Bilan 2021 (4): Elise Mertens, la force tranquille du tennis belge

0
378
Elise Mertens of Belgium & Su-Wei Hsieh of Chinese Taipeh during the photo shoot ahead of ceremony of the 2021 Akron WTA Finals Guadalajara WTA tennis tournament on November 8, 2021 in Guadalajara, Mexico - Photo: Rob Prange/DPPI/LiveMedia (Photo by Rob Prange / IPA/Sipa USA)

Classée 21ème mondiale en cette fin d’année, Elise Mertens est aussi 4ème mondiale en double.

Si la Belgique n’avait pas connu le merveilleux épisode Justine Henin et Kim Clijsters, cette carte de visite serait appréciée à sa juste valeur et on ne cesserait de mettre en exergue les performances d’Elise.

Avant d’aller plus loin, je les redonne ici, ces stats:

Meilleur classement en simple: 12 (4e Belge ex-aequo avec Yanina, derrière Kim, Justine (1) et Monami (9)

Meilleur classement en double: 1 (idem Kim)

Nombre de titres en simple: 6

Nombre de titres en double: 14

Meilleurs résultats en Grand Chelem en simple: demi à l’Australian Open 2018, quarts à l’US Open en 2019 et 2020

Meilleurs résultats en Grand Chelem en double: victoires à l’Australian Open et Wimbledon 2021

Meilleur résultat au Masters en double: finale en 2021

Ce qui est aussi intéressant, c’est de regarder son classement en fin de saison:

2016: 125

2017: 36

2018: 12

2019: 17

2020: 20

2021: 21

Difficile de ne pas reconnaître que ce palmarès est réellement intéressant, d’autant qu’Elise n’a que 26 ans (elle vient de les avoir le 17 novembre dernier) et qu’elle ne manquera certainement pas de nous valoir encore quelques belles performances.

Pourquoi, dès lors et malgré ces stats, Elise ne parvient-elle pas à crever l’écran, surtout du côté francophone?

J’y vois plusieurs raisons principales:

  1. Depuis Kim et Justine, le tennis féminin belge a réussi quelques très bons résultats avec plusieurs demi-finales en Grand Chelem, mais évidemment, les 7 titres de Justine et les 4 de Kim ont tendance à occulter le fait qu’aller en demi-finale d’un majeur est tout bonnement exceptionnel (Monami et Appelmans se sont arrêtées en quart et leurs quarts valaient des manchettes de journaux).
  2. Elise a une personnalité attachante mais il est assez rare qu’elle bouleverse son auditoire lors de conférence de presse ou d’interview. Elle est aussi très modérée lorsqu’elle perd un match qu’elle aurait pu gagner et, sans se contenter de peu, elle apprécie des résultats qui, vu de l’extérieur, peuvent paraître décevants.
  3. En Grand Chelem, outre sa demi en 2018 (déjà!), elle n’a plus réussi à dépasser les quarts (ce qui est comme déjà dit remarquable) alors que les tableaux sont plus ouverts que jamais. Très honnêtement, quand on voit certaines lauréates des derniers Grand Chelem, on est en droit de se dire qu’Elise pourrait, elle aussi, en gagner un, d’où, sans doute, une certaine frustration.
  4. Le tennis belge n’a plus de réelle locomotive et, donc, il y a un peu moins d’espace dans les médias pour les joueurs et joueuses belges, éclipsés par des sportifs d’autres disciplines qui semblent mieux performer qu’Elise et ses collègues.
  5. Dans une moindre mesure depuis quelques mois, Elise a même été légèrement éclipsée par le pseudo retour de Kim Clijsters.

Qu’attendre d’Elise pour l’année 2022 et les suivantes?

Très franchement, je pense qu’elle va continuer à se promener entre la 12e et la 25e position mondiale en simple et qu’elle continuera à être dans le top mondial en double.

Et, avec ce niveau, elle va forcément encore gagner des tournois et sera quasi systématiquement dans les outsiders pour les tournois du Grand Chelem, sauf si une joueuse avait la bonne idée d’être capable de tenir son rang plus de quelques mois.

Certains, pour des raisons que je comprends, aimeraient qu’Elise délaisse quelque peu le double pour se consacrer exclusivement au simple. Je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée car quand je vois le plaisir qu’a la Belge lorsqu’elle triomphe en équipe je me dis qu’une grande partie de son adrénaline, elle la puise davantage en duo que seule.

Et on sait que si on ne prend plus de plaisir à jouer au tennis, on ne parvient plus à gagner.

Bref, donc, je confirme qu’à mes yeux, Elise est et restera la force tranquille du tennis belge.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY