Bilan 2020 (9) : le point sur les « espoirs »

1
1185
Belgian tennisplayer and Alison Van Uytvanck's partner Greet Minnen pictured in action during a training session before the start of the 118th US Open Grand Slam tennis tournament, at Flushing Meadow, in New York City, USA, Friday 24 August 2018. BELGA PHOTO YORICK JANSENS

Il ets toujours très compliqué d’évoquer les « espoirs ».

Car, avant toutes choses, il faudrait définir qui peut avoir le titre d’espoir.

Aujourd’hui, je vais donc évoquer les joueurs belges de moins de 25 ans qui sont sur le circuit et sont dans le Top 1000.

En messieurs, sur les 28 classés à l’ATP, il y a 13 joueurs belges de 24 ans et moins, Parmi eux, seuls 6 sont dans le Top 1000.

Zizou Bergs mène la danse puisqu’à 21 ans, il est 436eme mondial et a progressé fortement (128 positions). Il se rapproche donc de son meilleur classement (386). On a beaucoup parlé de Zizou parce qu’il a réussi un joli parcours à Anvers.

J’avais alors écrit qu’il n’avait pas fallu attendre le tournoi anversois pour savoir que Zizou avant énormément de talent. J’ajoutais, et je confirme ici, que le problème de Bergs n’est pas le talent mais, comme pour beaucoup, la capacité à jouer dans les ‘petits’ tournois avec la même détermination que lorsqu’il y a du public. En ce sens, sa victoire au 15.000 de Bratislava me laisse croire que 2021 pourrait le voir entrer dans le Top 200, ce qui est sa place.

Derrière Bergs, à la 589e position, Arnaud Bovy doit lui aussi travailler sur la constance. Il y a encore un peu trop de défaites rapides dans les 15.000 dollars mais il a aussi réussi quelques jolis parcours dont une demi à Sharm El Sheikh en fin d’année. 2021 doit être l’année du grand bond (avec une chaussure blanche)!

A 19 ans (il en aura 20 en février), Gauthier Onclin poursuit son apprentissage. Il avait commencé l’année par une jolie finale à Monastir. La suite a été moins convaincante, dans des conditions il est vrai difficiles, tant pour lui que pour tous ses collègues. Comme pour Arnaud, le bond de 2021 sera indicatif pour la suite de la carrière. Je parle bien de bond, car je n’image pas, ni pour Bovy, ni pour Onclin, de retours en arrrière.

A 24 ans et demi, Benjamin Dhoe est dans une situation plus compliquée que ses « jeunes » comparses. Il est 676e mondial alors que son meilleur classement est de 637. Ce qui veut dire qu’il n’y a pas de progression fulgurante, même s’il a gagné 36 places cette année. 2021 sera donc cruciale pour ce joueur.

A 21, Simon Beaupain a, malgré les circonstances, réussi à jouer 37 matches et en a remporté 22. Il aura 22 ans en mai prochain. Il doit donc, lui aussi, faire de 2021 son année rebond.

Maxime Pauwels n’a quant à lui joué que 5 matches, soit pas assez pour que l’on puisse tenir compte de cette saison.

Derrière, il y a encore les Pisane, Van Der Meerschen, Cloes, Dermiens, Gadamauri, Herman, Heuvinck et Demeroutis. Sans oublier Romain Faucon qui cherche ses premières victoires sur le circuit sénior.

Je ne tomberai pas dans le piège de dire lesquels de ces joueurs ont un avenir. Il suffirait en effet de quelques semaines positives pour que ces joueurs qui sont encore dans l’ombre se révèle, si pas au grand jour, du moins à l’aube d’une journée ensoleillée.

Encore une fois, je dois rappeler que, plus encore en messieurs qu’en dames, il y a des milliers d’appelés pour très peu d’élus. Et, comme je le fais souvent, je rappelle aussi qu’être parmi les 1000 meilleurs joueurs mondiaux est tout sauf une sinécure.

Hélas, pour gagner sa vie, il faut être au moins dans le Top 200. Pourtant, je peux vous assurer que tous ces joueurs pratiquent un tennis intéressant.

Reste à eux de maintenir le niveau sur la longueur.

Si la plupart des « espoirs » ont un réel potentiel, ils doivent le concrétiser. A savoir aligner les rencontres de bon niveau, et, donc, les victoires.

C’est bien plus facile à écrire qu’à réaliser.

En Dames, sur les 22 joueuses belges classées, 13 ont 24 ans et moins. Sept d’entre elles sont dans le Top 1000.

Greet Minnen est leur leader puisque, à 23 ans, elle est 110ème mondiale. Elle a déjà été toute proche de la 100e place (103) et devrait entrer dans le Top 100 cette année. Je n’ai que peu de doutes car elle a traversé une période post covid hyper compliquée avec pas moins de 8 défaites initiales d’affilée. Il suffirait d’un rien plus de régularité pour qu’elle entre dans un Top 100 garantissant l’accès direct aux Grand Chelem.

A 21 ans, Lara Salden occupe la 246eme place mondiale, qui constitue sa meilleure position. En progression constante, Lara est une réelle espoir qui va maintenant être obligée de confirmer ses aptitudes dans des tournois plus importants que les 15.000 et les 25.000 dollars. Elle en a les moyens, comme en témoigne par exemple sa victoire face à Korpatsch, 110e mondiale. Mais la saison qui vient sera difficile car elle va devoir assumer un nouveau statut.

A 23 ans, Magali Kempen n’est pas une joueuse dont on parle beaucoup. Elle est 422e et a été 400. Elle est un peu dans la situation de Benjamin Dhoe et doit absolument faire un bond important en 2021 si elle veut se garantir un avenir.

Idem pour Eliessa Vanlangendonck, 784e à 23 ans et pour Helène Scholsen, 801e à 24 ans.

Je ne me prononcerai pas pour Chelsea Vanhoutte et Victoria Kalaitzis. la première n’a pas du tout joué en 2020 et la deuxième n’a disputé que 9 matches sur le circuit.

Derrière ces joueuses, il y a encore pas mal de teenagers classées mais, comme pour les messieurs, il est quasiment impossible de dire ce qu’il adviendra des Vlasselaer, Audenaert, Van de Peer, Pysson, Meers et Mareen.

Vous me permettrez donc de continuer à donner le résultat de ces joueurs et joueuses de l’ombre sur ma page Facebook, mon compte Twitter et ici-même mais ne me demandez pas de tirer des plans sur la comètes.

Pour suivre: Kim et Sofia, 22 ans d’écart

1 COMMENT

  1. Merci pour tous ces articles et analyses, Patrick, en une année qui ne fut pas simple non plus pour les écrivains et analystes!

LEAVE A REPLY