Federer, Djokovic, Nadal, … Goffin savent bien jouer au tennis

9
2320
Belgium's David Goffin leaves the court following his defeat against Serbia's Dusan Lajovic at the end of their tennis match on the day 5 of the Monte-Carlo ATP Masters Series tournament on April 17, 2019 in Monaco. (Photo by Yann COATSALIOU / AFP)

Ceux qui ne me suivent pas régulièrement, et même ceux qui me suivent, doivent se dire, en lisant ce titre: « mais voilà que Amortie et lob perd la boule et la notion de ce qu’il écrit. »

Il est donc nécessaire que je m’explique.

Donc, oui, chacun à leur niveau, Roger Federer, Novak Djokovic, Rafaël Nadal et David Goffin savent jouer au tennis.

Mieux, ils savent bien jouer au tennis.

Mieux encore: ils savent très bien jouer au tennis.

Pourtant, tous les quatre, chacun à leur niveau, ont connu – ou connaissent – des périodes de doutes, avec moins de victoires que d’habitude.

Jouent-ils moins bien au tennis pourtant? Non.

Mais, par contre, ils jouent moins bien quand il est temps de conclure.

Les 100 premiers joueurs de la planète jouent bien au tennis.

Ils jouent en fait tous très bien au tennis.

La différence entre eux est nichée dans leur faculté à maintenir le niveau quand les points deviennent importants.

Prenons Boris Becker, lui, il jouait très bien au tennis mais dès qu’une balle devenait importante, il arrivait à encore élever son niveau de jeu alors que, souvent, son adversaire, lui, le diminuait.

Federer, Nadal, Djokovic, quand ils sont au top, jouent toujours très bien et encore encore mieux quand ils ont une balle de set ou de match dans leur raquette.

Par contre, quand ils ont un peu de doute, ils jouent toujours très bien mais, quand ils ont une balle de set ou de match, ou bien quand ils sont devant, ils baissent un peu la garde. De manière imperceptible, car ils jouent toujours très bien, mais ils sont moins efficaces. Tout étant proportionnel, bien entendu.

Depuis hier et la défaite de David face à Tsitsipas, on me dit que je suis trop sévère en disant que cette défaite est terrible. On me dit que David a très bien joué.

Ben oui, je sais évidemment que David a très bien joué. David, comme tous les joueurs du top 100, comme tous les joueurs du top 50, comme tous les joueurs qui ont été top 10, joue bien au tennis, c’est une évidence.

Quand on me fait cette remarque, je me demande si ceux qui me la font découvrent aujourd’hui que David Goffin est un bon joueur de tennis alors que cela fait dix ans qu’on le sait.

Me dire que David a bien joué, c’est comme si on me disait que Nadal joue bien sur terre battue, même quand il perd.

Le problème n’est pas dans le jeu, n’est que très rarement dans le jeu.

Oh, bien entendu, parfois, il est nécessaire de recalibrer une première balle, une prise de raquette. Mais, très franchement, qui a pu douter un jour que Federer, Nadal, Djoko ou Goffin ne savaient plus jouer au tennis?

Ben oui, ils savent bien jouer au tennis.

Mais, parfois, ils perdent confiance.

Comme l’ont fait les membres du big four, comme le fait Zverev, comme le fait Dimitrov, comme le fait Goffin.

Ils ne savent plus jouer au tennis?

Ben si, ils savent jouer au tennis.

Le propos n’est pas là.

Ils savent tous jouer au tennis, bien, très bien, très très bien.

Mais ce qui compte, c’est de bien jouer au tennis quand il le le faut.

Pas à l’entraînement.

Pas au début d’un set.

Pas au milieu d’un set.

Mais, mais , mais: quand on mène!!!!!!!

La force d’un joueur de tennis est d’être capable de mieux jouer quand la victoire est à portée de main.

La force d’un champion est de ne PAS avoir peur de gagner.

J’en parle à l’aise car du niveau où j’étais (-15), j’ai connu une période de doutes qui me menait souvent au tie-break contre des joueurs contre lesquels j’avais toujours gagné et contre lesquels je finissais par perdre. Eux-mêmes me disaient, après le match: « mais qu’est ce qui s’est passé? Tu jouais bien et tu as craqué. »

Ben oui, je savais bien jouer (tout étant relatif) mais je ne croyais plus en moi. Et, donc, je perdais en jouant aussi bien qu’avant, mais pas au moment de conclure.

Je ne me compare pas à David, loin de loin, très loin de là, mais tous les joueurs de tennis, quel que soit leur son niveau, ont connu ce moment où la victoire leur échappe pour des raisons mentales et non tennistiques.

J’en reviens à samedi et à la demi-finale d’Estoril. les deux premiers sets ont été moyens, très moyens compte tenu de la valeur des deux joueurs. La deuxième manche a même été très très faible au niveau du service.

Le troisième set a été de très bonne facture, Goffin et Tsitsipas ont offert un spectacle de haut niveau pour le spectateur lambda. Par contre, il n’y avait aucun fil tactique, pas de fil conducteur. On avait deux joueurs cherchant plus à se prouver à eux-même qu’ils savaient jouer au tennis. On a même eu des échanges de juniors, à savoir qu’ils cherchaient tous les deux à montrer qu’ils frappaient le plus fort.

Mais point de chemin tactique, pas de fil rouge.

Juste du beau tennis, assez peu efficace, mais par moment spectaculaire.

Et, très franchement, Goffin a tout eu en mains pour gagner.

Mais il a perdu..

« Oui, me dit on, mais il a bien joué. »

….

MAIS EVIDEMMENT QU’IL A BIEN JOUE!!!!

Il faut arrêter avec cela!

Oui, David Goffin a bien joué.

Oui, il joue bien.

Mais il perd.

Il n’a pas encore gagné trois matches d’affilée cette année, ce qui, pour son niveau, est inquiétant.

« Oui, mais c’était Tsitsipas! »

Euh oui, mais pas le meilleur Tsitsipas que l’on connaisse, loin de là

Peu importe d’ailleurs le joueur puisque David ne joue pas contre son adversaire mais contre lui-même..

Et il ne croit plus en lui.

Il n’a plus confiance.

Donc, oui, bien entendu, David Goffin joue bien au tennis.

Mais, ce qu’il lui faut, c’est une grosse victoire.

Hier, il ne se serait pas agi d’une grosse victoire car le Grec n’état pas exeptionnel) mais d’une belle victoire.

Qui aurait pu mener le Belge vers la confiance.

Au lieu de cela, il s’est agi d’une très mauvaise défaite.

Très.

Perso, je préfère perdre en jouant mal (au moins j’ai une excuse) qu’en jouant bien.

Le problème de David (comme celui de Zverev ou de Dimitrov), n’est pas tennistique, il est mental.

Et le mental, sportivement partant, s’il se travaille sans doute dans des cabinets, ne trouve sa réelle solution que sur le terrain.

Quand on gagne.

9 COMMENTS

  1. Après le match contre Wawrinka à Rome, David met des mots sur sa victoire : « j’ai commencé à rejouer avec l’adversaire, à ne plus du tout à penser à moi, à mes sensations. J’ai commencé à jouer beaucoup plus juste, à être plus créatif pour trouver des solutions et c’est là que je suis le meilleur ».
    Et, effectivement, même si la première balle ne passait pas comme très souvent dans les 1er et 2ème sets, il a joué. Il a fait ce qu’il fallait faire: engager l’échange et ne pas s’encombrer du « j’aurais pu ou je dois mieux faire ». Il faut aussi dire que l’état de forme et la concentration de Stan l’ont aidé.

  2. Je m’incline Patrick, j’ai eu tort d’estimer il y a deux mois que Goffin serait au top maintenant. Petite analyse sur trois paramètres:

    Physiquement, il est à 100% depuis janvier, les matches que j’ai vus cette année me le confirment. Pas de blessure, pas même de coup de mou comme c’était trop souvent le cas en début de carrière.

    Mentalement, pas besoin d’en faire une tartine non plus. Absence de confiance, et surtout, refus de gagner. Dans l’état actuel des choses, même à 6-0 5-0 service à suivre, j’aurais des doutes. Ou est le Goffin à sang froid dont j’appréciais tellement les imperturbables constructions tactiques, travaillant l’adversaire sans relâche jusqu’au point de rupture? J’aimais me moquer des gens qui réclamaient un Goffin expansif, qui hurlerait en serrant le poing à chaque échange remporté. Je continue à penser que s’il veut se réléler à lui-même, il doit éviter ce stéréotype ridicule qui ne lui correspond nullement.

    Au-delà de ces évidences, c’est sur le plan tennistique que je m’interroge. Il ne semble ni en train de travailler une tactique nouvelle ni d’essayer d’appliquer l’ancienne. Il semble juste désespérément perdu. J’ai suivi le tournoi d’Estoril, je l’ai vu jouer avec la peur au ventre contre Jaziri, attendant la baisse de régime d’un adversaire auquel il est largement supérieur. Je l’ai vu frapper dans le vide contre Tsitsipas. Sa nette victoire contre Souza n’est due au fait que son adversaire était encore plus paumé que lui au niveau tactique.

    Difficile de prendre confiance quand on a pas de plan de jeu. Mauvaise vision du coach? Mauvaise interprétation des instructions du coach? Peu importe. D’une manière ou d’un autre, il faut avant tout définir ce que l’on essaye de faire avant d’espérer quoi que ce soit.

  3. Je pense que tout se résume à cette fameuse confiance. Dans ce sens oui cette défaite contre Tsitsipas était très dommageable. Mais que dire de celle contre Fucsovics? Quand on manque de confiance parce qu’on ne gagne plus assez, on doute un peu de tout, y compris de la bonne tactique à suivre. On a tendance à sortir des bons schémas de jeu, notamment sur les points importants où on a tendance à paniquer. Je pense que c’est là que David se trouve aujourd’hui. Sur TB, la tactique reste quand même importante, surtout pour un gars comme Goffin qui construit ses points et ne dispose pas d’un coup fort (relativement évidemment). Je pense que Rome et RG ne vont pas changer grand-chose, tant il est dans le trou.Peut-être que le passage sur gazon ou tout est un peu différent sera une occasion de se relancer.

  4. Le déroulement du match d’aujourd’hui contre Fucsovics vient apporter de l’eau à votre moulin, Patrick. Même avec deux breaks d’avance, Goffin n’y arrive pas (plus). Cela fait un an et demi qu’il n’a plus disputé de finale. Il devient tout simplement un joueur anonyme du circuit…

    • C’est ce qu’il avait déclaré l’année passée et c’est bien ce qu’il réalise depuis… Le plus effrayant c’est qu’il n’y arrive plus contre des joueurs tout à fait à sa portée….que se passera il quand il ne sera plus tête de série et va tomber sur des joueurs du top des les premiers tours….

  5. Non c’est le moins que l’on puisse dire 9 victoires pour 11 défaites c’est tout simplement mauvais. J’ai vu plusieurs match et il est très loin de bien jouer….a ce rythme ce sera un exploit si il fait encore partie du top 50 en fin d’année…..
    Il n’y est plus du tout

  6. Bien compris, Patrick!!! 🙂
    Une petit clarification sur les commentaires « Mais David a bien joué »… C’est que ces derniers temps, nous avons vu quelques matchs où David n’a pas bien joué du tout!!!… Alors le voir bien jouer et combattre paraissait tout de même un pas dans la bonne direction…
    Maintenant, le mental… Gros défi, en effet!

LEAVE A REPLY