En route pour l’histoire?

0
778
14/09/2017 - Brussels - Davis Cup Belgium vs Australia.Draw Ceremony © IMAGELLAN

Johan Van Herck a raison de dire que la Belgique peut gagner la Coupe Davis cette année. Mais la route est longue, très longue. Comme le sera ce week-end de demi-finale.

Je sais qu’en Belgique on n’aime pas trop cela mais Johan Van Herck a tout à fait raison de dire dans toutes les langues que son équipe a les moyens de gagner la Coupe Davis 2017, ce qui serait une première puisque les Belges n’ont pas (encore?) inscrit leur nom au palmarès de cette prestigieuse compétition que certains ténors mondiaux sont en train de mettre à mal.

Cela étant dit, avant de penser à la finale il faut bien évidemment se concentrer sur la demi-finale. Gonflés à bloc par leur capitaine emblématique, les Australiens sont prêts à se battre des heures durant et même Nick Kyrgios semble ne penser qu’à cela: la victoire.

Mais la motivation ne fait pas tout et les Australiens auront fort à faire face à des Belges qui, eux aussi, la veulent, cette victoire mais qui, surtout, sont nés sur la terre battue. Une terre qui, je peux vous l’assurer, est d’une lenteur à faire pâlir les plus grands terriens et, aussi, qui ne génère quasi pas de rebonds, ce qui a pour effet d’énerver un Kyrgios qui adore frapper les balles assez hautes alors qu’ici, il doit – ce qu’il déteste – fléchir les genoux bien plus qu’il ne le fait d’habitude.

C’est dire que si Steve Darcis est dans la forme qu’on lui connaît en Coupe Davis, il ne va pas cesser de slicer bas et court, ce qui va forcer Nick Kyrgios à aller de l’avant et à ajuster son petit jeu de jambes, ce qui n’est pas son fort.

Mais Kyrgios, en réalité, à un seul adversaire: lui-même. Que ce soit sur dur, sur gazon et même sur terre, son bras est capable à lui seul de battre les meilleurs mondiaux, y compris le Top 5. Quand il est dans un bon jour – oui, cela arrive – il est pour ainsi dire intouchable. Ett, avec Hewitt sur le banc, il ne faut pas trop compter sur un pétage de plombs de la part de ce génie des courts. Qui va certainement prendre sur lui et accepter des échanges assez longs et sans doute assez frustrants pour cet adepte des points courts et explosifs.

Darcis a-t-il une chance de battre son jeune collègue? Oui, bien entendu.

Mais il ne faut pas croire non pus que le Shark sera favori de ce deuxième simple. Comme déjà dit, Steve va devoir faire son match et essayer de sortir Kyrgios du sien. S’il n’y arrive pas, l’Australien gagnera car il est intrinsèquement plus fort que le deuxième Belge. Si Steve parvient dans le premier set à faire douter son rival, alors, tout peut se produire.

Mais ce sera Kyrgios qui décidera de l’issue de la rencontre. S’il est dedans, il sera injouable. S’il est à moitié dedans, il pourra perdre. Et je répète: ne comptez pas sur un jour off de la part de ce joueur qui veut à tout prix ramener le Saladier dans son pays qui l’a pourtant remporté à moult reprises.

Pour le premier simple, je dois bien dire que je ne suis pas très inquiet. Certes, Lleyton Hewitt a joué la carte de la surprise en sélectionnant John Millman à la place de Kokkinakis et Thompson mais faire une surprise ne transforme pas un joueur de deuxième niveau en tireur délite. A 28 ans, Millman n’est plus un espoir, il est classé 185e (mais a été 60e l’an dernier avant de se blesser). On me dira qu’il a été au troisième tour à l’US Open. C’est vrai mais il a bénéficié d’un non match de… Kyrgios et a par la suite battu Jaziri avant de perdre en trois sets face à Kohlschreiber.

Son principal atout, outre le service, est son jusqu’au-boutisme. Mais je ne crois pas un seul instant que David puisse être inquiété plus longtemps qu’un set, un set et demi.

En résumé: Goffin 80% de chances de gagner, Darcis 35%.

Voilà voilà (et je rappelle que tous les matches doivent être joués et que des pronos ne sont que des pronos 😉

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY