C’est cela, le tennis

0
959
ATTENTION EDITORS - HAND OUT - EDITORIAL USE ONLY - NO SALES - NO MARKETING - Belgian Zizou Bergs celebrates during the match between Belgian Bergs and Russian Khachanov, in the second round of the men's singles competition at the European Open Tennis ATP tournament, in Antwerp, Thursday 22 October 2020. BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

Le résumé du tennis, en deux soirées

Ce que je vais écrire ici, sans être long, je l’ai déjà écrit des dizaines de fois depuis que j’anime ce blog. Mais il est parfois utile de taper sur le clou J

Le tennis est un sport individuel qui oppose, en simple, deux joueurs ou joueuses qui, a priori, ont tous les deux envie de gagner.

Le tennis moderne veut que les membres du Top 500 sont d’excellents joueurs de tennis et savent quasiment tout faire.

Leur problème, le plus souvent, consiste en la constance mais sur un mach, ils peuvent, dans des conditions optimales, sortir LE match de leur vie et battre quasiment tout le monde, sauf les monstres comme Nadal, Federer, Williams et autres.

Leur autre problème, aussi, est de conclure une rencontre, quand ils commencent à se rendre compte qu’ils sont proches de l’exploit.

Face à Albert Ramos-Vinolas, Zizou Bergs a clairement démontré que mes propos sont exacts. Cela fait longtemps que l’on sait que Zizou est un excellent joueur mais il aura fallu un tournoi ATP 250 pour qu’il sorte du grand tennis. Face à l’Espagnol, il n’a pas tremblé et a réussi à faire abstraction de la situation.

Contre le 17eme mondial Karen Khachanov, il a fait jeu égal pendant quasiment toute la rencontre sauf quand l’odeur de la victoire a commencé à se faire sentir. Il n’a pas mal joué à ce moment mais son adversaire, plus rompu à ce genre de matches, a réussi à tenir le coup et il s’est imposé logiquement.

En deux matches, donc, Zizou s’est fait connaître d’une partie de la Belgique du tennis qui s’intéresse principalement aux tournois majeurs. Ces passionnés se demandent certainement depuis mardi la raison pour laquelle ce jeune Belge n’est « que » 528eme.

Si on regarde les deux tournois d’avant Anvers, on constate que Zizou n’a gagné qu’un match sur trois, avec deux défaites face à des joueurs classés… 1601e mondial et … 444e ITF.

Oui, c’est le même Zizou Bergs qui a battu Ramos Vinolas et fait jeu égal avec le 17e mondial  et qui s’est incliné dans des tournois antérieurs à Anvers.

Mais voilà, il y a une énorme différence entre l’ATP 250 d’Anvers et les compétitions dotées de 15.000 ou 25.000 dollars.

A Anvers, où il avait reçu une invitation, Zizou n’avait rien à perdre et tout à gagner. Il était dans des conditions idéales, sous les feux des projecteurs et, donc, il a senti son énergie être décuplée. Showman comme il le dit lui-même, il a trouvé l’écrin dans lequel son jeu et son envie peuvent s’exprimer pleinement.

Dès la semaine prochaine ou les semaines suivantes, malgré son bond de 70 places (il sera 458e), il va retrouver les « petits » tournois et, donc, des conditions moins enthousiasmantes que cette semaine.

Face à lui, il aura des joueurs classés entre les 300e et 1300e places mondiales et va se retrouver devant des gars qui ont soit du talent, soit de l’énergie, soit une énorme faim, soit encore énormément d’envie, soit un mélange de tout cela.

Il faudra que Zizou parvienne dès lors à puiser dans ses prestations anversoises la force de vivre encore quelques saisons en deuxième ou troisième division du tennis mondial. Le talent, il l’a, il faut désormais qu’il joue chaque fois avec autant d’envie et de plaisir qu’il ne l’a fait cette semaine.

A 27 ans, Marcos Giron est 94e joueur mondial, à quatre positions du meilleur classement de sa carrière (90).

Il s’agit de l’un de ces joueurs américains assez peu connus du grand public, et pour cause, mais qui est capable, comme la plupart de ses pairs, de battre de très bons joueurs et de profiter de situations favorables.

Hier soir, il a rencontré un de ces très bons joueurs qui sortait de maladie, qui ne s’était pas entraîné avant Anvers et qui traverse, il faut évidemment le dire, une période quelque peu compliquée.

Marcos Giron a donc fait le job et battu assez logiquement un David Goffin qui n’a pas pu trouver le rythme, malgré une évidente volonté d’y arriver.

On peut sans doute être déçu de cette nouvelle défaite rapide à Anvers pour l’ancien 7e mondial (j’aime rappeler ce classement), mais elle n’est pas vraiment étonnante.

Mais j’en viens au propos de ce post.

On ne peut pas, dans la même journée, s’extasier devant les performances d’un joueur classé au-delà de la 500eme place qui bat un Top 50 et fait jeu égal avec un Top 20 et, dans la foulée, vouer aux gémonies un joueur classé 14eme mondial qui a été battu par le 90eme mondial.

En fait, c’est l’angle de vue qu’il faut être capable de changer.

Imaginez que Ramos-Vinolas et Marcos Giron soient belges et que Goffin et Bergs ne le soient pas….

Des supporters belges se seraient réjouis de l’exploit de Giron et auraient été désolés de la défaite de Ramos-Vinolas…

C’est cela, le tennis !

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY