David a gaspillé trop d’énergie inutilement

11
2462
epa06783267 David Goffin of Belgium plays Marco Cecchinato of Italy during their men?s round of 16 match during the French Open tennis tournament at Roland Garros in Paris, France, 03 June 2018. EPA-EFE/IAN LANGSDON

9eme mondial, 8eme tête de série, David Goffin s’est incliné en 8e de finale face au 72eme mondial. Il s’agit, c’est évident, d’une très rude contre-performance.

Vous le savez, j’écris à longueur d’année, depuis des lustres, qu’une défaite fait partie de la vie d’un joueur de tennis. Qu’être favori n’empêche évidemment pas de perdre. Que l’outsider a le droit de gagner, comme le favori a le droit de s’incliner.

Je ne vais pas vous dire le contraire aujourd’hui. Marco Cecchinato mérite sa victoire, il a joué le coup parfaitement et a superbement bien profité de la chance qui se présentait à lui de se hisser en quart de finale de Roland Garros.

Ce n’est donc pas la défaite de David face à l’Italien qui me chagrine mais bien la répétition de mauvais débuts de match et l’énergie dingue qu’il utilise pour rester dans la rencontre et, donc, dans le tournoi.

Prenons le match contre Gaël Monfils. Oui, évidemment, David y a laissé beaucoup et il n’a pas été avantagé par l’arrêt de la rencontre vendredi soir. Mais revenir sur le Lenglen en menant 3-2 30-0 et ne pas parvenir à entrer dans la deuxième partie du match avec énergie et positivisme, prendre les coups sans les rendre, est problématique.

D’autant plus que, je le répète, c’est régulièrement que David se met lui-même dans les cordes.

Je suis subjugué par sa capacité à revenir et à ne pas baisser les bras et j’étais le premier (et le suis encore d’ailleurs) à souligner la force mentale du Belge qui est revenu de deux sets face à Haase, qui a sauvé une balle de premier set face à Moutet, qui s’est sorti du match piège face à Gaël Monfils.

Mais, en réalité, David n’aurait pas dû se retrouver dans ces situations. Comme pour un boxeur, à force d’être mis dans les cordes, le coup fatal arrive, que l’on ne sait plus contrer parce que l’on a dépensé de l’énergie quand ce n’était pas réellement nécessaire. Ou plutôt, parce que l’on a dépensé de l’énergie en raison d’un manque de mise en route énergique et de maintien d’intensité.

Ce coup fatal est venu curieusement d’un joueur talentueux, certes, mais qui n’a rien d’exceptionnel non plus. Marco Cecchinato a pu donner ses coups parce que, précisément, David l’a laissé faire. Qu’il n’a pas réussi à imposer son point de vue.

Il le dira lui-même en conférence de presse, propos retranscris ce matin dans Sud Presse:  « je n’avais pas de pépin physique, pas de courbature, ça allait bien. Mais une fois en match, j’ai dû faire face à un manque de jus, à un manque d’énergie…. Rien n’était fluide aujourd’hui… Je rattrapais les balles plutôt que de les jouer. »

Autrement dit, comme écrit plus haut: il a pris les coups au lieu de les donner.

Pourquoi, pour quelles raisons?

Parce qu’il ne parvient pas encore à s’économiser. Parce qu’il lui arrive trop souvent d’ aller rechercher son adversaire alors que ce dernier a la tête sous l’eau. Hier, encore, il a fait le break dans le 4e set avant de s’écrouler. Contre Monfils, il menait 3-2 30-0 dans le 3e set….

Avant d’aller plus loin, lisons ce que dit Thierry Van Cleemput dans Sud Presse, toujours: « C’est clair que vendredi et samedi, il a joué un gros match, tant en intensité qu’en émotions… Mais voilà, je ne suis pas le coach qui peut se contenter de ça et faire semblant de rien. Il va falloir qu’on trouve une explication et identifier le problème car ce n’est pas possible une prestation comme ça ! Ok, il y a eu un petit souci au coude, lors de la préparation, mais le problème avait disparu. Quand on ne joue pas bien, vous savez, forcément, on va avoir des douleurs… Mais bon, au stade actuel des choses, pour moi, c’est un non-match mental, plutôt qu’un souci physique. Il faudra trouver le pourquoi de tout ça et une stratégie pour passer au-delà. Un problème de pression ? On va voir. Une chose est certaine, il n’avait déjà pas très bien réussi son Open d’Australie et on pensait que tout allait bien, ici. .. »

Le parler vrai du coach est légitime: quand on a un joueur de ce niveau, de ce talent, qui est 9e mondial, on ne peut pas accepter un tel parcours en Grand Chelem. 8e tête de série, David avait un tableau tout à fait à sa portée. Une défaite avant les quarts doit être considérée comme étant une très grosse contre-performance.

On pourrait évidemment encore se réjouir d’avoir eu un Belge en deuxième semaine et s’en contenter. Mais ce ne serait pas intelligent, ni très porteur. David Goffin est Top 10, il est donc logique que son staff, le public et, surtout, lui-même, désire en faire encore plus,

Et, pour en faire encore plus, il est indispensable que David monte sur le court avec un couteau entre les dents. Qu’il montre à son adversaire que c’est lui le boss. Qu’il arrête de prendre les coups.

Je ne lui demande pas de modifier totalement son langage corporel mais je me retrouve un peu dans la même situation qu’en août 2016, au lendemain de sa défaite aux Jeux Olympique. Voilà ce que j’écrivais:

« Il faudra, ce qui n’est pas réellement dans ton ADN, te transcender. Aller encore plus loin au fond de toi-même pour transformer les essais.

Il faudra, encore plus que maintenant, te faire mal.

Je sais que tu fais le maximum, David. Mais il est sans doute utile que ce maximum soit élevé encore un peu. Mais aussi, et surtout, que tu montres davantage à l’extérieur que tu te donnes à fond. Il faut que ton adversaire sente que tu es un guerrier. Que les spectateurs trouvent dans ta gestuelle des raisons de te porter en direction du dernier carré dans les majeurs.

Il n’y a pas de Grand Chelem en Belgique, il n’y aura pas de Jeux Olympiques en Belgique. Il est donc nécessaire que tu trouves toi-même le soutien d’un public qui ne sera pas de ta nationalité. Pour ce faire, il faut montrer que tu en veux. Il faut les appeler à te porter.

Il faut qu’ils crient pour toi, pour que ton coup droit soit plus sec, plus tranché, que tes volées, un peu trop déposées, deviennent injouables.

Il faut, David, et je sais que tu travailles sur ce point, que tu te fasses violence. Que tu sortes de ton costume de joueur policé. Je ne te demande pas d’être comme Kyrgios ou comme Murray mais juste de sortir un peu plus de tes gonds. De te manifester davantage. »

Depuis 2016, David a pris du coffre, est entré dans le Top 10, a battu Nadal et Federer, a été en finale des Masters, mais même à ce niveau exceptionnel mes propos de 2016 tiennent encore la route.

Et je sais que David, Thierry et le staff feront tout pour ne pas laisser passer à l’avenir d’aussi belles occasions.

PS: ce jour, l’incroyable Elise Mertens aura une bien belle carte à jouer face à la numéro 1 mondial. Elle ne sera pas favorite mais peut réaliser un coup.

 

11 COMMENTS

  1. A l’attention de Mike1.
    L’objective de TVC et David Goffin était et reste d’atteindre un jour la demi-finale d’un chelem, et non simplement d’atteindre la deuxième semaine.
    Qu’est-ce que le poids du joueur vient faire là-dedans ?
    Eh bien, il faut considérer la liste des joueurs qui ont réussi les dernières années à atteindre les demi-finales de Roland Garros, regarder leur poids et l’âge auquel ils l’ont fait et tirer alors les conclusions logiques…par rapport à ces chances.
    J’ai fait l’effort de faire cet exercice pour la période de 2001 jusqu’ à 2018.
    30 joueurs ont réussi à atteindre les demi-finales de Roland Garros dans cette période.
    La liste de ces joueurs est ici-dessous en détail, avec pour chaque joueur sa date de naissance, poids, les saisons dans lesquelles ils a atteint la demi-finale, et l’âge auquel ils l’a fait.
    Le poids moyen de ces joueurs est de 81,1 kilos, et la plupart entre eux pèsent plus de 81 kilos.
    3 joueurs dans la catégorie de poids à laquelle Goffin appartient ont réussi a le faire: Guillermo Coria en 2003 et 2004, Gaston Gaudio en 2004 et Nikolai Davydenko en 2005 et 2007. Coria était 21-22 ans, Gaudio 25 ans et Davydenko 24 et 26 ans respectivement, tous à un âge plus jeune que l’âge actuel de D.Goffin.
    On constate que les joueurs qui réussissent à le faire à l’âge de Goffin (ou plus âgé) pèsent tous plus que lui.
    G. Coria (1982-01-13) -69 kilo – (2003 et 2004) – 21 en 22 ans
    G. Gaudio (1978-12-09°) -70 kilo – (2004)- 25 ans
    N. Davydenko (1981-02-06°) -70 kilo – (2005 et 2007) – 24 et 26 ans
    D. Ferrer (1982-04-02°) -73 kilo -(2012 et 2013) – 30 et 31 ans
    S. Grosjean (1978-05-29) -73 kilo -(2001) – 23 ans
    A. Corretja (1974-04-11) -73 kilo – (2001 et 2002) – 27 et 28 ans
    J.C. Ferrero (1980- 02-12) -73 kilo – (2001-2002-2003) – 21, 22 et 23 ans
    T. Henman (1974-09-06) -77 kilo -(2004) – 30 ans
    N. Djokovic (1987-06-02°) -77 kilo – (2007, 2008 etc…)- 20 jusqu’à 29 ans
    A. Costa (1975-06-25°) 78 kilo -(2002 et 2003) – 27 et 28 ans
    M. Puerta (1978-09-19) – 78 kilo – (2005) – 26 ans
    M. Cecchinato (1992-09-30) -78 kilo – (2018) – 25 ans
    D. Nalbandian (1982-01-01) – 79 kilo – (2004 et 2006) – 22 et 24 ans
    G. Monfils (1986-09-01°) – 80 kilo – (2008) – 21 ans
    J. Melzer (1981-05-22) -81 kilo – (2010) -29 ans
    S. Wawrinka (1985-03-28°) – 81 kilo – (2015, 2016-2017) – 30, 31 et 32 ans
    F. Gonzalez (1980-07-29) – 82 kilo – (2009) – 28 ans
    D. Thiem (1993-09-03°) – 82 kilo – (2016,2017,2018) – 22, 23 et 24 ans
    G. Kuerten (1976-09-10) – 83 kilo -(2001) – 24 ans
    A.Murray (1987-05-15°) – 84 kilo – (2011, 2014…2017) – 24 et 27 jusqu’à 30 ans
    R. Federer (1981-08-08°) – 85 kilo – ( 2005…2012) – 24 ans jusqu’à 31 ans
    R. Nadal (1986-06-08°) – 85 kilo – (2005 …. 2018) – 18 ans jusqu’ à 31 ans
    E. Gulbis (1988-08-30) – 85 kilo – (2014) – 25 ans
    R. Söderling (1984-08-14°) – 87 kilo – (2009 et 2010) – 24 et 25 ans
    M. Safin (1980-01-27) – 88 kilo -(2002) – 22 ans
    M. Verkerk (1978-10-31) – 90 kilo – (2003) – 24 ans
    J.-W. Tsonga (1985-04-17°) – 91 kilo – (2013 et 2015) – 28 et 30 ans
    T. Berdych (1985-09-17°) – 91 kilo – (2010) – 25 ans
    I. Ljubicic (1979-03-19) – 92 kilo – (2006) – 27 ans
    J.-M. Del Potro (1988-09-23°) – 97 kilo – (2009 et 2018)- 20 et 29 ans

  2. Il est – à mon avis – irréaliste de s’attendre à ce que David Goffin atteigne toujours les quarts de finale de Roland Garros.
    Même avec un tirage soi-disant favorable, Roland Garros est et reste un tournoi très difficile pour les joueurs légers du type comme Goffin.
    Beaucoup oublient que dans la catégorie de poids à laquelle Goffin appartient (68 à 70 kilos), seulement 2 autres joueurs ont réussi à obtenir la finale de l’ATP au cours des 10 dernières années: Nikolai Davydenko et Gilles Simon.
    Et de ces 2 joueurs, seul Nikolai Davydenko a réussi à atteindre à plusieurs reprises les quarts de finale de Roland Garros (deux fois même en demi-finale).
    En revanche, Gilles Simon, qui pèse 2 kilos de plus que Goffin, n’a jamais réussi à aller jusqu’en quart de finale à Paris, alors qu’il a atteint les quarts une fois à Melbourne et une fois à Wimbledon.
    Considérant les performances des meilleurs joueurs dans sa catégorie de poids, Goffin est uniquement devancé par Nikolai Davydenko.
    Voilà suffisamment de raisons de modérer – à mon avis – un peu les critiques sur ses performances. Il est exact que David n’a pas commencé certains de ses matchs de manière optimale, mais il y avait vraisemblablement pour cela, sans doute, des raisons que nous ne connaissons pas.

    • Je ne comprends pas ce que le poids vient faire la dedans ? Pour les quarts de finalistes « légers », tu oublies Schartzmann cette année qui culmine à 1,70m et … David lui même il y a quelques années. C’est certain qu’il n’aura jamais la puissance de Thiem ou Zverev mais il a tout pour briller sur TB. Sa défaite contre Cecchinato est une réelle déception car elle n’est ni technique ou physique mais clairement mentale. Et on parle de la deuxième semaine, pas de gagner RG.

  3. Je trouve tout le monde très injuste avec Goffin.
    A-t-il mal débuter contre Haase ? Non. On a vu un très bon premier set où ça aurait pu basculé en sa faveur.
    Ok il a mal débuter contre Moutet mais Goffin est un joueur qui doit toujours s’adapter aux joueurs qu’il ne connait pas. Dès le septième jeu, il lui a mis 15 jeux de suite !
    Contre Monfils ? A-t-on vu le même match. Le niveau du premier set était exceptionnel de la part des 2 joueurs. Il a mal repris le lendemain mais le contexte était horrible. A part Nadal, Djoko ou Federer, n’importe quel joueur aurait eu les jambes qui tremblent pendant quelques jeux.
    Contre Cechinatto, je pense que lui et son coach ont peut-être eu un léger excès de confiance à cause du match où il avait largement dominé l’italien durant 2 sets. Le premier set a été d’un excellent niveau des 2 côtés mais Goffin s’est agacé en fin de set parce que l’italien a été meilleur qu’il ne le pensait. Du coup, il a péché par précipitation lors du dernier jeu du set. Après il était moins frais et il a craqué mais m… c’est un être humain et vu le nivellement du tennis masculin, il doit être dans les meilleures conditions pour gagner. On espère quoi ? Avoir un joueur à qui il suffit de paraître pour gagner ? Ben non, on n’a pas Nadal ou Federer…
    Cechinatto a laminé un Careno busta pourtant revenu à son meilleur niveau et je pense que Cechinatto, s’il n’est pas rattrapé par les évenements, posera de gros problèmes à Djokovic.

  4. En fait, David, c’est un peu comme l’équipe nationale de foot sans Radja Nainggolan… 😉
    Bravo Patrick, les analyses, les lives, c’est vraiment sympa!

  5. À la décharge de David, il est entouré d’une équipe qui a la même philosophie, le même état d’esprit depuis qu’il est enfant. Il y a eu juste une tentative d’introduction d’un changement de point de vue avec la venue de Thomas Johansson. C’etait un joueur et un étranger. Cette tentative a très vite avorté.

    Depuis lors, on est revenu à un encadrement connu, même archi connu où il est normal que s’installe une certaine usure au bout d’une quinzaine
    d’années.

    À l’age de David, plusieurs joueurs se sont posés la question de savoir s’ils continuaient avec le même encadrement. Ils savaient qu’ils avaient un certain niveau mais s’ils voulaient continuer à progresser, il fallait se faire aider autrement, par une autre équipe. ( cfr l’exemple de Wawrinka).
    Jusqu’ à présent on a l’impression que les choses sont pensées pour lui, qu’il est surprotégé par son coach, un peu comme un père qui ne laisse pas filer son fils, comme si David n’avait pas les fils de son histoire en mains. Cela entraîne de l’usure inévitablement. Le mal est profond. Tout le monde le voit et, parfois l’exprime.

    Et, tout cela, a des répercutions immédiates sur le jeu qui reste très corseté, qui manque d’air et , du coup, de facultés d’adaptation comme on l’a vu hier; au contraire de son adversaire qui avait annoncé que, suite à son match à Rome contre David qu’il avait perdu, allait changer de stratégie.

    On sait d’ores et déjà que si rien n’est fait cette fatigue risque de continuer à envahir son beau tennis.
    On n’arrivera à quoi que ce soit si le principal intéressé ne veut pas bouger.

    • Bonjour Bsna,

      J’avoue avoir un peu difficile avec votre analyse (et de manière générale avec ces appels à changement d’entourage, déjà sur l’ancien blog sur Le Soir j’en lisais régulièrement). Les besoins en entourage sont bien différent d’un joueur à l’autre. Certains vont s’endormir si on ne change pas régulièrement d’entourage, d’autres vont se construire. Inversement, certains vont être stimulés par les changements, d’autres vont s’éteindre. C’est pour moi, à moins de faire partie de l’entourage directe d’un joueur, plutôt difficile comme extérieur d’estimer de qui (et quand) il a besoin.

      Pour David en particulier, j’ai encore plus difficile à comprendre ces reproches.
      Bien entendu qu’il faut toujours pouvoir ce remettre en question (ce qui ne veut pas dire tout bouleverser) pour progresser. Il n’empêche, alors que je lis des critiques sur David et son entourage depuis des années, qu’il s’est maintenu avec brio dans le top 20 dans un premier temps, puis dans le top 10 dans un second. A cela je rajoute qu’on ne peut pas ignorer qu’il n’a pas le physique idéal d’un top joueur, et qu’il a eu 2 (longues) bêtes blessures ces 12 derniers mois (foulure cheville et œil).

      Bàt
      Math

    • Je m’oppose à une telle vision d’une chose. S’il est possible qu’un peu de sang neuf fasse du bien dans son équipe, rien ne dit que ce sera nécessairement le cas. De même, y voir la cause de la défaite de David relève purement de la supposition.
      Affirmer que ‘le mal est profond » me parait franchement déplacé quand on voit que David est le meilleur joueur belge de l’histoire du tennis, qu’il sort d’une année où il a joué la finale du masters, qu’il a été blessé une grande partie de 2018 et qu’on sait qu’il a besoin de beaucoup de matchs pour trouver son rythme, que la terre battue est une surface exigeante, etc … David est un joueur que très peu de personnes voyaient un jour rejoindre le top 10. Le mal n’est pas profond : la situation est formidable !
      Maintenant qu’il y est (dans ce top 10), profitons, et ne partons pas dans des analyses gratuites et négatives -)Merci à David pour ce beau parcours, même si il y a une occasion manquée, et espérons qu’il parviendra à rejouer aussi bien que fin 2017.

    • Moi contrairement à d’autres je pense que la question du changement d’encadrement est pertinente. Commencons par préciser que TVC a fait énormément progresser David: coup droit plus tranchant, meilleur service, bon revers de defense en slide, meilleur toucher. David est maintenant un joueur complet , mature sur le plan physique et technique. Il faut arrêter de dire qu’il se construit encore patiemment, il aura bientôt 28 ans, soit l’âge auquel il doit faire un gros resultat pour ne pas avoir de regrets dans sa carriere. Une possibilité est un nouvel encadrement qui lui mettrait un boost sur le plan mental. Qui le sortirait d’une certaine routine. Qui lui botterait le c… . Pas sur que ca marche, mais pas sur que rester dans la même routine est un gage de succès non plus. Il y a un risque que dans la situation actuelle David termine sa carrière comme Gasquet (ou Monfils), c’est-à-dire un bon joueur du top 20, qui va gagner encore des tournois mineurs mais pas de master 1000 ou un GC. Ca peut-etre une option, pourquoi pas? Il restera de toute facon le meilleur joueur belge masculin de tous les temps et financierement il y trouvera son compte. Mais peut etre qu’une saine ambition de laisser une vraie trace passe par un changement de structure. Qui serait risqué bien entendu. Mails alternativement, le risque c’est d’avoir des regrets en fin de carrière.

  6. Bonne analyse, merci! Et comme David et son coach, étape par étape, même si pas à la vitesse de l’éclair, apprennent de toutes leurs expériences, on se réjouit de revoir David dans les prochains tournois encore « grandi » et dans la taille « patron ». Avanti!

  7. Ce n’est hélas pas une surprise. Ce match est à l’image de sa saison 2018 jusqu’à présent: trop lent à démarrer, alternant quelques très bon coups avec beaucoup de déchets et de grosses fautes…et un manque évident d’envie de gagner! Pour moi à partir du 3eme set il a vraiment balancé le match. Je le trouve très décevant cette année.
    C’était mon avis avant RG déjà (« Bon perso je ne suis pas entièrement rassuré par ce que j’ai vu à Rome. Contre Zverev je l’ai trouvé vraiment pas très bon dans le premier set qu’il a véritablement offert. Dans le second set j’ai commencé à retrouvé par moments le joueur de la fin de 2017 (même si il a de la chance que Zverev manque cruellement de calme et de concentration par moments). Mais j’ai trouvé l’ensemble plombé par d’énormes fautes sur de points faciles principalement à la conclusion des échanges. Il peut vraiment mieux faire même si il faut reconnaître qu’il n’a pas beaucoup joué cette année. Croisons les doigts pour un bon tirage pour RG ».)
    Maintenant je suis plus inquiet car « Mentalement, j’étais cuit » après seulement 3 match…alors qu’il n’a pas énormément joué cette année c’est assez osé et pas très rassurant. Que doivent dire Zverev et d’autres qui ont beaucoup plus joué que lui dont plus de match en 5 sets?
    Il est vraiment très loin de son niveau de la fin de l’année. Il y a beaucoup de pain sur la planche là…faut il encore avoir de l’appétit…

LEAVE A REPLY