Bilan 2016 (6) : incroyables Yanina et Kirsten

4
799
epa05569874 Yanina Wickmayer of Belgium returns a ball to Simona Halep of Romania during their women's second round match of the China Open tennis tournament at the National Tennis Center in Beijing, China, 04 October 2016. EPA/ROLEX DELA PENA

Si les deux premières joueuses belges sont inconstantes en cours de saison, elles sont plutôt régulières si on regarde leur carrière avec davantage de recul.

Yanina Wickmayer en quelques chiffres.

Meilleur classement: 12, Top 100 en fin de saison depuis 2008, Top 50 en fin de saison en 2010, 2011, 2012 et 2015, 5 titres en simple, 2 titres en double, une demi et 4 seizièmes en Grand Chelem.

Kirsten Flipkens en quelques chiffres.

Meilleur classement: 13, Top 100 en fin de saison: depuis 2009 (sauf 2011), Top 50 en fin de saison 2013, 2014, 1 titre en simple, 1 titre en double, une demi et un seizième en Grand Chelem.

Voilà.

Oui, voilà. Car ces statistiques sont, tout bonnement, impressionnantes. Oh, je sais, on pourrait pinailler, avancer que ces deux joueuses auraient pu mieux faire, qu’elles manquent de constance. Et c’est vrai, elles manquent de constance, de régularité en cours de saison. Ce sont des joueuses de one shot qui, alors qu’on ne les attend pas, sortent de l’anonymat pour décocher une flèche parfois sans lendemain.

Cette année, par exemple, Kirsten en a décoché une acérée à Rio lorsqu’elle a battu Venus Williams, sixième joueuse mondiale, au premier tour du tournoi olympique.

Yanina Wickmayer, elle,  a tout simplement remporté le tournoi de Washington, remportant 5 matches de rang alors qu’elle restait sur 7 défaites au premier tour sur les 9 tournois disputés avant celui de Washington.

Ceux qui me lisent depuis quelques années doivent se dire que j’ai changé d’angle de vue en analysant les résultats de nos deux meilleures joueuses. En fait, oui et non. J’ai souvent été assez sévère avec Yanina non parce qu’elle perdait des matches mais bien parce qu’elle manquait de constance en dehors du terrain. Qu’elle avait trop tendance à virer ses entraîneurs successifs, oubliant que c’était elle qui jouait et pas ses coaches. Mais j’ai toujours reconnu le talent athlétique de Yanina et je me sentais donc frustré de ne pas la voir plus souvent en faire usage.

Aujourd’hui, je n’attends rien de Wickmayer. Je sais, en caricaturant, qu’elle peut battre quasi tout le monde mais qu’elle peut aussi être battue par quasi tout le monde. Qu’elle peut gagner un tournoi et être ensuite éliminée d’entrée deux, trois ou quatre semaines de suite. Qu’elle peut faire un bond en avant au classement et ensuite stagner pendant plusieurs semaines.

Elle est ainsi, Yanina. C’est certes parfois un rien énervant mais, en fin de saison, quand je regarde ses stats, je ne peux que m’incliner: elles ne sont pas nombreuses, les joueuses belges, à être restées dans le Top 100 9 années d’affilée. Donc, oui, bravo à Yanina.

Pour 2017? Je n’attends rien. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aura pas un gros succès.

Quand à Kirsten Flipkens, j’ai déjà dit ici que tout ce qui se passe depuis 2014 est du bonus. Rappelez-vous: souvent blessée, Flipkens était descendue à la 194eme position fin 2011. Puis, avec la collaboration de Kim Clijsters, elle a réussi à soigner son corps… Elle a alors livré deux saisons exceptionnelles, en 2012 et, surtout, en 2013. Depuis, oui, c’est du bonus. En suivant les vagues dignes des montages russes mais qui la maintiennent dans le Top 100. Kirsten termine ainsi cette saison 30 places plus haut que la précédente (si je prends les classements officiels de la WTA). Rien à dire, là non plus, si ce n’est: bravo.

Pour 2017: comme pour Yanina, je n’attends rien. Sauf à être de temps en temps déçu et de temps en temps ravi.

A 27 et 30 ans, Yanina Wickmayer et Kirsten Flipkens ne devraient plus changer de manière drastique. Elles vont poursuivre une carrière en dents de scie, certes, mais tant qu’elles restent dans le Top 100, on ne vas pas tout de même pas les blâmer.

Patrick Haumont

Pour suivre: De Van Uytvanck à Bonaventure.

 

4 COMMENTS

  1. Bonjour Patrick,

    Auriez-vous de plus amples informations sur les raisons qui ont amenees David Goffin a se separer de Thomas Johansson ? Cette decision m’a beaucoup surpris au vu des excellents resultats de David cette saison.

    Merci

    Laurent

LEAVE A REPLY