A quoi rime le retour de Kim?

0
476
Kim Clijsters returns to Katerina Siniakova during round one of the BNP Paribas Open in Indian Wells, Calif., on October 7, 2021. Kim Clijsters Bnp Paribas Open 2000 (Photo by Taya Gray/The Desert Sun / USA Today Network/Sipa USA)

Le retour de Kim à la compétition est un sujet que j’ai très peu abordé. On me demande pourtant régulièrement ce que j’en pense. En fait, je ne vais pas tourner autour du pot: je n’en pense pas grand chose car Kim a toujours été un mystère.

Je me souviens par exemple d’une défaite au premier tour ou deuxième tour de l’US Open, une défaite tout à fait évitable. Pourtant, à ma grande surprise, quelques minutes plus tard, j’ai vu Kim rire à gorge déployée dans le Player Lounge de l’US Open.

J’ai aussi été désagréablement surpris quand elle a refusé de jouer les JO d’Athènes pour d’obscures raisons de sponsoring.

Et je ne vous cache pas que je suis de ceux qui pensent que son palmarès en simple ne correspond pas, à mes yeux, à sa réelle valeur. Je crois sincèrement qu’elle aurait pu gagner davantage de grands titres même si avoir été numéro 1 mondiale en simple et en double et avoir soulevé 4 coupes de Grand Chelem est déjà merveilleux.

Surpris, je l’ai été aussi lors de son premier retour victorieux. Pourquoi surpris?

Parce que, lors la conférence de presse pendant laquelle elle a annoncé son premier départ à la retraite, elle avait tenu des propos du style: « tous les matins, j’ai mal partout et il me faut beaucoup de temps pour que mon corps accepte de se remettre en selle.« 

Quelques mois et une maternité plus tard, elle est revenue et a réussi les résultats que l’on sait: retour en août

2009 et victoire à l’US Open en septembre ou elle triomphera à nouveau en 2010.

C’est d’ailleurs à l’US Open qu’elle a joué son dernier match de sa deuxième carrière, avec une défaite 7-6 7-6 face à Laura Robson.

Comme tout le monde, je pensais alors que la carrière de Kim était définitivement terminée.

Elle n’a d’ailleurs pas joué officiellement en 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019. 7 années sans tennis de compétition et un retour annoncé à la surprise générale (dont, je le répète, la mienne).

Voici ce que j’écrivais ici même en septembre 2019.

« Bon, et ce retour?

J’en viens au retour de Kim sur le circuit. Dès que j’ai appris la nouvelle, j’ai dit à mes proches qu’il s’agissait certainement d’un très bon coup de pub qui, sans être faux, devait cacher une campagne média ou marketing.

Je n’avais pas tort puisqu’il semblerait que, en parallèle à ce retour, se tournera un genre de série télé réalité.

Il faut rappeler que Clijsters a toujours été une « marque ». Contrairement à Justine, son staff a toujours réussi à « vendre » son image comme en témoignent des opérations marketing au Bobejaanland, la poupée Barbie à son effigie, ou les bières que Kim « offrait » après ses victoires en Grand Chelem.

Tout cela, très franchement, n’a rien de critiquable. Si Kim a envie de revenir, elle en a bien le droit. Si elle a envie de mettre en scène son retour, elle en a bien le droit.

On me dit qu’elle n’a pas besoin d’argent. Ben non, et alors?, cela ne doit pas l’empêcher de faire ce qu’elle a envie de faire, comme l’avait fait la famille Pfaff dans une télé réalité qui a marqué les esprits, surtout en Flandre.

Et avoir de l’argent n’a jamais empêché qui que ce soit d’en vouloir davantage, ce qui, là non plus, ne me semble pas critiquable.

Reste à savoir à quel niveau se situera Kim. Là, c’est très compliqué à dire car si elle a un évident talent, son jeu n’était tout de même pas le plus technique qui soit et était basé, avant tout, sur la puissance et le physique.

Donc, si je ne doute pas qu’elle puisse revenir dans le Top 100 – d’autant qu’elle va être invitée tout de suite dans les grands tournois sans devoir passer par les qualifs et les tournois mineurs – j’ai un peu de doutes sur sa capacité physique à tenir le choc face à des Top 50 ou Top 30.

Le plus difficile pour elle sera, à mon sens, de se ré-astreindre à des séances d’entraînement importantes alors que son corps n’est plus celui de sa première carrière, ni, d’ailleurs de sa deuxième.

Je suis donc très dubitatif sur ses chances de retour au sommet en simple. Par contre elle pourrait, comme l’a très bien fait Martina Hingis, rejouer à un haut niveau en double. Elle a été numéro 1 de la discipline et je ne serais pas surpris qu’elle s’associe très rapidement avec Elise Mertens (actuelle numéro 2 mondiale) pour marquer les esprits. »

Deux ans plus tard, que penser?

Deux ans plus tard, quasi jour pour jour, je dois bien écrire que je suis encore d’accord avec ce que j’ai écrit (pour une fois ;-).

Mais je dois ajouter que Kim n’a pas eu beaucoup de réussite.

Un, elle s’est blessée plusieurs fois. Ce qui n’est pas réellement étonnant puisque, comme je le disais, son jeu est basé sur le physique et que, de ce fait, son âge, son gabarit et ses sept années d’inactivité officielle ont eu des effets négatifs sur sa possibilité d’encore jouer comme elle le faisait il y a 8 ou 9 ans, voire 12 ou 13.

Deux, la crise du Covid, comme pour tous les joueurs et toutes les joueuses, l’a empêchée de suivre ses plans initiaux.

Cela étant dit, à mes yeux, la grande erreur commise par Kim (si tant est que je puisse parler d’erreur-voir plus loin) est qu’elle ne joue que des grands tournois. Tout le monde sait, et Kim aussi, que c’est en enchaînant les matches que l’on peut retrouver un niveau correct. Et, pour enchaîner les matches, il faut en gagner. Et, pour en gagner, il est plus aisé de le faire dans des compétitions mineures.

Oui mais voilà, Kim est une star (je le dis avec respect et sans arrière pensée) et, en tant que telle, elle est invitée par les plus gros tournois, avec, sans doute, à la clé, un petit chèque de présence (ce qui n’a rien de choquant, cela fonctionne ainsi dans le sport professionnel).

Je la vois donc mal refuser ce style d’invitations.

J’ajoute même que je ne suis pas certain que les résultats seraient forcément meilleurs si elle ne disputait que des WTA 120 ou 250. Ell devrait donc descendre encore d’un étage, ce qui serait vraiment réaliser une étonnante démarche et nuirait sans aucun doute à sa ‘valeur marchande’.

Il n’y a malheureusement pas assez, en tennis féminin, de tournois équivalents aux gros challenger masculins.

Pour mémoire ,c’est dans ces challengers qu’Andre Agassi et bien plus tard David Goffin, s’étaient refait une santé après une traversée du désert.

Hélas!, en dames, on passe vite d’un WTA 125 (assez peu nombreux) à des tournois dotés de seulement 60.000 dollars, ce qui semble peu convenir a statut de Kim.

Et, donc?

Donc, je pense que Kim va continuer à accepter des invitations dans les plus prestigieux des tournois. Si j’étais à sa place, je les accepterais aussi (mon adresse mail est disponible sur ma page Facebook 😉

Le seul conseil que je lui donnerais, c’est sans doute alors de jouer davantage de doubles. Elle a été numéro 1 mondiale et il me semble que, dans cette discipline, elle reprendrait davantage de plaisir et gagnerait davantage de matches.

Pour le reste, qu’elle continue à faire ce qu’elle a envie.

Après tout, elle a 38 ans, est maman, multi-millionnaire et appréciée de quasi tout le monde.

Elle aurait tort, dans ces conditions, de ne pas se faire plaisir.

Déjà, quand elle était jeune, elle me disait ou me faisait comprendre qu’il y a autre chose dans la vie que le tennis. Sur le fond, elle n’a évidemment pas tort. Cette philosophie de vie explique sans doute tout ce que je viens d’écrire et, en fait, le mystère Clijsters n’en est plus vraiment un: elle fait ce qu’elle veut 🙂

PS: Je demande néanmoins à Johan Van Herck de ne PAS la sélectionner en Billie Jean King Cup. Je sais que son expérience pourrait être utile, mais je sais aussi que les joueuses belges qui se battent depuis des années sur le circuit ont davantage besoin de cette sélection que Kim Clijsters.

SHARE
Previous articleDjokovic, Novak a l’âme

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY