Bilan 2020 (10) : Sofia et Kim, le passé, le futur et le présent

0
1308
Belgian Sofia Costoulas pictured during Junior Girls' Doubles Quarterfinal tennis match between Belgian-Crotian pair Sofia Costoulas/Antonia Ruzic and American pair Savannah Broadus/Elizabeth Coleman at the 'Australian Open' tennis Grand Slam, Wednesday 29 January 2020 in Melbourne Park, Melbourne, Australia. BELGA PHOTO %Photographer

Il est évidemment plus facile d’écrire sur le passé d’une joueuse que sur le futur…

Il serait donc évidemment plus facile de revenir sur la carrière incroyable de Kim Clijsters que d’estimer quelle sera celle de Sofia Costoulas.

Une chose cependant est certaine: personne n’aurait pu imaginer, il y a encore quelques mois, que ces deux joueuses joueraient quelques matches sur le circuit professionnel et cela, la même saison!

Sofia Costoulas n’a en effet que 15 ans – elle est née le 2 avril 2005.

Kim Clijsters a quant à elle 37 ans et en aura 38 le 8 juin 2021.

Rien, donc, ne permettait de croire que Sofia et Kim se retrouveraient, un jour, en même temps, sur le même circuit.

Elles ont pourtant toutes les deux disputé trois matches sur ce que l’on appelle le circuit pro.

Sofia a commencé comme tout le monde par un 15.000 dollars , celui de Pazardzhik, où elle a passé deux tours avant d’être éliminée en quart de finale.

Kim, via des invitations, a également disputé trois matches mais dans des épreuves évidemment plus prestigieuses: Dubai, Monterrey et l’US Open.

Juste pour info, le premier tournoi du circuit joué par Kim était doté de 10.000 dollars. Il s’agissait de celui de Coxyde où elle avait atteint les… quarts de finale. C’était en 1997, 8 ans avant la naissance de Sofia.

Mais ne comptez pas sur moi, vous me connaissez, pour continuer la comparaison.

Non, si j’ai réuni Kim et Sofia dans le même titre, c’est uniquement parce que, quoi qu’il arrive dans les mois à venir, elles feront (font), avec d’autres, partie de notre passé, de notre présent et, aussi, de notre futur de passionnés de tennis belge.

Pour le reste, bien sot serait celui qui oserait comparer l’incomparable.

Bien malin aussi, serait celui qui oserait imaginer combien d’années ces deux joueuses seront, d’une certaine manière, des contemporaines tennistiques.

S’il ne fait aucun doute que Sofia sera sur le circuit encore longtemps, plus les mois passent et plus on peut se poser des questions par rapport à la suite de la troisième carrière de Kim.

Elle vient d’ailleurs de décliner une invitation pour l’Australian Open.

Plus son retour sera retardé, plus ses chances de gagner des matches se réduira. Et, plus ces chances de succès seront minces, moins Kim aura envie de jouer.

Comme je l’ai déjà dit, ce deuxième retour de Kim sur le grand circuit était tout à fait aléatoire, d’un point de vue physique, bien entendu, mais aussi au niveau mental.

Si le talent de Kim ne fait aucun doute, sa capacité a encore se faire mal, à voyager sans cesse, à quitter ses enfants régulièrement, n’était pas aussi évidente que lors de son premier retour.

Les années passant, la situation s’était en effet fort complexifiée et, pour corser le tout, le Covid est venu compromettre davantage encore la probabilité que l’ancienne numéro 1 parvienne à entrer dans le Top 50, voire même dans le Top 100.

Je n’ai pas écrit qu’elle n’avait pas le niveau, sur un match ou deux, j’écris que j’ai des doutes sur la volonté qui sera la sienne et sur sa capacité physique à enchaîner des rencontres.

Pourtant, pour que Kim retrouve un haut niveau, elle a besoin de rencontres…

Bref donc, plus encore qu’il y a un an, je ne pense pas que ce retour de Kim sera un essai transformé.

Ce qui ne changera rien, strictement rien, à sa carrière.

Ni à son passé.

Quant à Sofia Costoulas, il est évidemment beaucoup trop tôt pour affirmer qu’elle sera dans le Top mondial d’ici un lustre ou deux.

Par contre, on peut certifier qu’elle a un véritable potentiel, comme en témoigne son classement de 25 mondiale en juniores.

Mais, en juniores, il faut être un peu plus précis.. Sofia est en effet 25e mais il est nécessaire, pour mieux percevoir son niveau réel, de savoir quel est l’âge des autres joueuses.

Dans ce classement réservé aux 18 ans et moins du monde entier, il n’y a que 4 ‘2005’ dans le Top 100. Qui sont d’ailleurs toutes les quatre dans le Top 25!

(Il est bon de préciser que, en jeunes, on parle de l’année de naissance plutôt que de l’âge, pour la bonne et simple raison que l’année de naissance, elle, ne change pas 😉

La première joueuse mondiale, Elsa Jacquemot a 17 ans (elle en aura 18 en mai). J’en parle car Sofia a joué contre elle en quarts de finale de l’Orange Bowl début décembre et qu’elle s’est inclinée au tie-break du dernier set.

Pour rester dans les classements, j’ajoute que Sofia est 9eme en U16 et qu’elle a été numéro 1 mondiale en U14 (en 2019).

Le circuit junior est certes très différent du circuit séniors, mais si toutes les Top juniores n’ont pas réussi à confirmer chez les adultes, elles sont tout de même nombreuses à l’avoir fait.

Et, parmi elles, quelques joueuses belges … 😉

Pour suivre: un double qui confirme.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY