencontres!

Un premier succès dans un tournoi de ce niveau, qui lui vaudra dès lundi de monter à la 81e place mondiale. Ce qui lui permettra d’éviter les qualifs à Roland Garros et dans la plupart des grands tournois dès la fin du mois de février.

Ce succès fait plaisir à beaucoup de personnes, dont bien entendu le staff d’Elise mais aussi Dominique Monami. La capitaine de Fed Cup était d’ailleurs très heureuse de twitter ce matin son bonheur. Double bonheur puisque Dominique a gagné Hobart en 1997, soit il y a 20 ans tout juste, et que la Belgique doit rencontrer la Roumanie en Fed Cup dans quelques semaines.

Bonheur, aussi, pour mes excellents confrères et amis Christine Hanquet et Yves Simon qui s’amusent depuis plus de 20 ans à espérer qu’il y ait au moins un titre belge par saison. Saviez vous, à ce sujet que, depuis 1994, c’est le cas. Je me permets d’ailleurs de piquer la liste que Christine a publiée sur le site de la RTBF.

1994 (2)

– Sabine Appelmans : Linz, Pattaya

1995 (2)

– Sabine Appelmans : Zagreb

– Filip Dewulf : Vienne

1996 (2)

– Sabine Appelmans : Linz

– Dominique Monami : Cardiff

1997 (3)

– Dominique Monami : Hobart, Surabaya

– Filip Dewulf : Kitzbuhel

1998 (1)

– Dominique : Auckland

1999 (2)

– Kim Clijsters : Luxembourg

– Justine Henin : Anvers

2000 (3)

– Kim Clijsters : Hobart, Leipzig

– Olivier Rochus : Palerme

2001 (6)

– Kim Clijsters : Stanford, Leipzig, Luxembourg

– Justine Henin : Gold Coast, Canberra, Rosmalen

2002 (6)

– Kim Clijsters : Hambourg, Filderstadt, Luxembourg, Masters

– Justine Henin : Berlin, Linz

2003 (17)

– Kim Clijsters : Sydney, Indian Wells, Rome, Rosmalen, Stanford, Los Angeles, Filderstadt, Luxembourg, Masters

– Justine Henin : Dubaï, Charleston, Berlin, Roland-Garros, San Diego, Toronto, US Open, Zurich

2004 (7)

– Kim Clijsters : Paris, Anvers

– Justine Henin : Sydney, Australian Open, Dubaï, Indian Wells, Jeux Olympiques

2005 (14)

– Kim Clijsters : Indian Wells, Miami, Eastbourne, Stanford, Los Angeles, Toronto, US Open, Luxembourg, Hasselt

– Justine Henin : Charleston, Varsovie, Berlin, Roland-Garros

– Xavier Malisse : Delray Beach

2006 (10)

– Kim Clijsters : Varsovie, Stanford, Hasselt

– Justine Henin : Sydney, Dubaï, Roland-Garros, Eastbourne, New Haven, Masters

– Olivier Rochus : Munich

2007 (14)

– Kim Clijsters : Sydney

– Justine Henin : Dubaï, Doha, Varsovie, Roland-Garros, Eastbourne, Toronto, US Open, Stuttgart, Zurich, Masters

– Steve Darcis : Amersfoort

– Xavier Malisse : Chennai, Delray Beach

2008 (3)

– Justine Henin : Sydney, Anvers

– Steve Darcis : Memphis

2009 (3)

– Kim Clijsters : US Open

– Yanina Wickmayer : Estoril, Linz

2010 (8)

– Kim Clijsters : Brisbane, Miami, Cincinnati, US Open, Masters

– Justine Henin : Stuttgart, Rosmalen

– Yanina Wickmayer : Auckland

2011 (1)

– Kim Clijsters : Australian Open

2012 (1)

– Kirsten Flipkens : Québec

2013 (1)

– Alison Van Uytvanck : Taipei

2014 (2)

– David Goffin : Kitzbuhel, Metz

2015 (2)

– Yanina Wickmayer : Tokyo, Carlsbad

2016 (1)

-Yanina Wickmayer: Washington

2017 (en cours…)

-Elise Mertens : Hobart

Lire aussi ce post avec un entretien de 2014

A Melbourne, Maryna Zanevska s’est pour sa part inclinée face à Mona Barthel. Elle doit maintenant espérer être repêchée (elle est première LL). Ce qui constituerait une opportunité, là encore.

 

1 COMMENT

  1. La non participation d’Elise à l’AO doit lui sembler une anecdote maintenant. C’est magnifique pour elle. Un titre reste quelque chose de spécial. C’est ce qu’on retient souvent d’une carrière. La preuve, cette belle liste de titres (merci Patrick c’est un résumé historique génial qui met en lumière nos joueurs passés et présents).

LEAVE A REPLY