Et Goffin est en quart, comme Darcis, comme Reuter

3
1382
06/03/2016 - LIEGE- Davis Cup Belgium vs Croatia - MATCH4- David GOFFIN vs Marin CILIC ©Philippe Buissin/ IMAGELLAN

David sort Berdych sur un double 6-0. Steve et Yannick sont en quarts de leur challenger. Elle est pas belle, la vie?

Bon bon bon. Je commence par quoi. Les grincheux?

Non, pas les grincheux.

Les tourneurs de casaque?

Non, pas les tourneurs de casaque.

Non, je vais commencer par vous, les passionnés, ceux qui aiment le tennis. Vous qui vous emballez parfois mais qui restez passionnés et, donc, supporteurs.

Ce jeudi soir, David Goffin a joué le match parfait.

Le match parfait, c’est celui qui se joue en une heure ou un peu plus. Qui vous voit entrer dans le match au taquet, survolté. Qui, dès la première balle, vous dit: « vas-y, tu risques rien. Frappe, cogne, innove, tente. »

Ce genre de jour pendant lequel vous pouvez fermer les yeux sans que cela ait un impact sur le taux de réussite de vos essais.

Hier, David a joué parfaitement le coup.

Et, donc, fatalement (oui FATALEMENT LES GRINCHEUX!), l’adversaire a donné l’impression de ne pas être en forme. Mais ce n’est pas qu’il était pas en forme Tomas Berdych, c’est qu’il n’a pas eu le temps d’entrer dans le match. Il n’a pas eu une seule seconde pour se mettre dedans. Même quand il a mené 0-40 sur le service de David, à la fin de la rencontre, il n’a pas réussi à conclure.

Pas qu’il n’avait pas envie, mais David était là, a encore osé, n’a pas – cette fois – baissé d’intensité. Et, donc, David a joué le feu, du début à la fin.

Sans baisse de régime. Réussissant même des amorties rétro. Mais c’est en coup droit qu’il a fait le plein.

Dieu sait pourtant que Berdych est un maître en la matière.

Mais aujourd’hui, il n’en était rien: le coup droit, c’était David. Le service, c’était David, le revers c’était David.

L’intensité, c’était David.

Il a joué Top 5. Comme quand il avait mené 3-0 au troisième set face à Djokovic à Cincinnati en 2015.

Sauf qu’ici, il est allé au bout.

Sauf qu’ici, il a battu son troisième Top 10.

Oui, son troisième (tiens, ils sont où ceux qui disaient il y a trois mois qu’il n’avait pas le niveau pour battre les Top 10? Et ceux qui disaient après Monte-Carlo que la saison américaine était déjà oubliée?)

David est à nouveau en quart de finale d’un ATP 1000. Comme l’an dernier.

L’an dernier, il aurait dû jouer contre Andy Murray en 8e mais le Britannique avait déclaré forfait.

Ici, il jouera contre Murray en quarts.

Un match qui aura lieu demain vendredi à 14 heures.

Je ne pourrai sans doute pas le commenter mais si vous pouvez le voir, n’hésitez pas. David ne sera pas favori. Mais il ne l’était pas ce jeudi.

Ce qui ne l’empêche pas de jouer largement Top 10.

Ah, oui, il a été battu par Lucas Pouille à Madrid. Quelle horreur.

C’est ce Pouille qui a sorti Ferrer ce jeudi…

C’est cela, le tennis. Il ne faut jamais juger sur un jour, sur une semaine, sur un tournoi.

Il faut – TOUJOURS – prendre du recul.

Ici, Goffin a battu Berdych. Ce n’est pas pour cela qu’il battra Murray.

Il a joué le feu mais ce n’est pas pour cela qu’il battra Berdych la prochaine fois.

Par contre, si je prends du recul, je suis obligé de dire que Goffin joue Top 10.

Pas depuis ce matin, non.

Depuis plusieurs mois.

La preuve?

Ben, elle est simple: il sera, au pire, 8e à la Race de lundi. Devant Wawrinka, devant Kyrgios, devant Federer, devant Ferrer…. La Race, c’est le classement qui court à partir du 1er janvier.

8e, c’est en ordre utile pour le Masters…

Autre bonne nouvelle de la journée: la qualification de Yannick Reuter pour les quarts de finale du Challenger d’Heilbronn. Sans oublier le quart de Steve Darcis à Bordeaux.

Elle est pas belle, la vie????

 

3 COMMENTS

  1. Btw, si David bat Murray, il sera Top 10 dans le classement ATP sur 52 semaines. Il peut meme faire top 8 pour RG s’il va en finale, mais une chose a la fois!

  2. « J’ai essayé d’aller au bout, jusqu’à la ligne d’arrivée »

    C’est ce que David n’avait pas su faire, en février dernier, contre le même Berdych, à l’open de Marseille. Van Cleemput avait été très contrarié de l’attitude de David, lors de ce match.
    Les enseignements en ont été tirés. L’ardoise est effacée, et, ce, de manière magistrale par des balles frappées et déposées. On est sorti de ce match emportés. Dans presque un état second.

    Et, puis, il y a les petits « détails » qui font le reste. Rome est la ville des ancêtres de la compagne de David et il doit nécessairement avoir envie d’y briller.

    Ensuite, avancer avec ceux de sa génération comme Nishikori déjà installé dans le top 10 depuis un certain temps, et, Thiem, cela veut dire quelque chose. Le tennis, ce n’est pas qu’une histoire de soi, il se fait aussi avec les autres. Ces progressions arrivent au moment où Federer, Tsonga, Ferrer, Gasquet, Berdych, et dans la moindre mesure Wawrinka et même Nadal, ont amorcé la pente descendante, et, les victoires de David, aux yeux d’une partie du public et de la presse étrangère, ne vaudront que lorsqu’il aura réussi à l’emporter régulièrement sur ceux tout devant ou sur ceux en train de monter comme Thiem, Kyrgios, Zverev.

    Pour finir, les enseignements de la Coupe Davis seront tirés pour cette après-midi contre Murray. On espère juste que la pression de la Race et du top 10 ne sera pas trop lourde comme l’avait été celle de la Coupe

    Pour les amateurs de stats de David, un article de l’atp montre bien son évolution au service en 2015, et, en 2016. Il met en perspective les stats de David :évolution nette au service et nécessité d’augmenter ses % de réussite quand il est mené 0-30 pour se rapprocher de Djoko ! http://www.atpworldtour.com/en/news/infosys-david

LEAVE A REPLY