Cette nuit, j’ai GAMBergé. Avec GAMB comme dans GAMBle

0
602
29/01/2011 - Melbourne (AUS) - Australian OPEN 2011- juniors match - girls Finale - An-Sophie MESTACH Copyright: Ph. BUISSIN/ IMAGELLAN

Cette nuit, alors que j’attendais que le match de David Goffin commence, j’ai pas mal gambergé. J’ai eu le temps puisqu’il y avait un délai dû à la pluie.

Cette histoire de matches truqués me trotte dans la tête depuis lundi car je ne voulais pas la commenter à chaud mais je ne voulais pas non plus ne pas donner mon avis. J’aime mon sport – je dis bien mon sport – je le défends mais, évidemment, je ne suis pas dupe.

De là à dire, tout de go, que tout le monde triche, que tout le monde se dope, que tout est faux, non, bien entendu.

Mais évidemment que tout n’est pas rose.

Pourquoi tout serait rose dans l’un des sports qui génère le plus d’argent au monde ? Pourquoi tout serait rose dans un sport si individuel qu’il est sans doute plus facile d’y tricher que dans des sports collectifs ?

Comme dans la vie, le tennis n’est ni tout noir, ni tout rose. Comme dans la vie, comme dans tous les secteurs professionnels, il y a des tricheurs.

Mais.

Car il y a un mais.

Dans mon métier, enfin, je pense, personne n’a la possibilité de miser sur la manière dont je vais me comporter.

Dans mon métier, personne ne peut miser un cent sur le fait que je vais écrire un papier tel jour à telle heure, à quelle vitesse.

En sport, par contre.

Et en tennis….

Cette nuit, donc, en gambergeant, j’ai surfé sur le site de l’Australian Open. Et j’ai été sur le lien qui mène aux sponsors de ces Internationaux d’Australie.

http://event.ausopen.com/event-guide/partners

J’y ai eu confirmation de ce que je savais : William Hill est parrain de ce Grand Chelem. Une institution respectable, sans doute, mais une entreprise de jeu. Et comme j’attendais David, j’ai été voir ce qu’il y avait moyen de faire sur son match.

http://sports.williamhill.com/bet/fr-fr/betting/e/8759243/Damir-Dzumhur-%E2%82%8B-David-Goffin.html

Ne sachant pas si la page serait encore disponible ce mercredi, je vous l’ai enregistrée.

prinscreen.jpg

Et, comme pour tous les matches de tennis, vous pouvez en fait TOUT faire, parier sur tout et n’importe quoi.

Quel sera le vainqueur… ok, logique.

En combien de sets…

Quel sera le score du premier set, du deuxième, du troisième

Etc etc

Prenons, précisément, le match Goffin – Dzumhur et regardons les cotes.

David était largement favori et, s’il gagnait, une mise de dix euros sur sa victoire ne rapportait pas grand-chose (14 euros s’il gagnait en 3 sets, 40 s’il gagnait en 4 et 110 s’il gagnait en 5).

Pas vraiment rentable.

Regardons de plus près.

Si Dzumhur gagnait le deuxième set par 6-0, la cote était de……….. 81 contre 1. (la dernière ligne de la colonne de gauche)

Oui, vous avez bien lu : si vous aviez misé 10 euros sur le fait que Dzumhur gagne le deuxième set par 6-0 vous auriez gagné 810 euros !

Reprenons maintenant le match de David.

Il domine largement, il gagne le premier 6-4 en ayant mené 5-2. Il perd le deuxième 6-0 et il gagne ensuite en quatre sets après être revenu de nulle part, grâce entre autres à une intervention médicale tout à fait licite et un écroulement nerveux de Dzumhur.

Y a-t-il eu triche ? Ben non, évidemment !

D’autant que, à ce que je sache, il n’y a pas eu de mises anormales sur ce deuxième set et que, donc, il n’y a rien qui soit irrégulier.

Mais admettons maintenant que vous n’ayez pas vu le match. Admettons qu’un de vos amis aie misé 100 euros sur un 6-0 dans le deuxième set pour Dzumhur et qu’il vous téléphone ce matin en vous disant : dingue, j’ai gagné 8100 euros en misant sur le deuxième set de Dzumhur-Goffin.

Que penseriez-vous ? Qu’il a eu une chance inouïe ? Qu’il a eu vent d’une information particulière ? Qu’il y a forcément maldonne ?

Mais heureusement, vous n’avez pas d’ami qui a misé 100 euros sur le 6-0 et, donc, ouf, le doute ne s’installe pas.

C’est un exemple. Pris au hasard et qui pourrait être interprété de toutes les manières. Que l’on soit à la recherche de sensation ou pas, il y a moyen de raconter une histoire sur ce match. De bonne foi, ou de mauvaise foi. (Djokovic ne dit rien d’autre ici, d’ailleurs, affirmant que l’on peut créer une histoire avec chaque match).

Cela pour dire qu’il faut être prudent, très prudent.

Cela pour dire, aussi, que le jeu, surtout depuis qu’internet existe, a tendance à tout pourrir.

Et que quand des Grand Chelem, qui n’ont probablement pas besoin d’argent, se font parrainer par des sites de jeu, il ne faut pas que leurs responsables jouent à la vierge effarouchée en disant, ensuite, être surpris qu’il y ait des matches truqués.

Le jeu est partout dans le sport. Tout le monde le sait.

Si vous aimez suivre des matches en streaming, vous savez que quasi tous les sites illégaux sont mis en place par des sociétés de paris en ligne.

Si vous lisez certains quotidiens sportifs, vous savez que pas mal d’annonceurs sont des sociétés de paris.

Si vous écoutez des émissions sportives, vous savez que des anciens sportifs de haut niveau se plaisent à faire la pub de ces sites de jeu. Le jeu est partout, je le dis avec force, et inonde l’amateur de sport.

En soi, on me dira que ce n’est pas grave, que l’amateur peut jouer avec retenue.

Admettons. Même si c’est oublier un peu vite qu’il y a aussi des dizaines de milliers de joueurs maladifs, rien qu’en Belgique.

Mais passons, ce n’est pas le sujet.

Le sujet, ce sont les matches truqués.

Y en a-t-il en tennis ?

Oui, évidemment.

Pourquoi évidemment ? Parce que, comme déjà dit, il n’y a aucune raison que le tennis ne soit pas, comme tous les milieux de la vie, touché par la corruption et la triche.

Ces matches truqués sont évidemment plus nombreux dans les catégories inférieures que dans les grands tournois.

Ce, pour plusieurs raisons évidentes.

1, le prize money dans les Grand Chelem et les ATP 1000 est tel que ceux qui ont la chance d’avoir le niveau d’y prendre part n’ont – sans doute – pas besoin d’arrondir les fins de mois.

2, il est plus difficile de tricher dans un tournoi très médiatisé alors qu’une défaite « bizarre » dans un sombre 10.000 dollars disputé au fin fond d’une campagne peut passer inaperçue, si du moins les montants joués ne sont pas excessifs. Qui plus est, dans ces tournois, les galériens du tennis ne gagnent quasi pas d’argent et ont parfois tellement de mal à boucler leurs fins de mois, qu’ils peuvent être tentés.  J’ai bien écrit qu’ils PEUVENT, ce n’est pour cela qu’ils passent à l’acte.

Y a-t-il des matches truqués en tennis ?

Oui, et il est même plus aisé de truquer des matches en tennis que dans un sport collectif puisque il ne faut pervertir qu’un seul athlète et pas une équipe. Et, qu’en plus, un joueur qui se couche en tennis est moins perceptible que, par exemple, un boxeur.

Quand un joueur décide de perdre 7-5 7-5, il est quasi impossible de percevoir qu’il le fait exprès. De là, la complexité de PROUVER qu’un tel ou un tel a réellement triché.

De là, aussi, le peu de joueurs – tout est relatif – qui ont été exclus du circuit.

N’y aurait-il que les « petits joueurs » qui trichent ?

Mais non, bien entendu que non. Car il faut évidemment savoir que les mafias ont parfois des moyens de contraintes qui ne laissent pas le choix.

Si vous êtes joueur – et on sait que nombre de sportifs de haut niveau aiment le jeu – vous pouvez vous mettre dans des situations embarrassantes, quelles que soient vos rentrées financières. Et les mafias sont capables de tirer parti de vos faiblesses.

Suis-je en train de dire que tel ou tel champion a triché ?

Non, qui serais-je pour le dire ? Et quelles preuves pourrais-je avancer ?

J’ai vu et lu de nombreux articles, dont certains du quotidien suisse Le Matin, qui faisait état d’une liste noire et d’une liste de joueurs à surveiller. J’ai publié le lien sur mon mur facebook puis je l’ai retiré rapidement en me mordant les doigts car je me suis rendu compte que Le Matin reprenait une liste de 2011 publiée par le Blick qui l’avait lui-même trouvée dans un magazine scandinave. Mais qu’il ne précisait pas la valeur réelle des sources et, donc, la valeur réelle des listes.

Dans la liste noire, entre autres, un Belge, des vainqueurs de Grand Chelem. Dans la liste des joueurs à surveiller, un Belge, des joueurs de relativement bon niveau.

Ok.

Et ?

Ben voilà, ces joueurs et joueuses sont dans des listes dont je ne connais pas la valeur, dont je ne connais pas la source.

Y a-t-il des joueurs de ces listes impliqués ? Peut-être ? Qu’en sais-je ? Qui suis-je pour le dire ? Quelles preuves sont à ma disposition ?

Mais et les deux Belges ? me demandera-t-on.

Ben oui, comment tous les autres cités, ils sont peut-être impliqués. Peut-être pas.

Le fait d’être Belge n’empêche pas de se doper, de tricher, de voler.

Mais le fait d’être dans une liste ne veut pas dire qu’on a triché.

Prenons l’exemple de Kirsten Flipkens et de Ruben Bemelmans, qui avancent sans honte – et pourquoi seraient-ils honteux ? – avoir été approchés, soit sur Facebook, soit autrement.

Ils auraient pu être surveillés, pas de leur fait mais parce qu’ils ont précisément été approchés.

Ils n’ont pas été approchés parce qu’ils étaient volontaires et enclins à la triche, ils l‘ont été pour voir s’ils l’étaient.

C’est une nuance importante. Capitale.

Ma conclusion ?

Oui, il y a de la triche dans le tennis. Oui, il y a du dopage en tennis. Oui, il y a des joueurs et des joueuses qui ont été exclus à vie dans les deux cas.

Non, sans doute, ne surveille-t-on pas assez les dizaines de milliers de matches qui se jouent dans le monde.

Mais non, je n’ai pas de noms, pas de preuves.

Et, non, je n’ai pas les moyens de les obtenir.

Les solutions ?

  1. Arrêter de donner autant d’importance aux sites de jeu et faire déjà en sorte qu’ils ne soient pas parrains des tournois.
  2. Augmenter le prize-money dans les tournois mineurs, histoire de réduire les tentations.
  3. Interdire la possibilité de jouer sur des résultats aussi peu contrôlables que la perte d’un set ou le score d’un set.

Trois solutions simples en apparence mais qui, outre la deuxième déjà en cours, risque de ne jamais être choisies.

 

 

 

 

 

prinscreen.jpg

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY