Envie d’avoir envie (bis)

1
1308

Le quart de finale de Steve Darcis est avant tout une bonne nouvelle. Il ne faut évidemment pas en tirer de conclusions hâtives, pas plus d’ailleurs que de la défaite de Goffin au premier tour à Doha. Reste que l’envie d’avoir envie est trop souvent oubliée.

Vous le savez, en tennis, comme dans d’autres sports d’ailleurs, il ne faut jamais tirer de conclusions après un ou deux matches. Ni même après un ou deux tournois. Je ne vais donc pas m’enflammer suite au quart de finale de Steve Darcis à l’ATP 250 de Pune, pas plus que je ne vais m’affoler de la défaite initiale de David Goffin à l’ATP 250 de Doha.

Rabat joie? Mais non, bien sûr que non. Je me réjouis des deux victoires de Steve à Pune mais j’essaye de raison garder. J’étais à Abu Dhabi et j’ai vu la manière dont il s’entraînait et dont il se donnait.

Sur le terrain, mais aussi en dehors, je le sentais particulièrement concentré sur son métier. Je l’ai vu jouer plusieurs sets – dont 5 à la suite sous 28 degrés – et je peux vous assurer qu’il voulait tous les gagner ces sets. Et quand il était malmené, soit par Mirza Basic, soit par Vincent Millot, soit encore par un étonnant joueur syrien présent aux Emirats, il ne rigolait pas. Au contraire, même, il se retournait vers le public composé de jeunes boursiers de Hope and Spirit, et il lâchait quelques vannes démontrant son envie.

Oui, son envie!

Pour gagner au tennis, il faut évidemment travailler son jeu, améliorer son physique, tenter de soigner sa nourriture, rencontrer parfois des préparateurs mentaux.

Mais tout cela ne sert à rien si on n’a pas envie. Si, quand on monte sur le terrain, on n’a pas faim.

Si, quand on est au début d’un match, d’un set, on se demande ce que l’on fait là.

Steve, lui, a envie. Dans le troisième set de son entraînement face à Basic. Comme dans le deuxième set d’hier face à Mmoh contre lequel il a sauvé deux balles de match.

Oui, l’envie de Steve est là et quand le Shark a envie, il mord à pleines dents.

Cette envie est évidemment décuplée par trois faits:

  1. Steve n’avait plus joué de tournoi depuis la finale de Coupe Davis 2017.
  2. Steve approche des 35 ans (il les aura en mars)
  3. Le nouveau classement ATP ne laisse pas beaucoup le choix

Mais, et c’est pour cela que je ne m’enflamme pas, il faut aussi prendre un peu de recul. On sait tous que Steve a le niveau tennistique d’un Top 50. On sait tous que son slice de revers insupporte la grande majorité de ses adversaires. Personne ne remet en cause sa volonté et, aussi, bien entendu, son énorme expérience.

Non, la réelle faiblesse de Steve réside dans la fragilité relative de son corps. Cette fragilité relative qui l’a éloigné si souvent du circuit.

Donc, oui, je me réjouis, oui je suis heureux pour lui, mais je continue à croiser les doigts pour qu’un pépin ne vienne pas, une nouvelle fois, enquiquiner ce joueur exceptionnel, ce gladiateur des courts.

Je ne suis pas rabat-joie, je suis juste prudent.

Un mot, maintenant, sur le nouveau classement ATP. Vous aurez remarqué qu’il n’y a plus que 14 Belges classés à l’ATP

En cause, le nouveau système de classement mis en place conjointement par l’ITF et l’ATP dont le but, en gros – en très gros – est de limiter le nombre de joueurs professionnels.

Je vous fait grâce de mes explications mais voici quelques sites:

2019 ATP Rankings Changes – FAQ

Site 1

Site 2

Site 3

Site 4

 

Avec son quart de finale, s’il est battu à ce stade, Steve aura 45 points, ce qui le mènera aux alentours de la 375e position. Et oui, déjà 😉

1 COMMENT

  1. Merci Patrick pour ce bel article. J’espère que tu en sortiras un autre, encore plus ensoleillé, maintenant que Steve est en demi. Extraordinaire gladiateur en effet notre Steve national.

LEAVE A REPLY