Un peu de Belgique en demi à Wimbledon (et autres news)

4
856
epa06081619 Johanna Konta of Britain in action against Simona Halep of Romania during their quarter final match for the Wimbledon Championships at the All England Lawn Tennis Club, in London, Britain, 11 July 2017. EPA/FACUNDO ARRIZABALAGA EDITORIAL USE ONLY/NO COMMERCIAL SALES

Il n’y a plus de joueurs belges sur les terrains de Wimbledon mais Wim Fissette et Vincent Stavaux représentent notre pays via Johanna Konta et Marin Cilic.

Les demi-finales de Wimbledon sont connues. Côté masculin, les demi-finales ont été particulières avec l’abandon de Novak Djokovic dans le deuxième set du match qui l’opposait à Tomas Berdych et avec le problème physique d’Andy Murray qui n’a plus pu développer son jeu de défense dès le quatrième set, ce qui n’enlève rien à la performance de Sam Querrey qui va disputer la première demi de Grand Chelem de sa carrière.

Le duel de serveurs entre Marin Cilic et Gilles Muller a quant à lui tenu toutes ses promesses, Cilic sortant vainqueur au terme de cinq sets de bonne facture.

Quant à Roger Federer, il s’est promené face à Milos Raonic qui ne l’a réellement inquiété que dans le troisième set.

Il me reste donc mon 3*, Roger Federer, un de mes 1*, Marin Cilic et un de mes coupeurs de tête, Tomas Berdych. 😉

Côté féminin, il me reste une de mes 1*, Venus Williams, deux outsiders, Garbine Muguruza et Johanna Konta.

J’avoue que je n’avais pas vu venir ni Sam Querrey, ni Magdalena Rybarikova.

S’il n’y a pas de Belges parmi les huit demi-finalistes, la Belgique est tout de même présente dans les derniers carrés.

Johanna Konta est en effet entraînée par Wim Fissette, un Belge qui ne cesse d’avoir de bons résultats sur le circuit international, lui qui a été le coach de Kim Clijsters, Sabine Lisicki, Simona Halep, Victoria Azarenka…

Quant à Marin Cilic, il est managé par Vincent Stavaux, figure bien connue dans le milieu du basket et du tennis belges. Organisateur de tournois internationaux pour jeunes, ancien manager de Justine Henin et de Kristof Vliegen, il est aux côtés de Cilic depuis 2013 et était donc dans les tribunes de l’US Open en 2014 lorsque le Croate a remporté les Internationaux des Etats-Unis. Il était aussi, évidemment, à Londres hier et le sera encore demain.

Bravo à nos deux compatriotes.

D’autres news, à présent.

Concernant Steve Darcis, tout d’abord, qui me disait avant hier qu’il allait mieux mais ne savait pas encore réellement se pencher vers l’avant. Pas de panique de toutes façons puisque Steve ne reviendra pas à la compétition avant une dizaine de jours car il veut être présent lors de la naissance de la petite soeur de Camille, attendue dans les jours à venir.

Arthur De Greef a quant à lui manqué son pari pour quelques places. On sait que le joueur belge a fait l’impasse sur le gazon afin de rester sur terre battue et de glaner les points nécessaires pour entrer directement dans le tableau final de l’US Open.

Hélas, depuis Roland Garros – où il s’était joliment qualifié avant de s’incliner face à Richard Gasquet, Arthur ‘a pas obtenu les résultats escomptés:

2e tour au Challenger de Lyon, quart au Challenger de Todi, 1e tour au Challenger de Milan, demi au Challenger de Marburg et 2e tour au Challenger de Bastad où il a été battu hier par Elias Ymer.

Lundi, De Greef sera aux alentours de la 113e position mondiale et c’est précisément le classement de ce lundi qui sera pris en compte pour le cut de l’US Open, cut qui était à 102 l’an dernier…

Il y aura donc 3 Belges dans le tableau masculin: Goffin, Darcis et Bemelmans, les autres devront passer par les qualifs.

 

4 COMMENTS

  1. Max, aucune idée… Un goût de la perfection?
    Personnellement, je n’ai jamais apprécié le jeu de RF. Je préfère de loin des joueurs imparfaits, les fameux gladiateurs. Ceux qui ont peut-être moins de talents qui montrent leurs émotions sur le court et maximisent leur potentiel.

    Au niveau de la personnalité, je ne le connais pas donc je ne me permettrais pas de juger mais je préfère la spontanéité et l’accessibilité d’autres joueurs (Nadal, Djoko, etc.)

  2. Quels sont les ressorts qui alimentent l’immense popularité de RF là où d’autres cannibales, de Merckx à Froome en passant par Serena et Djokovic (pourtant bien davantage enclin que RF à applaudir les beaux points de l’adversaire, par exemple) ne suscitent pas le même élan d’enthousiasme, quand ils ne sont/n’étaient pas carrément conspués, voire pire (Merckx l’année de son duel face à Thevenet sur les routes du Tour, Froome lors de l’étape du jour)?

LEAVE A REPLY