Bilan d’un premier trimestre mitigé (2)

5
1011
Belgian team celebrates after winning a tennis match between Brazilian Thiago Monteiro and Belgian Kimmer Coppejans, the fourth rubber of the Davis Cup World Group qualifications meeting between Brazil and Belgium, Saturday 02 February 2019, in Uberlandia, Brazil. Belgium defeated Brazil 1-3 and qualified for the final week in November in Madrid. BELGA PHOTO BETO OLIVEIRA

Après le bilan trimestriel des femmes, plutôt positif, voici celui des joueurs belges. Qui l’est nettement moins.

On ne va pas se mentir, il y a comme un goût très prononcé de trop peu quand on regarde les résultats des joueurs belges. Il va sans dire que ce goût est terriblement influencé par le mauvais début de saison du leader qu’est David Goffin. Histoire de ne pas être (trop) influencé moi-même, je terminerai par David.

La saison était pourtant lancée de manière optimiste par Steve Darcis qui, pour son retour à la compétition après une année de galère, a atteint les demi-finales de l’ATP 250 de Pune. A l’époque, souvenez-vous, alors que certains s’enthousiasmaient déjà de ce retour au plus haut niveau, j’écrivais qu’en tennis, il ne fallait ni s’enflammer dès qu’il y avait un bon résultat, ni se désespérer quand il y en avait un mauvais.

En réalité, tout le monde sait – ou devrait savoir – que Steve Darcis a le niveau d’un joueur du Top 50. Sa carrière le prouve. Mais chacun sait aussi – ou devrait savoir – que le problème de Steve ne réside ni dans son talent, ni dans sa volonté, mais bien dans le fait que son corps est meurtri et ne lui permet pas souvent d’aligner les tournois comme ses collègues le font.

J’avais hélas! raison puisque, après 20 matches – dont une finale et une demi en challenger – Steve a dû à nouveau s’éloigner du circuit dont il est absent depuis son abandon en demi de Pau, fin février.

Et puisque je parle blessure, précisons que Julien Cagnina n’a plus joué depuis mars 2018 et son opération au poignet. Joris De Loore est quant à lui absent du circuit depuis novembre 2018. Clément Geens est par contre revenu cette semaine après trois mois d’absence pour douleurs au bras. Son retour se passe plutôt bien puisqu’il est en demi du 15.000 d’Antalya.

Deuxième Belge à l’ATP, Ruben Bemelmans passe un très très très mauvais début de saison. Il a joué 12 matches et n’en a gagné que 2! Il faut certes un peu tempérer en précisant que Ruben ne joue quasiment que des tournois du grand circuit mais il n’en demeure pas moins que sa situation est très problématique, d’autant que la saison sur terre battue est loin d’être sa préférée. Classé 164, il doit se ressaisir car la chute pourrait être terrible pour ce trentenaire. Ce que je ne lui souhaite évidemment pas.

L’une des défaites qui a dû le plus le meurtrir est sans doute celle enregistrée en qualifs de Melbourne face à Kimmer Coppejans. Kimmer qui est l’un des joueurs belges à présenter un début de saison plus qu’honorable. Grâce à de bons résultats en Challenger, il a retrouvé le Top 200. Pourvu qu’il garde le cap, ce qu’il mériterait amplement vu le désert qu’il a traversé pendant quelques saisons.

Arthur De Greef affiche lui aussi un début de saison plutôt positif, qui lui a d’ailleurs permis de bondir de la 219e à la 174e place mondiale. Il a certes perdu 10 de ses 18 matches mais on ne peut que se réjouir de le sentir dans une spirale positive.

Pour les autres joueurs classées à l’ATP, rien de particulier même si on suit de près les résultats de Zizou Bergs qui alterne le bon et le moins bon avec malgré tout une belle victoire dans un 15.000.

Et je reviens maintenant à David Goffin.

Je ne vais pas en dire beaucoup plus que dans mon dernier post sur son sujet .

C’était mi-mars, soit après le challenger de Phoenix et avant l’ATP 1000 de Miami. J’y écrivais que ses stats étaient (très) mauvaises. Ce qui en a énervé d’aucuns. Et pourtant, je serais un piètre commentateur si je ne confirmais pas mes dires.

On me dira que David a été en 8e de finale à Miami et qu’il a battu Cecchinato mais, comme dit plus haut, il ne faut jamais s’enflammer sur une semaine de tournoi. Ni se désespérer.

Alors, oui, David a été en 8e de finale d’un ATP 1000, mais il était bye au premier tour et n’a donc gagné que deux matches, face à Andujar et face, donc, à Cecchinato. Qui est sans doute 16e mondial à l’ATP mais qui n’est pas un foudre de guerre sur dur, comme en témoigne d’ailleurs son classement à la race (32).

La réalité des chiffres reste très amère: Davvid n’a pas gagné cette année plus de deux matches d’affilée. Cette stat est peu lisible car, vu son classement, le Belge est souvent bye au premier tour et, donc, quand il gagne deux matches, il est au 4e tour. Mais, donc, il n’a pas (encore?) enchaîné trois succès de rang, même pas au Challenger de Phoenix où il a e été battu par Salvatore Caruso, 168e mondial.

Donc, après 3 mois de compétition, le bilan de David reste mauvais, tout étant évidemment relatif mais je parle ici d’un joueur qui a été 7e mondial.

Preuve en est que si David est encore 21e mondial à l’ATP, il est 50e à la Race.

La suite? Ce sera bien évidemment la saison sur terre avec l’ATP 1000 de Monte Carlo pour commencer. Une terre sur laquelle David a beaucoup de points à défendre.

Précisons que si on avance souvent que c’est cette surface qui est la meilleure de David, les stats ne le confirment pas (et moi non plus, d’ailleurs). Sur sa carrière, Goffin a gagné 65 % de ses matches en indoor pour 63% sur terre et 61% sur dur.

Mais on peut espérer qu’il retrouve sur le Rocher l’envie d’avoir envie (refrain connu).

Alors que, chez les femmes, le bilan personnel positif était assombri par le résultat du match de Fed Cup, on peut dire que le bilan masculin négatif est illuminé par la très belle victoire de l’équipe belge de Coupe Davis au Brésil.

Et, aussi, par les bons résultats de la paire de double Gille et Vliegen.

En tout, il faut toujours essayer de voir ce qui brille 🙂

Voici le classement ATP des Belges à l’ATP. Premier nombre: le classement du 1 avril, deuxième nombre: le classement du 3 décembre 2018.

David Goffin 21 – 22

Ruben Bemelmans 164 – 119

Arthur De Greef 174 – 219

Kimmer Coppejans 195 – 224

Steve Darcis 251 – –

Joris De Loore 306 – 358

Zizou Bergs 422 – 389

Yannick Mertens 429 – 347

Christopher Heyman 586 – 381

Michael Geerts 613 – 687

Jeroen Vanneste 651 – 448

Omar Salman 674 – 468

5 COMMENTS

  1. Bonjour Patrick
    Je ne sais pas si ma réponse au précédent post avait l’air d’être de l’énervement mais sache qu’il n’en était rien me concernant :-). Je pense que ton analyse était juste, mais dure néanmoins. Oui si on prend la perspective d’un 7ième mondial, c’est (très) mauvais. Mais est-ce la bonne perspective? N’oublions pas que David revenait de 3 moins d’absence fin 2018. Ce qui n’enlève pas néanmoins le sentiment de résultats insuffisants je te le concède. Je pense que son niveau de croisière se situe plus autour de la 15 ième place. Dont son classement à la Race suggère qu’il en est très loin actuellement. Je pense que le changement de surface est une opportunité. En tant que joueur toutes surfaces, la TB n’est certes pas sa meilleure surface absolue mais reste celle où il a commencé à briller et où il a le plus de repères naturels. C’est donc une période clef, en termes de points à défendre et en terme de rebond potentiel. S’il se loupe, il sortira du top 30 et là tout deviendra encore plus difficile. Ca commence aujourd’hui avec un bon tirage même s’il s’agit d’un argentin, qui rime souvent avec terrien :-).

  2. Patrick,
    Est-ce que vous avez des nouvelles de Julien Cagnina et d’un possible retour sur le circuit ?

    • Bonjour,

      depuis son opération en avril 2018 – un an déjà – je n’ai que peu de nouvelles. Il n’a, en tous les cas, pas rejoué de tournoi depuis 🙁 si l’un de vous est mieux informé, qu’il n’hésite pas

      • Merci, j’espère qu’il pourra reprendre bientôt le chemin du circuit et qu’il continue à croire qu’il peut arriver plus haut que là où il s’était arrêter à cause de ses blessures

  3. [après 3 mois de compétition, le bilan de David reste mauvais, tout étant évidemment relatif mais je parle ici d’un joueur qui a été 7e mondial]
    Le bilan de David Goffin n’est pas nécessarement si mauvais que ça pour les raisons suivantes :
    1) il n’a pas pu terminer sa saison 2018 en conditions optimales à cause d’une blessure (ce qui a un impacte sur le début de la saison qui suit) ;
    2) David est quelqu’un qui démarre souvent lentement, pas seulement dans ses matches en tant que tels mais également dans l’ensemble de ses saisons, mais qui arrive après aussi à élever son niveau;
    3) David vient de changer d’entraineur.
    Comme en 2015, David Goffin a dû commencer la saison avec un classement plus modeste, notamment à la 22ème place mondiale dans le classement ATP.
    Et comme en 2015, il a gagné exactement le même pourcentage de matches en début de saison, c’est-à dire, 8 victoires et 8 défaites en 2019 avant sa participation au Tournois de Monte Carlo, contre 7 victoires et 7 défaites en 2015).
    Pour placer ces pourcentages de 50% dans une perspective plus large, vous trouvez ci-après ses pourcentages de victoires pas seulement en début de saison, mais également au niveau d’une saison entière, et ceci pour toute la période 2013-2018 ( 2013 étant l’année dans laquelle David était pour la première fois dans le ‘main draw’ du Tournoi de Monte Carlo):
    2013 : début de saison: 37,5 % (6/10) – saison entière : 52,7 % (29/26) ;
    2014 : début de saison: 61,9 % (13-8) – saison entière 77,3 % (68-20) ;
    2015 : début de saison: 50 % (7-7) – saison entière 60,9 % (39-25) ;
    2016 : début de saison: 72,7 % (16-6) – saison entière : 66,2 % (49-25) ;
    2017 : début de saison: 70,8 % (17-7) – saison entière : 71,1 % (59-24) ;
    2018 : début de saison: 66,7 % (8-4) – saison entière : 66,7 % (30-15) ;
    2019 : début de saison: 50% (8-8)
    Ce résumé nous montre que, malgré un possible ‘slow start’ de David Goffin, il arrive chaque fois à stabiliser le navire et à améliorer son nombre de victoires tout au long d’une saison, pour terminer ses saisons avec des pourcentage de victoires au dessus de 60 % en moyenne.
    N.B. les résultats de ses matches en challenger et en Coupe Davis ont été compris dans mon calcul des pourcentages.

LEAVE A REPLY