De Londres à Melbourne, en passant par Lille

6
1574
epa05692644 Rafael Nadal of Spain (R) celebrates with the trophy after winning against David Goffin of Belgium (L) the final of the Mubadala World Tennis Championship 2016 in Abu Dhabi, United Arab Emirates, 31 December 2016. EPA/STR

La saison se termine mais elle sera encore riche en émotions et, déjà, on se tourne vers le premier tournoi du Grand Chelem 2018.

Vous ne m’en voudrez pas mais j’ai dû sourire plusieurs fois, hier, juste avant le tirage au sort des ATP Finals, les Masters. Chacun – dont moi – y allait de son pronostic, partant du principe que tel ou tel groupe serait moins fort que l’autre.

Mes sourires venaient du fait que, au Masters, forcément, ce sont les huit meilleurs mondiaux disponibles et que, donc, fatalement, il n’y a pas de groupe « moins » fort. Mais deux groupes très forts.

Cela étant, il n’est pas faux non plus d’affirmer que le Groupe Pete Sampras semble composé de joueurs plus « accessibles » pour David Goffin que le Groupe Boris Becker. Cela, c’est pour les sentiments mais que disent les chiffres?

Goffin – Nadal:  l’Espagnol mène 2-0 face à David. Les deux rencontres ont eu lieu cette année. 7-6 6-2 sur la terre de Madrid et 6-3 6-1 sur la terre de Monte-Carlo.

Goffin – Thiem: le Belge mène 6-3 face à l’Autrichien. Les deux dernières rencontres se sont tenues cette année et David a gagné les deux: 5-7 7-6 6-2 6-2 sur le dur de l’Australian Open et 7-6 4-6 6-3 sur la terre de Monte Carlo.

Goffin – Dimitrov: le Bulgare mène 3-1 mais David a remporté leur dernière rencontre; il y a quelques semaines, sur le dur de Rotterdam: 6-4 1-6 6-3.

Donc, oui, on peut dire que les chiffres peuvent confirmer les sourires: face à Thiem et Dimitrov, David part clairement à chances égales.

Reste à voir la forme du moment.

Là, c’est très compliqué car on sait que les ATP Finals génèrent une adrénaline qui peut faire oublier tous les bobos et une bonne partie de la fatigue.

Rafael Nadal a dû déclarer forfait à Paris mais son entourage affirme qu’il sera sur pied pour lundi et son premier match face à … David Goffin.

Depuis l’US Open, Dominic Thiem souffre quelque peu. Il a certes gagné ses deux simples en Coupe Davis face à la Roumanie mais, ensuite, c’est moins bon: défaite initiale à Chengdu face à Pella, défaite initiale à Tokyo face à Johnson, défaite initiale à Shanghai face à Troicki, défaite au deuxième tour à Vienne face à Gasquet, défaite au troisième tour à Paris (mais il était bye au premier) face à Verdasco. Plus la grande forme donc.

Grigor Dimitrov présente un meilleur bilan de fin de saison. Après sa défaite rapide à l’US Open, il a été en demi à Beijing (perd contre Nadal), en quart à Shanghai (perd contre Nadal), a été en finale à Stockholm (perd contre Del Potro). Et à Paris, il a sans doute perdu au deuxième tour mais face à un John Isner qui espérait encore aller à Londres. Plutôt en forme mais pas non plus exceptionnel – tout étant relatif.

Et David? Ben, David, il a probablement réussi l’une des meilleures fins de saison. 8e de finale à l’US Open, deux victoires probantes en Coupe Davis avec la qualification que l’on sait, une défaite rapide à Metz avant de gagner l’ATP 250 de Shenzhen et l’ATP 500 de Tokyo. La suite est moins bonne, évidemment, avec une défaite initiale face à Simon à Shanghai, une défaite en quart (mais il était bye au premier) face à Tsitsipas à Anvers. Il rebondira à Bâle où il ira en demi-finale (perd face à Federer) mais s’inclinera au troisième tour à Paris (il était bye au premier) face à un incroyable Benneteau. Une forme sans doute en baisse sur les dernières semaines mais, mentalement, il est au top, et on le serait à moins quand on parvient à enchaîner une première participation aux Masters et une deuxième finale de Coupe Davis.

Rafaël Nadal? Ben Rafaël Nadal, je ne vais pas vous faire l’injure de dire qu’il est ou non en forme. Il est numéro 1 mondial et, s’il joue, il sera forcément terriblement compliqué à contrer.

Et donc? Donc, David a, à mon sens, autant de chance que Thiem et Dimitrov de se hisser à la deuxième place du Groupe, ce qui lui donnerait accès aux demi-finales. Je n’ai pas dit qu’il terminerait à la deuxième place, j’ai dit qu’il pouvait terminer à la deuxième place. Nuance…

QUI EN COUPE DAVIS?

Après les Masters, David rejoindra ses collègues de Coupe Davis. Quels collègues ? Sans nul doute Steve Darcis, Ruben Bemelmans, Joris De Loore et Arthur De Greef. Tout indique – et lui-même aussi d’ailleurs – que Johan Van Herck donnera cinq noms le 14 novembre, date limite pour la Fédération Internationale. En réalité, il donnera 4 noms officiels et il ajoutera un cinquième. Il prendra sa décision ultime  en fonction de se qui se passera lors des derniers jours d’entraînements (ce n’est qu’en 2018 que les équipes passeront à 5 joueurs). La vraie question réside dans la capacité de Joris De Loore à être fit and well mais, selon mes infos, ce devrait être le cas. Quant à Steve Darcis, il semble bien remis et prêt à tout donner pour la ramener, cette Coupe.

Les nouvelles, donc, sont bonnes.

Quels Belges à l’Australian Open?

Après la Coupe Davis, il sera temps de penser, déjà, à l’Australian Open dont le cut tombera début décembre.

Qui en sera ?

David Goffin, Steve Darcis sont certains d’être dans le main draw. S’il reste dans le Top 8 jusqu’à la semaine qui précède le main draw, David sera pour la première fois parmi les 8 têtes de série sauf si – ce qui m’étonnerait – l’ATP accepte que des Murray, Djokovic ou Wawrinka puissent bénéficier d’un privilège du fait de leur carrière et palmarès. Mais, a priori, ce sera bien le classement ATP qui déterminera les têtes, ce qui laisse présager de bien compliqués 8e de finales…

Pour Ruben Bemelmans, virtuel 104e, cela va être très juste, sauf s’il joue bien à Brescia la semaine prochaine. Pour info, le cut de cette année était à 105….

Quels autres Belges en qualifs ? Le cut de cette année était à 246. Arthur De Greef et Julien Cagnina devraient pouvoir y entrer en 2018, si du moins ils le désirent et sont prêts à traverser la planète.

Côté féminin, main draw assuré pour Elise Mertens, Alison Van Uytvanck et Kirsten Flipkens.

Virtuelle 111e mondiale, Yaninna Wickmayer doit être performante cette semaine à Huan Hin ou lors des prochains éventuels rendez-vous à Taipei, Mumbai ou Honolulu. Elle en a la capacité et a déjà été brillante en fin de saison.

Si pas, elle devra passer par les qualifs, comme Maryna Zanevska et Ysaline Bonaventure qui a assuré sa présence à Melbourne avec son très joli succès de la semaine dernière au 60.000 de Toronto.

6 COMMENTS

  1. Comment se fait-il que Cilic soit crédité de la sixième place à l’ATP alors que perdant 90 points au Masters il devrait avoir moins de points que notre David Goffin ?

  2. David avait eu /aurait eu ses chances dans les deux groupes à mon avis, puisqu’il a aussi une face à face positive vis-à-vis de Cilic et Sock, à deux conditions pourtant:
    1) que Davidl n’est plus du tout gêné par une blessure au genou ou ailleurs;
    2) qu’il se donne à fond (et ne pense pas trop à la Coupe Davis à jouer après).

    • oui, ce n’est pas faux mais je me méfie de Sock qui est en phase ascendante et sur un nuage. Et, en fin de saison, des serveurs comme Cilic et Zverev peuvent plus s’appuyer sur leur service. Donc, je préfère Sampras à Becker alors que, dans les faits, je préférais Becker à Sampras. 😉

LEAVE A REPLY