Du Rocher monégasque à la montagne espagnole

2
1506

Alors que David Goffin semble perdu et ne s’est pas retrouvé sur la terre de son rocher, les joueuses belges ne partiront pas favorites face à l’armada ibère. Quant à Steve Darcis, il est privé de tableau final de Roland Garros.

La journée de mercredi n’a, mais alors là pas du tout, été favorable aux tennis masculin belge. Dans un premier temps, les journalistes ont été très surpris en recevant la liste des joueurs entrants directement dans le tableau final de Roland Garros. On savait évidemment tous que seul David Goffin y avait un accès direct et logique mais le classement protégé de Steve Darcis (90) devait lui permettre d’entrer dans ce main draw si important tant pour le plaisir que pour le compte en banque.

Pourtant, pas de Steve dans la liste des joueurs…

La raison? Une ‘petite’ erreur administrative au moment de remplir le formulaire d’engagement pour le deuxième tournoi du Grand Chelem. Une erreur qui oblige Steve à passer par les qualifs… Steve qui jouera la semaine prochaine le Challenger de Francavilla et enchaînera avec Bordeaux.

Mercredi toujours, j’avais le plaisir de converser vers midi avec quelques collègues présents à Courtrai dans le cadre de la Fed Cup. Certains d’entre eux étaient assez positifs quant à la forme de David Goffin et son niveau de jeu.

Je leur ai alors fait part de mon sentiment que je vous résume ici: « le problème de David n’est pas le niveau de jeu mais le manque de confiance et s’il n’a pas mal joué au premier tour de Monte Carlo face à Guido Andreozzi, il faut bien dire qu’après le premier set, son jeu était largement moins précis et moins engagé. »

A ce sujet, j’avais d’ailleurs été très surpris en lisant l’interview que David avait accordé à mon ami Yves Simon, journaliste à Sud Presse.

David y confiait son optimisme tant il trouvait – sans aucun doute à raison – que son niveau de jeu à l’entraînement était élevé. « En jouant comme cela, disait-il en substances, je peux battre n’importe qui. »

Ma surprise venait du fait que ce n’est évidemment pas le niveau technique et tennistique de David Gofin qui fait défaut depuis le début de la saison (et même un peu plus). Non, ce qui pose problème, c’est sa faculté à jouer au même niveau en match et, surtout, à le maintenir lorsque le score devient serré et que la victoire approche – ou pas.

Depuis le début de l’année, il n’a pas réussi à gagner plus de deux matchs d’affilée, ce qui génère fatalement un manque de confiance. Confiance qui, à tous les niveaux, ne se régénère qu’en… gagnant des matches. L’entraînement, s’il est évidemment nécessaire et même indispensable, ne permet pas de retrouver cette confiance. Il donne les armes, il les peaufine mais seuls les matches officiels ont du sens.

C’est d’ailleurs pour cette raison que je ne vous parle jamais des tournois exhibition qui n’apportent aucune information sur la forme réelle d’un joueur.

Si vous jouez au tennis en club, vous connaissez tous des joueurs qui vous disent :  » tchieu, c’est dingue, à l’entraînement, je joue comme un fou et je vaux au moins trois indices de plus que mon classement… »

Joueurs qui, une fois qu’ils montent sur le terrain en compétition, perdent leurs moyens et sortent dudit court perplexe : « j’aurais toujours dû gagner…, je ne comprends pas, je suis bien meilleur que lui. »

Mercredi soir, David a été battu par un Dusan Lajovic en feu (comme en témoigne sa victoire le lendemain face à Thiem) mais qui n’était pas du tout imbattable.

Après le match, David confiera son désarroi, semblant enfin comprendre (ou se souvenir) que, décidément, en effet, l’entraînement n’est pas la compétition.

« C’était un très mauvais match de ma part… Pourtant, je suis arrivé confiant, avec le travail qu’on vient de fournir. Mais j’ai commis l’erreur de penser que parce que tout va bien aux entraînements, tout irait bien aussi en match. Mes attentes étaient trop grandes et je me suis perdu. »

Propos très surprenants, je le redis, car un joueur de ce niveau devrait savoir cela depuis des lustres…

Plus… inquiétant encore, le fait que David ajoute: « dans les jours qui viennent, ce n’est certainement pas de tennis dont j’ai besoin. »

Pourtant, on sait que David n’a pas énormément joué cette année – et pour cause – et que sa saison 2018 s’était terminée en fin septembre…

Et là, j’en reviens à l’envie. L’envie que, décidément, on ne perçoit toujours pas quand David est sur le court.

Je ne dis pas qu’il n’a pas envie d’avoir envie (et ses propos démontrent qu’il tente la méthode Coué) mais l’envie ne se décrète pas. L’envie est présente ou pas.

Et ce n’est que lorsque l’on joue un match officiel – quel que soit le niveau – que l’on peut la ressentir… ou pas.

Si Lajovic était en effet en feu, David n’a pas donné cette impression. Pas plus que son coach Johansson, qui semblait même un peu éteint.

Et, donc?

Donc, je ne sais pas.

David joue évidemment bien au tennis, tout comme Grigor Dimitrov.

Ce n’est pas hasard si je prends le Bulgare comme exemple. Vainqueur du Masters 2017 en battant… David Goffin en finale, le Bulgare de 27 ans traverse lui aussi une fameuse crise de confiance. Il n’a joué que 12 matches cette année et est désormais 28e alors qu’il a été 3e.

Encore une fois, il ne s’agit pas de capacité mais bien de confiance.

Et la confiance, cela ne se commande pas. Il suffit – parfois – d’un seul match pour qu’elle revienne.

Mais nul ne sait à quel moment cela se passera. Si l’on regarde la carrière de David, on se doit d’ailleurs d’admettre que c’est souvent quand on ne l’attend pas qu’il nous sort une série de folie.

Soyons donc patients….

Allez, je passe du Rocher monégasque à la montagne ibère qui se présentera face à l’équipe belge de Fed Cup ce week-end.

Je dis montagne mais c’était surtout pour le mauvais jeu de mots. Car, si, sur terre, les Muguruza et Suarez Navarro auraient sans doute été intouchables – ou presque – , sur dur, il n’en ira pas de même.

Les Espagnoles partiront certes avec l’étiquette de favorites mais les Belges ont un bon coup à jouer, y compris en l’absence d’Elise Mertens.

A mes yeux, Alison Van Uytvanck et Kirsten Flipkens seront sélectionnées pour les deux premiers simples.

NB: étant responsable de presse pour l’équipe belge, je ne ferai pas d’analyse des rencontres de samedi mais ferai une analyse globale lundi matin.

2 COMMENTS

  1. Et bien la vraie mauvaise nouvelle c’est donc cette non participation de steve à RG cette année, sauf beau parcours en qualifs évidemment. Je ne sais pas si l’erreur administrative est petite, mais en tout cas elle est lourde de conséquence. Ces classements protégés sont une véritable aubaine pour les joueurs ayant été longuement blessés et une belle opportunité de prendre beaucoup de points en une fois. Je serais vraiment déçu de ne pas le voir cette année.

  2. Une tentative de vous offrir un angle différent aux résultats de David Goffin de cette saison 2019 en cours… notamment à partir de la valeur actuelle des joueurs.
    Voici la liste des joueurs dont David Goffin a perdu cette saison, et leur classement actuel dans la ATP Race au 27 avril 2019 (avant le début des demi finals de l’ ATP 500 de Barcelona) :
    1. Stefanos Tsitsipas 4ème (Marseille DF)
    2. Daniil Medvedev 5ème (Open d’Australie R32)
    3. Gaël Monfils 10ème (Rotterdam R32)
    4. 4.Dusan Lajovic 18ème (Monte Carlo R32)
    5. Frances Tiafoe 24ème (Miami R16)
    6. Filip Krajinovic 41ème (Montpellier R16 + Indian Wells R64)
    7. Ricardo Berankis 57ème (Qatar R32)
    8. Salvatore Caruso 153ème (Arizona Tennis Classic QF )
    Et voici la liste des joueurs contre qui David Goffin a gagné cette saison, et leur classement actuel dans la ATP Race au 27 avril 2019 (avant le début des demi finals de l’ ATP 500 de Barcelona) :
    9. Marco Cecchinato 19ème
    10. Gilles Simon 28me
    11. Benoit Paire 43ème
    12. Cristian Garin 46ème
    13. Casper Ruud 73ème
    14. Marius Copil 78ème
    15. R. Carballes Baena 86ème
    16. Guido Andreozzi 97ème
    17. Pablo Andujar 99ème
    Prenant les stats ici-dessus comme base et le classement ATP dans la Race comme critère, le bilan de David Goffin contre les joueurs classés dans les 50 premiers est de 40% victoires (4 victoires contre 6 pertes).
    Comment ce pourcentage de 40% compare avec celui dans les saisons 2016-2017 où David Goffin avait le meilleur classement officiel de sa carrière à la fin de saison, notamment respectivement 11ème et 7ème mondiale ?
    Eh bien, dans les saisons 2016-2017, le bilan de David Goffin contre les joueurs classés dans les 50 premiers du classement ATP (classement normal) était de 59% (26 victoires contre 18 pertes).
    Malgré l’usage de deux critères différents (classement ATP Race dans l’un et classement normal dans l’autre) dans la comparaison, je crois pouvoir en tirer deux conclusions de cette comparaison :
    • Le bilan victoires/pertes provisoire de cette saison de David Goffin est moins bonne que dans les saisons 2016-2017, mais encore raisonable ;
    • en 2016-2017 David Goffin perdait aussi bien régulièrement de joueurs classés dans le top 50 du classement ATP officiel, mais moins souvent que cette saison.

LEAVE A REPLY