Day 9. Goffin ne sera pas favori mais peut le faire.

1
652
Belgian David Goffin and Serbian Novak Djokovic pictured during a training session ahead of the 2018 Wimbledon grand slam tennis tournament at the All England Tennis Club, in south-west London, Britain, Saturday 30 June 2018. The main tables at the Wimbledon tournament will start on 2 July. BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR
Il sera 14 heures et ce sera sur le Central de Wimbledon. Je ferai un direct commenté ici-même. David Goffin va tenter de devenir le deuxième joueur belge à se hisser en demi-finale de Wimbledon, le dernier, c’était il y a 17 ans et il s’agissait de Xavier Malisse. Face à David, un véritable Goliath en la personne de Novak Djokovic, tout simplement premier joueur mondial et… tenant du titre. Excusez du peu. On ne va pas tourner autour du pot: le Serbe sera évidemment largement favori. Mais… il y a réellement une petite place pour que David Goffin réalise un nouvel exploit. A mes yeux, Goffin est en effet dans la même spirale que lors du Master 2017 où il a battu Rafael Nadal et Roger Federer qui, eux aussi, étaient favoris mais qui se sont tout de même inclinés. Je confirme donc: Djokovic est le mieux placé pour battre une 6ème fois Goffin mais Goffin est en capacité de prendre une deuxième fois la mesure de son prestigieux rival. Il signerait alors un deuxième succès d’affilée puisque la dernière rencontre a tourné à l’avantage du Belge, c’était à Monte Carlo en 2017. Je ferai un direct commenté ci-dessous. A noter que la RTBF a acheté les droits et diffusera le match sur la 2.

1 COMMENT

  1. En accédant au 1/4 de finale pour la première fois à Wimbledon, David s’approche de « l’inaccessible rêve » de Brel, chère à notre culture.

    « Cela veut dire beaucoup pour moi surtout après les derniers mois compliqués que j’ai vécus sur et en dehors des cours ».

    S’il peut rêver l’impossible rêve, « c’est parce que le discours de Johansson porte ses fruits. Il a le retour positif de sa rupture avec Thierry Van Cleemput. David s’est rebellé. Il est récompensé. C’est mérité ». (Michel Bouhoulle).

    Il a quitté ainsi les oripeaux du malheureux sur les cours.

    Et pour cela, il a dû entrer dans une culture anglo-saxonne du tennis axée plus sur son propre jeu et moins encombrée de tas de mots. Du coup, son langage s’est aussi modifié. Terminées les phrases où il devait être redondant parce qu’il ne savait pas trop quoi dire. Son anglais s’est aussi nettement amélioré. C’est un autre joueur, un autre homme.

    Son intelligence et son tennis sont désinhibés. On est passé du « n’importe quel joueur peut battre David » de Richard Gasquet à « David sera dur à battre sur gazon » de Thomas Johansson. Le belgicisme bien connu : « j’ai le tennis pour l’ennuyer » qui faisait mal aux oreilles a fait place à « j’ai le tennis pour le bousculer » qui sonne autrement aux oreilles adverses.

    Et il enchaîne : « S’il y a un endroit où j’ai envie de BRILLER , c’est ici ».

    Cette après-midi, il affronte Djokovic, n 1 et dernier vainqueur du Championship. Ainsi, Il fera sa joyeuse entrée sur le Central devant un public qui méconnaît les subtilités de son tennis malgré 10 ans de présence sur le circuit.

    Il ne s’occupera pas de Novak.

    David va se concentrer sur ses jeux de service pour avoir des chances de négocier les points importants.

    C’est le seul moyen pour « partir où personne ne part ».

    « Suivre L’ÉTOILE…

    « … Peu m’importent les chances ».

    « … Et puis lutter toujours sans questions ni repos ».

    C’est ce que les Belges savent faire le mieux. C’est leur culture.

    Justine Henin a décroché la lune. David Goffin tentera l’accrochage de « l’inaccessible étoile ». Pour le faire, on lui souhaite la cadence de Brel. On entend déjà sa musique.

LEAVE A REPLY