Federer, Nadal et Djokovic: 50 titres du Grand Chelem à eux trois

2
695
Tennis - Wimbledon - All England Lawn Tennis and Croquet Club, London, Britain - July 15, 2018 Serbia's Novak Djokovic celebrates winning the men's singles final against South Africa's Kevin Anderson. Neil Hall/Pool via Reuters

Le retour de Novak Djokovic au sommet met encore plus en évidence – si besoin en était – la génération sidérante qui domine le tennis masculin depuis 2003.

La première fois que Roger Federer a gagné un Grand Chelem, c’était en 2003, à Wimbledon.

La première fois que Rafaël Nadal a gagné un Grand Chelem, c’était en 2005, à Roland Garros.

La première fois que Novak Djokovic a remporté un tournoi du Grand Chelem, c’était en 2008, à l’Australian Open.

Le dernier titre en Grand Chelem de l’un de ces 3 champions, c’était hier, en 2018 à Wimbledon.

Depuis le premier titre de Federer jusqu’au dernier de Djokovic, se sont joués 61 tournois du Grand Chelem.

A eux trois, ils en ont gagné… 50!!!!!

Ils n’ont donc laissé que quelques miettes (11 exactement) à leurs contemporains. Seuls Andy Murray et Stan Wawrinka ont pu en grappiller plus d’une. Le Britannique et le Suisse en ont en effet gagné 3 chacun.

Les 5 autres titres: Andy Roddick à l’US Open 2003, Gaston Gaudio à Roland Garros 2004, Marat Safin à l’Australian Open 2005, Juan-Martin Del Potro à l’US Open 2009 et  Marin Cilic à l’US Open 2014.

Si on prend le classement des vainqueurs du Grand Chelem, toutes périodes confondues, on trouve 3 joueurs quasiment totalement contemporains dans le Top 4:

Federer: 20; Nadal; 17; (Sampras 14) et Djokovic 13.

Ce qui veut dire que, fatalement, s’il n’y avait pas eu une aussi rude concurrence, l’une de ces trois légendes (je pense que l’on peut dire maintenant légende pour Djokovic également), aurait encore fait mieux que ce qu’il n’a fait.

Tout cela, non pas pour essayer de comparer les époques – vous savez que j’estime que cela n’a aucun sens – mais bien pour tirer un énorme coup de chapeau à ces trois méga-champions.

Un tout particulier aujourd’hui à Novak Djokovic qui a traversé une période compliquée mais qui, à force d’abnégation et de volonté, est revenu au plus haut niveau sur le gazon de Wimbledon.

Son match face à Rafaël Nadal entrera dans les annales, comme les deux rencontres époustouflantes que Kevin Anderson a livrées face à Roger Federer en quart et contre John Isner en demi.

Côté féminin, c’est Angélique Kerber qui a remporté un tournoi de Wimbledon marqué par les défaites des principales têtes de série. L’Allemande a pu profiter des circonstances et pourrait puiser dans cette victoire la confiance nécessaire pour prendre une place plus en rapport avec ses qualités.

Serena Williams n’a donc pas réussi à égaler le record de Margaret Court qui mène, avec 24 titres, le classement des joueuses les plus titrées en Grand Chelem. Serena en a gagné 23 mais peut évidemment encore améliorer son palmarès. N’oublions pas qu’elle avait quitté le circuit pour donner naissance à son premier enfant.

Reste que le tennis féminin n’a plus de réelle patronne, ce qui donnera certainement de belles envies à la quinzaine de joueuses capables de s’imposer aujourd’hui dans un Grand Chelem.

Parmi elles, évidemment, une Elise Mertens qui ne doit pas être mécontente de quitter le gazon.

Au niveau belge, ce Wimbledon aura évidemment été marqué par la défaite d’entrée de David Goffin mais, aussi – et surtout – par le très beau huitième de finale d’Alison Van Uytvanck.

Plus aujourd’hui.

Concernant David Goffin, outre sa défaite qui n’avait rien d’illogique face à un spécialiste de l’herbe, je retiendrai plus une phrase recueillie par Paris Match avant le début de la compétition, en substances: « je préfère être heureux en étant 20eme que malheureux en étant Top 10. »

Je laisse à chacun le soin d’interpréter cette déclaration.

2 COMMENTS

  1. Des déclarations qui font penser à celles d’Eden Hazard après France-Belgique : « Je préfère perdre avec cette Belgique-ci que gagner avec cette France-là. » Ce n’est pas la première fois que je me fais la réflexion que nous avons des champions extraordinairement humains, qui cultivent d’autres valeurs que le fait de gagner ou d’être le meilleur à tout prix. Filip Dewulf n’avait-il pas affirmé après son épopée fantastique à RG qu’il était content du fait que tout ce cirque médiatique allait cesser et qu’il allait pouvoir reprendre le fil normal de son existence ? Le fait que Kim et Justine n’aient pas eu une carrière longue s’inscrit peut-être aussi dans cette optique : « Je préfère être bien dans ma peau à 35, 40 ou 50 ans que d’avoir X records à mon actif mais être complètement cassé ! » De ce point de vue, je me sens profondément belge !

  2. Ben, Patrick… On n’a effectivement pas parlé de son quart de finale… Vu qu’elle s’est arrêtée en 1/8!
    Ce qui constitue déjà un magnifique résultat, bien sûr !

LEAVE A REPLY